Deuxième de Ligue 1 avec 6 points d’avance sur Lille et le Stade Rennais, l’Olympique de Marseille recevait Toulouse avec l’intention de prendre le large et de repousser un peu plus la concurrence. Lanterne rouge, les Violets se déplaçaient au Stade Orange Vélodrome avec la volonté de réduire l’écart avec le barragiste Nîmes. À huit points des Crocos, l’heure était à l’urgence pour la mission maintien. Pour ce match, André Villas-Boas conservait le traditionnel 4-3-3 et confirmait les hommes en forme du côté de la défense. Boubacar Kamara se retrouvait au milieu de terrain aux côtés de Maxime Lopez et Morgan Sanson. Seul en pointe suite à l’absence pour blessure de Dario Benedetto, Valère Germain pouvait compter sur Nemanja Radonjic et Dimitri Payet dans les couloirs. Pour Toulouse, Denis Zanko optait pour un 4-1-4-1 avec les recrues Lovre Kalinic et Ruben Gabrielsen. Seul en pointe, Aaron Leya Iseka retrouvait son ancien club alors que Wesley Saïd, Manu Koné, Ibrahim Sangaré, Jean-Victor Makengo et Quentin Boisgard prenaient place au cœur du jeu. Le match démarrait très fort pour Toulouse. Très mal alignée, la défense de l’Olympique de Marseille se faisait peur d’emblée.

D’un long ballon en profondeur, Wesley Saïd trouvait Aaron Leya Iseka. Lancé dans la surface, le Belge crochetait le gardien sur la gauche, mais poussait trop son ballon. Alors que le but était vide, il tentait de se rattraper, mais son tir touchait le poteau gauche avant d’être contré par Alvaro Gonzalez en corner (1re). Si Toulouse se faisait à son tour une frayeur lorsque Ruben Gabrielsen venait percuter Lovre Kalinic sans raison apparente, cela n’avait aucune incidence (5e). Mieux, Toulouse repartait de l’avant par l’intermédiaire de Quentin Boisgard. Ce dernier provoquait sur la droite de la surface et frappait entre les jambes de Duje Caleta-Car. Le ballon était finalement repoussé par Steve Mandanda (6e). Aaron Leya Iseka lançait ensuite Wesley Saïd sur la gauche de la surface et il fallait un bon retour de Duje Caleta-Car pour concéder le corner (11e). Excentré sur la droite, Issiaga Sylla mettait de nouveau Steve Mandanda à contribution (12e). Suite à une mauvaise balle de Jean-Victor Makengo en retrait, Bouna Sarr déclenchait un centre-tir devant le but sans incidence pour les Toulousains (15e). Quentin Boisgard répondait par un coup franc qui passait tellement au-dessus du but de Steve Mandanda qu’il a dû retomber dans le Vieux Port (16e).

Dimitri Payet débloque la situation

Sur la gauche de la surface, Wesley Saïd bien servi par Jean-Victor Makengo centrait au second poteau. De la tête, Ruben Gabrielsen manquait d’accrocher le cadre (28e). Alors que le ballon passait sur la droite, Bouna Sarr se faisait surprendre par Wesley Saïd qui redonnait en retrait à Jean-Victor Makengo. Ce dernier marquait, mais son but était refusé pour un hors-jeu de Wesley Saïd (29e). Remuant, Wesley Saïd faisait des misères à Bouna Sarr sur l’aile gauche et rentrait encore une fois dans la surface. L’ancien Dijonnais trouvait finalement le petit filet gauche de Steve Mandanda (33e). Blessé, Lovre Kalinic devait sortir sur blessure. Le gardien toulousain laissait sa place à Baptiste Reynet (37e). Si Valère Germain aurait pu obtenir un penalty face à Ruben Gabrielsen (39e), l’OM se distinguait aussi sur corner. Dimitri Payet trouvait Alvaro Gonzalez dont la tête passait nettement au-dessus (43e). Trouvé en retrait par Dimitri Payet, Nemanja Radonjic frappait plein axe devant la surface toulousaine. Baptiste Reynet captait la sphère devant le Serbe (45e +2).

