Ne pas gâcher la fête au Parc des Princes. Tel était l’objectif du Paris Saint-Germain ce dimanche soir lors de la réception de l’AS Monaco en clôture de la 33e journée de Ligue 1. Après avoir manqué le coche à trois reprises, le club de la capitale a finalement été sacré champion de France sans jouer cet après-midi suite au match nul du LOSC contre Toulouse (0-0). Du coup, la formation parisienne défiait le club du Rocher avec le statut de champion 2018-2019 et pour que la fête soit pleine, il fallait s’imposer. En face, l’ASM, seizième au coup d’envoi, voulait jouer un mauvais tour au PSG et pourquoi prendre les trois points pour s’éloigner encore un peu plus de la zone rouge. Pour cette rencontre, Thomas Tuchel alignait alors un 3-4-3 avec les retours d’Areola, Marquinhos, Dagba, Verratti et Mbappé dans le onze de départ. Sur le banc, Cavani et Neymar étaient présents. Côté monégasque, Leonardo Jardim optait pou un 4-2-3-1 avec Henrichs, Benoît Badiashile et Falcao titulaires.

Devant leur public, les Parisiens ne tardaient pas pour mettre le pied sur le ballon, tandis que les Asémistes attendaient les contres. Présents dans les duels, les visiteurs récupéraient cependant plusieurs ballons et Falcao pouvait lancer Rony Lopes. L’international portugais croisait alors sa frappe et obligeait Areola à se coucher rapidement pour sauver le PSG (7e). Mais le bon début de match monégasque était ensuite gâché par la sortie sur blessure de Subasic, touché aux adducteurs et remplacé par Benaglio (13e). Et le gardien suisse n’avait pas vraiment le temps de prendre ses repères sur la pelouse. En contre-attaque, Mbappé décalait Diaby côté gauche qui le retrouvait dans la surface. Le champion du Monde contrôlait alors avant d’ajuster Benaglio du pied droit (15e, 1-0). Malgré cette ouverture du score parisienne, les Asémistes ne se laissaient pas abattre. Après une petite erreur sur un dégagement de Marquinhos, qui aurait pu marquer contre son camp (26e), Golvin n’accrochait pas le cadre du pied gauche (27e).

Kylian Mbappé atteint la barre des 30 buts en Ligue 1 !

Cependant, les plus grosses occasions étaient parisiennes. Après avoir ouvert le score, Mbappé pouvait doubler la mise sur une passe de Paredes mais l’international français voyait sa frappe frôler le montant opposé (33e). Mais la suivante était la bonne. Après un une-deux avec Dani Alves, le natif de Bondy ne laissait aucune chance à Benaglio d’une frappe à ras de terre (38e, 2-0). En fin de première période, Areola sortait une reprise de Gelson Martins (44e). À la pause, le PSG menait 2-0. Au retour des vestiaires, les Parisiens cherchaient rapidement à enfoncer le clou, le tout avec Neymar sur le terrain puisque le Brésilien avait pris la place de Kurzawa à la mi-temps. Après une magnifique intervention de Jemerson sur l’ancien joueur du Barça (48e), les locaux déroulaient. Mbappé, encore lui, trouvait le poteau de Benaglio (53e). Le troisième but était finalement pour Diaby, mais son but était refusé pour un hors-jeu pas forcément évident (55e). Mais le natif de Bondy se chargeait lui-même d’enfoncer l’AS Monaco en signant un triplé.

Verratti cassait toutes les lignes en trouvant Dani Alves dans la profondeur. Le milieu brésilien levait alors la tête pour servir une nouvelle fois Mbappé, seul devant le but, qui n’avait plus qu’à pousser le cuir au fond des filets (56e, 3-0). Avec ce score large, les Parisiens se montraient un peu moins offensivement, alors que Golovin voyait sa tête passer au-dessus du but parisien (70e). Comme Neymar, Cavani effectuait son retour en remplaçant Paredes (73e). Et après un sauvetage de Kimpembe devant l’international russe (74e), Verratti, touché à la cheville, devait laisser sa place à Draxler (76e). Un premier coup dur pour le PSG qui encaissait ensuite un but. Kehrer ne remportait pas son duel avec Vinicius et Marquinhos était contré devant sa surface. Golovin en profitait alors pour réduire l’écart (80e, 3-1). Le coup de sifflet final approchait et Cavani, entré en jeu quelques minutes auparavant, envoyait un coup de tête au fond des filets sur un centre de Mbappé. Ce but était tout de même refusé pour un hors-jeu évident (86e). Le PSG s’imposait donc 3-1 face à l’AS Monaco. Une belle victoire pour fêter le titre de champion avec son public.

Revivez le film de la rencontre sur notre live commenté.

L’homme du match : Mbappé (8,5) absent contre le FC Nantes, le champion du Monde était de retour ce soir dans le onze de départ. Et l’international français a frappé un grand coup. Rapidement, il a mis son équipe sur de bons rails après une belle combinaison avec Diaby (15e). Après un échec face à Benaglio (19e) et une frappe à côté (33e), il a signé un doublé après un bon travail avec Dani Alves (38e). Toujours aussi bouillant au retour des vestiaires, le joueur de 20 ans ne s’est pas arrêté là. Il a en effet marqué un troisième but sur un nouveau service du milieu brésilien (56e), peu de temps après avoir trouvé le poteau (52e). 3 buts ce soir, 30 cette saison en Ligue 1 : le numéro 7 est sur un nuage !

