« La meilleure solution serait de dire "c’est une saison blanche", ce qui évite à ceux qui sont concernés par le bas du tableau de se retourner contre la LFP et la FFF. Le règlement stipule que c’est à l’issue du championnat que l’on descend d’une division. Une décision différente ouvrirait une brèche juridique qui coûterait très cher. Le plus logique serait alors de dire : " on annule tout et on repart sur la situation du début de saison ». Dans une interview accordée au Monde vendredi soir, Jean-Michel Aulas provoquait un gigantesque tollé dans le microcosme du football français.

Frappée de plein fouet par l’épidémie du coronavirus, la France, tout comme les grands championnats européens, a suspendu la Ligue 1 et la Ligue 2 jusqu’à nouvel ordre. Dans ce contexte si particulier, la proposition formulée par Jean-Michel Aulas a provoqué le courroux de la présidente de la LFP Nathalie Boy de la Tour mais pas seulement. Ainsi, le président de l’Olympique de Marseille Jacques-Henri Eyraud, a manifesté avec virulence son mécontentement face à la proposition surprenante d’Aulas. L’homme fort du club olympien a fustigé l’obscénité d’une telle démarche.

Waldemar Kita soutient Jean-Michel Aulas

Le président Eyraud a ensuite reçu le soutien de Noël Le Graët, président de la FFF, mais également celui de son homologue du Stade Rennais Jacques Delanoë. Face à la fronde du football français, Jean-Michel Aulas voit débarquer un soutien pour le moins étonnant en la personne de Waldemar Kita. Invité d’Intégrale Sport ce dimanche sur RMC Sport, le président du FC Nantes s’est positionné sur cette passe d’armes rocambolesque entre Aulas et Eyraud. Et surprise, l’intéressé prône pour l’apaisement tout en caressant au sens du poil le patron de l’Olympique Lyonnais.

« On connaît le caractère et la personnalité de Jean-Michel. Il est tout à fait normal qu’il défende l’intérêt de son club. Il défend beaucoup le football français. Ce sont des petites polémiques entre une personne qui a une grande expérience dans le football et une autre qui est un peu plus jeune. Je dis qu’il faut respecter "les personnes âgées" (sourire). Il ne faut pas entrer dans une polémique. Ce sont des personnes de qualité, » révèle ainsi Kita. Ce dernier confie également qu’il pourrait devenir force de proposition en cas d’arrêt définitif du championnat. « Opter pour une saison blanche ? Je ne sais pas. J’ai quelques idées en tête, je ne peux pas les dire aujourd’hui. Si on ne peut pas rejouer d’ici fin mai, je pense qu’il faudra arrêter le championnat. De quelle façon et comment ? J’ai quelques idées que je vais soumettre quand on sera tous réunis, » précise ainsi le président des Canaris. Avant d’arriver à une telle issue, l’UEFA se réunit mardi pour évoquer l’avenir de ses compétitions européennes et de l’Euro 2020. Son dénouement influencera forcément l’avenir de la Ligue 1...