Au retour des vestiaires, l’Olympique de Marseille sonnait la révolte et Alvaro Gonzalez tentait sa chance à 25 mètres du but. Son ballon lobé passait au-dessus de la lucarne gauche de Baptiste Reynet (48e). Une tentative immédiatement suivie d’une lourde frappe de Dimitri Payet. Trouvé dans l’axe par une talonnade de Bouna Sarr, le numéro 10 venait tromper Baptiste Reynet d’un boulet de canon (51e). Mieux dans la rencontre suite à ce but, Marseille maintenait la pression dans le camp adverse. Une longue phase de domination qui se traduisait notamment par un beau tir de Boubacar Kamara (64e) qui se dérobait sur la droite. Sur coup franc, Duje Caleta-Car manquait ensuite de surprendre Baptiste Reynet, mais sa tête passait sur la droite (72e). Suite à un très rapide dégagement de Steve Mandanda, Saîf-Eddine Khaoui se présentait devant la surface et frappait. Son tir était repoussé de justesse par Baptiste Reynet (76e). Toulouse a eu un face à face entre Aaron Leya Iseka et Steve Mandanda en fin de match, mais le gardien s’est imposé (81e). Dimitri Payet aurait pu mettre fin au suspense dans la foulée, mais son tir passait à gauche (85e). Finalement, Marseille a su tenir et s’impose 1-0. Au classement, Marseille conforte sa deuxième place avec neuf points d’avance sur Lille et Stade Rennais. Toulouse progresse, mais reste très loin du maintien.

L’homme du match : Steve Mandanda (7,5) : le gardien marseillais a réalisé un très gros match et a notamment vécu des premières minutes intenses. Dribblé par Leya Iseka à la 20e seconde, il s’est fait une grosse frayeur mais était tout heureux de voir ce dernier tirer sur le poteau. Cinq minutes plus tard, il a aussi réalisé un arrêt salvateur du pied droit sur une frappe de Boisgard. Plusieurs interventions sont également à mettre à son crédit, notamment devant Leya Iseka (80e).

Olympique de Marseille :

- Mandanda (7,5) : voir ci-dessus

- Sarr (6) : il s’est montré très actif sur son côté droit, comme à son habitude. Le latéral a débordé à plusieurs reprises pour tenter d’apporter le danger (15e, 24e, 26e, 42e, 50e, 63e). C’est lui qui a offert le ballon à Payet, avant que celui-ci ne marque d’une belle frappe (51e). Un peu plus friable défensivement.

- Alvaro (5,5) : Le défenseur olympien a été chanceux de ne pas mettre le ballon dans son propre but sur la première occasion toulousaine (1e). Il a également été averti très tôt dans le match (15e). En première période, il n’a pas assez serré le verrou sur Leya Iseka, trouvé trop facilement par ses coéquipiers. En revanche, il a été dangereux à plusieurs reprises offensivement. Sur un corner avant la mi-temps, sa tête ne trouvait pas le cadre. Au retour des vestiaires, il tentait ensuite un enroulé du gauche, qui passait de peu au dessus du but.

- Caleta-Car (6) : Le Croate s’est montré solide et a réalisé de bons gestes défensifs. Il a touché beaucoup de ballons et n’a pas hésité à monter d’un cran pour participer au jeu marseillais. Il a contribué au clean sheet encore une fois réalisé par les Olympiens. Bonne prestation de sa part.

- Amavi (6,5) : le ballon a moins circulé de son côté. Il a néanmoins essayé d’apporter offensivement et n’a pas hésité à déborder (14e, 51e, 59e). Défensivement, il a haussé son niveau au fil de la rencontre, en réalisant des interventions importantes dans le second acte, notamment dans les dernières minutes sur un centre toulousain. Un bon match de sa part.

- Sanson (6,5) : il a fait les gestes justes à l’image de sa passe transversale de qualité au quart d’heure de jeu et une autre pour Payet en fin de match. Un peu plus tôt dans le rencontre (13e), il tentait de faire la différence mais sa frappe s’envolait. Désireux d’apporter son aide au collectif, il a aussi effectué un pressing important (55e). Remplacé par Hiroki Sakai (86e). Le Japonais est rentré dans un moment où les Toulousains poussaient, et s’est vite montré au niveau.