Paris Saint-Germain

- Areola (6) : de retour dans le but parisien, le gardien français a tenu son rang ce soir. Si les Asémistes n’ont pas beaucoup cadré, il a cependant fait le boulot sur les tirs dangereux de l’ASM. Après s’être bien couché sur une frappe croisée de Rony Lopes (7e), le champion du Monde a réalisé un bel arrêt sur une magnifique frappe de Gelson Martins (44e) avant de capter tranquillement une tentative d’Adrien Silva (45e+1). Après la pause, le portier parisien n’a rien eu à faire jusqu’à la tentative de Golovin qu’il n’a pas pu sortir (80e).

- Dagba (6) : positionné côté droit dans le 3-4-3 parisien, le jeune latéral n’a pas montré grand chose dans un premier temps. Mais au retour des vestiaires, il a réalisé de nombreuses montées, notamment sur la double tentative de Dani Alves. Défensivement, il est resté concentré, notamment lorsqu’il a anéanti une contre-attaque dangereuse (49e).

- Kehrer (5,5) : l’international allemand a été en dessous de ses deux compères de défense. Face à Rony Lopes, il a souffert à cause de la vitesse du Portugais, comme à la 7e minute où il a été pris dans son dos pour la première frappe cadrée monégasque. Il s’est tout de même bien rattrapé ensuite (18e). Et sur la seule réelle incursion monégasque en deuxième période, il n’a pas remporté son duel, Golovin en profitant pour sauver l’honneur (80e).

- Marquinhos (8) : le capitaine du Paris Saint-Germain a été très précieux. Auteur de deux bonnes interventions notamment en première période (3e, 19e), il n’a pas laissé passer grand chose, lui qui a récupéré 12 ballons en 45 minutes. Bon dans le premier acte, il a continué son récital au retour des vestiaires, avec par exemple une intervention rugueuse sur Vinicius qui était en bonne position (65e). Sur le but monégasque, il a malheureusement été contré (80e) mais ça n’efface pas le reste. Le Brésilien a été impeccable (20 ballons glanés au total).

- Kimpembe (7) : souvent critiqué ces derniers temps, le défenseur français a retrouvé des couleurs ce soir au Parc des Princes. Après avoir repoussé des centres de Rony Lopes (4e) et de Golovin (14e), il a réalisé une belle intervention sur Falcao (23e). Après la pause, il est resté solide lui qui a sauvé son équipe sur une frappe de Golovin (74e). Le champion du Monde a donc rempli son contrat.

- Kurzawa (4,5) : présent côté gauche, le latéral français ne s’est pas montré sous son meilleur visage. Pas très présent défensivement, il n’a pas apporté offensivement. Sur 39 ballons joués, il a en d’ailleurs perdu 12. Voyant certainement son joueur en difficulté, Thomas Tuchel l’a alors remplacé à la pause par Neymar (note : 5). Pour son grand retour, l’international brésilien n’a pas tenté de choses trop difficiles. Toujours adroit dans ses dribbles, il a retrouvé ses sensations mais n’a pas été dangereux.

- Dani Alves (7,5) : auteur d’un très joli but mercredi soir à Nantes, l’international brésilien n’a cette fois-ci pas trouvé le chemin des filets mais a tout de même rendu une belle copie. S’il a tenté de lober Subasic (9e), il a ensuite réalisé des passes intéressantes. À l’origine de l’ouverture du score (15e), il a ensuite réalisé une passe décisive pour Mbappé sur un une-deux (38e). Passeur, il aurait même pu se transformer en buteur mais n’a malheureusement pas trouvé la faille sur une double-tentative (53e). Un match très intéressant de sa part.

- Paredes (5,5) : encore positionné aux côtés de Verratti, l’international argentin a été beaucoup moins en vue que son coéquipier. Toujours chargé des coups de pied arrêtés, l’ancien joueur du Zenit a cependant été précis, avec 92% de précision de passes sur 68 ballons joués. Un match correct de sa part mais sans plus. Remplacé par Cavani (73e).

- Verratti (7,5) : le milieu italien, comme souvent, a réalisé un travail de l’ombre. Précieux dans la récupération, le « Petit Hibou » n’a pas cessé de courir pour fermer les espaces et venir chercher le ballon dans les pieds monégasques (10 ballons gagnés en première période, 7 après la pause). Et balle au pied, sa qualité de passes a fait la différence, comme les deux derniers buts parisiens, notamment le dernier avec une longue ouverture vers Dani Alves. Touché à la cheville gauche, il a dî laisser sa place à Draxler (76e).

- Mbappé (8,5) : voir ci-dessus

- Diaby (6,5) : aligné côté gauche par Thomas Tuchel, le joueur de 19 ans a montré de belles choses. Souvent disponible et auteur de quelques accélérations intéressantes, il a bien trouvé Mbappé pour l’ouverture du score (15e). En deuxième période, il a joué un peu plus bas suite à l’entrée en jeu de Neymar. Déjà présent défensivement avant la mi-temps, il a donc continué son travail, bloquant principalement Gelson Martins.

AS Monaco

- Subasic (non noté) : touché sur sa première intervention, le portier monégasque a été victime d’un énième problème physique, lui qui a déjà manqué les deux tiers de la saison. