C’est l’heure d’un des grands chocs du championnat de France. L’OL recevait ce soir le PSG au Groupama Stadium dans l’optique de devenir la seconde équipe cette saison à battre la formation de la capitale, mais aussi de remonter sur le podium suite aux succès de l’OM et de Monaco ce week-end. Genesio voulait surprendre au départ avec un 4-3-3 où Fekir était aligné au milieu avec Tousart et Ndombele. Devant, c’est le trio Cornet-Aouar-Mariano qui était choisi, contraignant Memphis à démarrer sur le banc. Tete aussi puisque c’est Rafael qui est titulaire. Du côté du PSG, Emery envoyait son traditionnel 4-3-3 où Verratti, Rabiot et Lo Celso dans l’entrejeu, Di Maria, Cavani et Mbappé sur le front de l’attaque. Neymar était bien entendu le grand absent de la soirée.

Tant pis, c’est la star lyonnaise qui faisait le spectacle. Moins de deux minutes de jeu et le coup-franc de Fekir de 35 mètres terminait au fond des filets grâce à un brin de génie et le positionnement d’Areola qui pose question (1-0, 2e). Voilà qui posait le décor. L’OL attaquait cette rencontre avec le couteau entre les dents. Au bout de dix minutes, le rush de Mendy mettait le feu (10e) et le ballon perdu de Dani Alves faisait parcourir sentiment de frisson dans le camp parisien (7e). Dépassé dans tous les secteurs de jeu, le PSG n’en était pas moins dangereux. Cavani tentait un incroyable lob de 40 mètres après une mauvaise sortie de Lopes (8e) avant de voir son timide coup de casque finir dans les bras du portier franco-portugais (12e).

L’OL finit par faire craquer un PSG réduit à dix

Après ce début de rencontre proche du catastrophique pour le leader de la Ligue 1, la domination changeait de camp. Les Parisiens s’offraient un temps fort en remportant enfin des duels. Ils insistaient côté droit avec les centres dangereux de Dani Alves et Di Maria (16e, 18e, 19e). Sur ce dernier, Morel catapultait le ballon sous sa barre, il fallait un arrêt magnifique de Lopes pour éviter les dégâts. Les débats s’équilibraient. Les deux équipes laissaient pas mal d’espaces au milieu sans parvenir à s’offrir d’occasion. Mbappé n’était pas loin sur ce ballon de Verratti mais il ne voyait pas la sortie violente de Lopes qui assommait le jeune attaquant. Mbappé restait de longues minutes au sol et devait sortir sur civière (31e). La pause approchait avec ce score mais un dernier déboulé de Dani Alves côté droit permettait à Kurzawa d’envoyer une énorme reprise du gauche sous la barre (1-1, 45e+3). Les protestations des Lyonnais pour une très légère faute sur Fekir au début de l’action ne suffiront pas. Les deux équipes sont à égalité à la pause.

L’égalisation faisait du bien au PSG car il dominait ce début de seconde période entre un centre de Di Maria pour un Verratti un peu court, une frappe d’un rien au-dessus de l’Italien (50e) et un nouveau tir de Kurzawa au point de penalty hors cadre (55e). Cela ne durait pas car Dani Alves trouvait le moyen de prendre un rouge très bête pour contestation d’un jaune (57e). A dix contre onze, le PSG reculait tout en se procurant quelques situations comme lors de cette tête de Thiago Silva (62e) et cette tentative de Meunier (90e+2). Seulement, Lyon grignotait du terrain au fur et à mesure et la défense parisienne tremblait à plusieurs reprises. La faute aussi à pas mal d’incompréhension entre Areola et sa défense (78e, 85e, 87e). Le portier qui avait tout de même remporté un duel face à Mariano un peu plus tôt (62e). Il finira pas s’incliner une nouvelle fois sur ce missile inattendu de Memphis à la dernière seconde qui faisait exploser le Parc OL (2-1, 90e+4). Il y a de quoi car ce soir, les Gones sont 2e, un point devant l’OM, huit derrière le PSG.

Le film de la rencontre à revivre sur notre live commenté.

Le classement de Ligue 1 ici.