- Kamara (6,5) : aligné une fois de plus au milieu de terrain, il a fait un match très sérieux. Des récupérations importantes (17e, 20e) et les gestes justes. Le joueur formé à l’OM a encore une fois touché beaucoup de ballons et été la plaque tournante de son équipe. Il a tenté de porter le score à 2-0 à l’heure de jeu mais sa frappe puissante du droit n’a pas inquiété Reynet.

- Lopez (4,5) : le milieu de terrain était titularisé pour la deuxième fois en Ligue 1 depuis fin novembre. Il a été l’auteur d’une très bonne passe en profondeur en début de match et s’est infiltré facilement dans la surface en seconde période mais l’action n’a rien donné. Il n’a néanmoins pas marqué la rencontre de son empreinte. Remplacé par Kevin Strootman (78e). Le Néerlandais n’a pas eu le temps de se distinguer.

- Payet (7) : après un déplacement à Saint-Étienne où il a inscrit un but exceptionnel, l’homme fort marseillais a beaucoup été cherché par ses coéquipiers mais n’est pas parvenu à faire la différence. Jusqu’à la 51e minute. Depuis l’extérieur de la surface, il a décoché une frappe du pied droit et trompé Baptiste Reynet. Un but sublime, son huitième de la saison en Ligue 1 ! Un huitième but qui aurait pu être suivi d’un neuvième mais sa frappe (84e) a frôlé le poteau. Il a encore une fois été très important pour l’OM. 

- Germain (5) : il avait la tâché de remplacer Dario Benedetto, blessé, et connaissait donc sa dixième titularisation en championnat. L’ancien Niçois a été très discret surtout dans le premier acte. Il n’avait touché qu’un seul ballon en 25 minutes. Peu avant la mi-temps, il aurait cependant pu obtenir un penalty, après avoir été accroché dans la surface. Deux-trois situations en seconde période mais aucune vraiment inquiétante.

- Radonjic (5) : le Serbe a été très brouillon au début de la rencontre et n’est pas rentré de suite dans son match. Il a tenté de sonner la révolte avant la mi-temps, en effectuant la première frappe cadrée marseillaise. Son niveau s’est élevé progressivement mais son match ne restera pas l’un de ses meilleurs sous le maillot olympien. Remplacé par Saîf-Eddine Khaoui (66e). Ce dernier a essayé d’apporter sa pierre à l’édifice à l’image de sa frappe du gauche (76e) arrêtée par le portier adverse.

Toulouse FC :

- Kalinic (non-noté) : le finaliste de la Coupe du monde 2018 s’est fait une petite frayeur en début de match quand il s’est télescopé avec Ruben Gabrielsen (6e). Pas vraiment inquiété sur le début de match, il a finalement dû sortir sur blessure après une alerte à la cuisse. Remplacé par Baptiste Reynet (36e, note : 5) qui a débuté par une belle parade face à Nemanja Radonjic (45e +2). Il ne peut rien faire sur le boulet de canon de Dimitri Payet qui se loge au fond de ses filets (51e). Il a cependant été très solide lors d’un face à face avec Saîf-Eddine Khaoui (76e). Sorti vite devant Dimitri Payet, il le gêne en fin de match (85e)

- Moreira (4,5) : en début de rencontre, il a connu quelques trous d’air en défense sans que cela soit préjudiciable à son équipe. Il a ensuite rétabli la donne en fin de première période. Rarement mis à défaut défensivement, il a peu apporté sur le plan offensif. Seul son centre pour Aaron Leya Iseka qui aurait pu déboucher à un but est à retenir (81e).

- Gabrielsen (6) : autoritaire et dégageant un leadership, il a cependant mis en difficulté son gardien en début de match sur une action anodine (6e). Il s’est vite repris et a failli marquer de la tête (28e). Pas impliqué sur le but de Dimitri Payet et souvent impérial dans ses duels, il aura répondu présent ce soir. Seul point noir, il est trop court lors du face à face entre Dimitri Payet et Baptiste Reynet en fin de rencontre (85e).

- Diakité (5) : bien en place, il a livré une première période très inintéressante aux côtés de Ruben Gabrielsen. Bien guidé par le Norvégien, il a été solide lors de ses interventions et a bien protégé son but. Aussi consistant lors du second acte et profitant du soutien de son aîné de l’axe et d’Ibrahim Sangaré, il livre une copie satisfaisante.

