Vitorino Hilton a vécu une soirée cauchemardesque hier avec l’irruption chez lui de six hommes armés qui l’ont frappé à coups de crosse avant de l’enfermer dans une pièce avec sa famille. Un évènement traumatisant pour lui, mais surtout pour ses enfants comme il l’a expliqué à RMC.« Ça va, ce sont plutôt mes deux enfants qui sont préoccupés. Comme j’ai pris des coups de crosse au crâne, j’ai beaucoup saigné. Ils ont paniqué, mais ça va mieux. Ils sont arrivés d’un coup, on n’a pas eu le temps de faire quoi que ce soit. »

Une situation alarmante d’autant que ce n’est pas la première fois qu’une telle mésaventure arrive à un joueur du club phocéen. Récemment, c’était Lucho Gonzalez qui avait subi le même type d’agression. Encore choqué, le défenseur brésilien a demandé une sécurité renforcée autour de sa maison aux dirigeants marseillais. « J’ai vu les dirigeants du club, ils vont faire quelque chose dès maintenant, en mettant quelqu’un devant chez moi, parce que je n’ai pas fermé l’œil de la nuit. »

Ce phénomène commence à inquiéter au plus haut point la direction du club phocéen qui a lâché un communiqué dans l’après-midi en expliquant les actions qui allaient être mises en place pour éviter que cela ne se reproduise. Plus tard, c’est José Anigo qui est monté au créneau en s’inquiétant des possibles retombées que cela pouvait avoir sur les joueurs et sur les éventuelles recrues à venir côté marseillais. Quant à Vitorino Hilton, il s’interroge désormais quant à la suite à donner à son aventure à l’OM. « Concernant mon avenir à l’OM, je ne sais pas ce que je vais faire. Je vais réfléchir. Mes enfants me demandent de rentrer au pays », a expliqué le défenseur de l’Olympique de Marseille.