L’homme du match : Ndombele (8) : important à la récupération du ballon, l’ancien Amiénois à apporter un fort impact au milieu du terrain. Fin techniquement, il s’est souvent retrouvé au lancement des offensives lyonnaises. Un premier acte parfait pour lui qui a réussi 100% de ses passes et gagné 73 % de ses duels. La seconde période démarre sur les mêmes bases pour lui. Combatif, il a subi plusieurs fautes dont une à l’origine de l’exclusion de Dani Alves (57e). Il n’a pas hésité à se projeter tout au long du match et signe une prestation aboutie.

Olympique Lyonnais :

- Anthony Lopes (6) : le gardien lyonnais a assumé son rang malgré une première sortie qui aurait pu être punie par Cavani (8e) dont la frappe de 40 mètres passe à côté des cages. Il est tout d’abord mis à contribution sur un coup franc de Di Maria. Edinson Cavani encore lui arrive à reprendre le ballon de la tête mais le gardien reste vigilant (12e). Le Portugais va ensuite s’interposer devant une tête en retrait de son coéquipier Jérémy Morel (18e). Il va ensuite être au contact avec Kylian Mbappe (31e), le Parisien ne pourra pas finir le match. Sur l’ouverture de Laywin Kurzawa, il ne peut rien faire (45e +3). La seconde période sera plutôt tranquille pour lui.

- Rafael (5) : le Brésilien a souvent manqué de tranchant en phase offensive. Le nez dans le guidon, il s’est souvent heurté à son coéquipier Maxwell Cornet. Souvent débordé dans son couloir, il manque de peu le ballon sur le but de Kurzawa (45e +3). En seconde période, il a peu à peu disparu en arrivant moins à se porter vers l’avant. Une situation qui a changé après l’exclusion de Dani Alves (57e). Profitant de la supériorité numérique, il a pu se montrer davantage en évidence dans son couloir.

- Marcelo (6) : toujours bien placé, le défenseur brésilien reste dans le tempo de son début de saison avec une nouvelle prestation sérieuse. Il réalise une précieuse intervention sur Edinson Cavani en toute fin de première de mi-temps (44e). En seconde période, il est coupable d’une erreur sur corner où il dégage mal le ballon, sans conséquence (55e). Une fin de match plutôt tranquille pour lui qui ne sera pas réellement mis à contribution.

- Jérémy Morel (6) : présent défensivement, il manque de très peu le contre son camp et met à contribution son portier (18e). A l’exception de cette bévue, le Réunionnais a apporté une certaine sérénité à l’arrière garde des Gones avec une première relance assurée avec brio et plusieurs récupérations précieuses. Une seconde mi-temps plus tranquille pour lui, Paris arrivant moins à se montrer dangereux après l’expulsion de Dani Alves (57e).

- Ferland Mendy (5) : très complice avec son compère à gauche, Houssem Aouar, il a pu apporter le surnombre en phase offensive. D’un point de vue défensif il a également été présent au duel face à Kylian Mbappe (23e). A la fin de la première mi-temps, il est toutefois auteur d’une erreur cruciale. Mal placé, il laisse seul dans le couloir Dani Alves qui adresse le ballon à Kurzawa pour l’ouverture du score (45e +3). Auteur d’une faute stupide sur Di Maria, il reçoit un carton jaune (57e). Beaucoup de nervosité pour lui qui ne passe pas loin du carton rouge suite à une confrontation avec Cavani (90e).

- Lucas Tousart (5,5) : solidaire, il a formé une paire solide à la récupération avec Ndombélé. Moins en vue que son compère, il a réussi malgré tout à se rendre précieux dans l’entrejeu. Beaucoup d’abattage pour lui qui a réussi à gagner un nombre important de ballons pendant la rencontre (21). En revanche moins de justesse pour lui au niveau de la construction du jeu avec 71 % de passes réussies. Avec la supériorité numérique, il a été davantage à son aise en orientant davantage les choix de sa formation.

- Tanguy Ndombélé (8) : voir ci-dessus.

- Nabil Fekir (8) : victime d’une grosse faute d’Adrien Rabiot en tout début de match (2e) et se charge de tirer le coup franc situé à 35 mètres. Sa frappe enroulée au premier poteau surprend Areola et permet à Lyon d’ouvrir le score (2e). Un but sublime qui lance parfaitement ses coéquipiers dans la rencontre. Véritable fer de lance de sa formation dans la construction du jeu il s’est aussi souvent mis en évidence sur coup de pied arrêté. Moins en vue en seconde période, il a beaucoup décroché pour remonter le ballon.