- Sylla (3,5) : souvent pris à défaut dans son couloir, le Guinéen a mal vécu les montées incessantes de Bouna Sarr. En début de match, il a frappé au but sans perturber Steve Mandanda (12e). Les mouvements sont souvent venus de son côté. Un peu plus actif offensivement en fin de match, il a su apporter le danger sans que cela se traduise par un but ou une belle occasion. Averti pour une faute devant Bouna Sarr (71e).

- Saïd (5,5) : très actif sur l’aile gauche, l’ancien Dijonnais a été l’un des animateurs de la première période. S’il n’a pas trop aidé Issiaga Sylla dans les efforts défensifs, il a fait très mal à l’arrière-garde phocéenne. Très vite, il a lancé Aaron Leya Iseka vers le but adverse (1re). Remuant, il était finalement bien bloqué dans la surface par Duje Caleta-Car après une percée (11e). A l’origine du but refusé de Jean-Victor Makengo (29e), il a trouvé le filet de Steve Mandanda après un petit numéro (33e). Son équipe a ensuite perdu le fil et il n’a pas réussi à rester aussi efficace. Remplacé par Adil Taoui (78e) qui a tenté en vain.

- Koné (4,5) : moins en vue que certains de ses coéquipiers de l’entrejeu, le Benjamin de cette équipe n’a pas été ridicule pour autant. Intéressant dans son volume de jeu et utile en transition, il a épaulé Ibrahim Sangaré et Jean-Victor Makengo en remportant quelques duels. Un peu friable par la suite, il s’est un peu caché et a souvent semblé à contre-temps. En fin de match, il s’est offert une belle frappe qui est passée au-dessus du but (82e).

- Sangaré (6,5) : capitaine du Toulouse FC, le jeune milieu de terrain a livré une copie propre. Juste dans ses choix et utile à la récupération, il a éloigné plusieurs ballons chauds. Utile lors des phases de transition, il s’est surtout signalé avec un sublime retour salvateur devant Dimitri Payet dans sa surface (13e). Très régulier tout au long de la rencontre, il n’a pas hésité à décrocher pour épauler sa charnière centrale. Un match intéressant pour l’Ivoirien qui a été au niveau de l’affiche. En fin de match, il a encore une fois sauvé la maison violette en contrant en corner devant Dimitri Payet (90e +1).

- Makengo (5) : l’ancien niçois a brillé en première période. Très bon sur le plan athlétique, il a su récupérer quelques ballons précieux. Une seule erreur notable, mais Bouna Sarr n’en a pas profité (15e). Provoquant la tête de Ruben Gabrielsen (28e), il aurait pu marquer, mais sa réalisation a finalement été refusée (29e). En début de seconde période, il ne va pas assez vite à la rencontre de Dimitri Payet sur son but (51e). Il a ensuite été averti pour une faute sur Bouna Sarr (60e). Il a cependant terminé la rencontre un peu épuisé.

- Boisgard (4) : sur l’aile droite, il ne s’est pas caché. Pas avare d’efforts, il aurait pu marquer rapidement, mais Steve Mandanda a remporté son duel (6e). Il a aussi eu un coup franc bien placé qui est passé nettement au-dessus du but phocéen (16e). Par la suite, il a beaucoup couru dans le vide sans parvenir à s’illustrer. Totalement disparu en seconde période, il a finalement dû sortir au profit d’Amine Adli (70e). Volontaire, le jeune toulousain a fait parler son explosivité mais ça n’a pas été suffisant.

- Leya Iseka (3) : passé du côté de l’Olympique de Marseille lors de la saison 2016-2017, l’attaquant belge a failli trouver la faille très vite, mais son contrôle était trop long (1re). Utilisé pour son jeu dos au but à l’image d’une belle déviation pour Wesley Saïd (11e), il s’est globalement montré brouillon. Bien que volontaire et entreprenant, il a manqué d’efficacité. À l’instar de ses coéquipiers, il a disparu de la circulation au retour des vestiaires. Bénéficiant cependant d’un bon centre de Steven Moreira, il a repris à bout portant, mais Steve Mandanda a sauvé sur sa ligne (81e). Des occasions mais peu de réalisme pour le demi-frère de Michy Batshuayi.