- Houssem Aouar (6) : précieux dans la récupération et la conservation de balle, il a su apporter le danger sur phase offensive. Il a notamment mis le feu dans la surface parisienne en toute fin de match mais s’est heurté à Giovanni Lo Celso (45e+2). Important dans la construction, il a semblé plus effacé en seconde mi-temps. Remplacé par Memphis Depay (69e) qui a su apporter du mouvement sur son côté. En toute fin de rencontre, le Néerlandais délivre son équipe d’une frappe enroulée qui termine dans la lucarne d’Areola (90e +3).

- Maxwell Cornet (6) : volontaire, il a apporté de nombreuses solutions en profondeur. Malgré une certaine maladresse technique, l’ancien Messin a mis par séquences la défense parisienne en difficulté par sa vitesse. Moins en vue en début de seconde période, l’Ivoiren a quand même été utile sur le plan défensif avec beaucoup de retours sur son côté. Sur son aile, il arrive à transmettre le ballon devant le but d’Alphonse Areola mais Traoré et Depay n’arrivent pas à reprendre le ballon (79e). Il s’offre une belle occasion détournée par Alphonse Aréola en fin de rencontre (87e).

- Mariano Diaz (4) : sevré de ballons (9) en première mi-temps, l’ancien Madrilène a traversé la première période comme un fantôme. Une seule occasion à son actif, un coup franc lointain qui s’envole dans les tribunes du Groupama Stadium (27e). Lance parfaitement en profondeur en seconde période, il prend le meilleur sur Thiago Silva mais se heurte à Alphonse Aréola (62e). Une deuxième période complètement différente pour lui qui a réussi a apporté sa hargne habituelle. Remplacé par Bertrand Traoré (77e) qui fait son retour sur les pelouses après deux mois d’absence.

PSG :

- Areola (3,5) : que dire de son entame de match et du but encaissé sur le coup-franc de Fekir. Mal positionné et surpris, il est en retard et doit constater les dégâts (2e). Très rarement mis à contribution par la suite, il a affiché toute la fébrilité qui l’animait durant cette rencontre. Certes, il remporte un duel face à Mariano (62e) mais a eu beaucoup de mal à s’imposer dans sa surface comme sur ce ballon qui lui passe devant (76e) et ces deux interventions dans les airs (79e, 85e).

- Dani Alves (4) : un début de rencontre catastrophique avec deux ballons rendus à l’adversaire dans ses 20 mètres qui ont mis les siens en grand danger. Il se reprend vite en faisant une bonne utilisation de son couloir. Plusieurs de ses centres ont amené le danger dans la surface lyonnaise jusqu’à celui délivré pour la reprise de Kurzawa sous la barre (45e+3). Et alors qu’il était mieux dans la rencontre, même défensivement, il a écopé d’un rouge pour contestation suite à un son jaune et a laissé ses partenaires à dix contre onze (57e).

- Thiago Silva (5,5) : pour un rendez-vous attendu, il n’a pas respiré la sérénité. Il a affiché pas mal de lenteurs dans ses déplacements mais aussi dans ses prises de décision. A quelques reprises, on l’a senti hésitant dans ses interventions. Néanmoins, si Fekir l’a gêné, Mariano a été bien tendre avec lui à part sur cette longue course où il est pris de vitesse (62e). Il a dégagé quelques ballons aériens et des situations chaudes et une mésentente avec Areola qui aurait pu être lourde de conséquence (85e).

- Marquinhos (6) : en pleurs quand il parle de Lucas à Canal Plus, il a serré les dents face aux Lyonnais. Bougé en début de match, le Brésilien s’est vite ressaisi par ses interventions solides comme face à Aouar devant sa surface qui partait en dribble (39e). Il a tout le temps pris le dessus dans les airs ou à la course sur Mariano (46e). Il ne s’est pas compliqué la tâche dans les moments chauds.

- Kurzawa (4) : une première mi-temps où il a enchainé les pertes de balle et les difficultés techniques. Trop sûr de lui et même nonchalant, il a eu du mal face aux déplacements de Cornet et aux montées de Rafael. Il a su se reprendre en fin de première période. Outre sa reprise du gauche lumineuse en barre rentrante qui fait du bien au PSG (45e+3), ses prises de balle devenaient plus autoritaires. Il offre un joli ballon à Verratti notamment (50e). Il est retombé dans ses travers une fois son équipe à dix, donnant des ballons à l’adversaire comme lors du but de Depay (90e+4) mais aussi en montrant de grosses lacunes défensives (69e, 73e).

- Verratti (6) : il a mis dix minutes à faire chauffer la machine car dans un premier temps les Lyonnais ont réussi à l’isoler du milieu. Sorti de l’embouteillage au milieu, il a pris le jeu à son compte, quitte à redescendre très bas sur le terrain. Son jeu long a bien failli piéger l’OL à quelques reprises comme pour Mbappé (31e). Il a aussi affiché pas mal de mobilité sur la pelouse et s’est retrouvé en position de frappe comme lorsqu’il tire au-dessus de la barre (50e). Il est aussi un peu court sur ce centre de Di Maria. Il s’est battu comme un chien en seconde période et a été averti en fin de rencontre (76e). Remplacé par Pastore (87e) dont l’entrée a fait du bien.

- Rabiot (6,5) : l’international est coupable de la faute commise pour le coup-franc décisif de Fekir (2e) et son début de rencontre n’est pas au niveau du choc entre ballons et duels perdus. Secoué dans tous les sens, le milieu a rectifié le tir au bout d’un quart d’heure de jeu, montrant plus de volume au milieu et haussant le ton dans les duels et récupérant pas mal de ballons. Il est encore coupable de quelques pertes sa présence a tout de même permis au PSG d’alterner son jeu.

- Lo Celso (5,5) : l’Argentin jouait gros ce soir. Titulaire dans l’entrejeu à la place de Draxler, il a affiché du bon et du moins bon. Sa qualité technique a parlé mais il n’a pas pris assez de risque dans le jeu, cherchant trop les petits périmètres. Il a su reprendre pas mal de ballons devant sa défense qui ont fait du bien (25e, 48e, 65e) mais défensivement, il a connu des passages à vide. Il est notamment averti pour une faute en retard sur Ndombele (53e).

- Di Maria (6,5) : il était en jambes ce soir, profitant pleinement de la blessure de Neymar pour se faire une place. Un coup-franc déposé sur la tête de Cavani (11e), un centre pour Verratti (49e), un ballon dans le dos de la défense pour Kurzawa (50e), des petits ponts dans tous les sens et un sens du jeu à la hauteur du rendez-vous. Ses déplacements entre les lignes ont fait mal mais il n’a pas toujours pris les bonnes décisions. Victime indirecte de l’expulsion de Dani Alves, il est remplacé par Meunier (61e). L’apport du Belge a fait du bien dans le couloir droit car il a permis de rééquilibrer le bloc. Il a régulièrement été mis sou pression par le bloc lyonnais mais a dégagé un ballon chaud devant son but (76e).

- Cavani (4) : comme face à Nantes, il a vécu un match compliqué ce soir. Présent dans les duels et même dans la récupération lorsque son équipe s’est retrouvée en infériorité numérique, on ne l’a en revanche presque jamais vu dans la surface lyonnaise. Embêtant pour un attaquant. A sa décharge, il n’a eu qu’un ballon exploitable lors de cette une tête plongeante sur ce coup-franc de Di Maria (11e). Le record ne tombera toujours pas ce soir. Averti pour s’être agacé auprès de l’arbitre (79e).

- Mbappé (non-noté) : son début de rencontre est intéressant entre quelques appels dans le dos de la défense, deux combinaisons avec Cavani et Di Maria puis c’est le trou noir. Parti défier Lopes, il percute violemment le portier lyonnais et met plusieurs minutes à se relever. Il est finalement évacué sur civière et remplacé par Draxler (37e - note 4)). L’Allemand a eu du mal à exister dans cette rencontre tendue. Il n’est pas parvenu à influer sur le jeu. Il faut dire que sa position sur le terrain n’a pas été très claire entre un joueur de couloir gauche ou un milieu axial. Une entrée décevante qui justifie le choix de départ d’Emery.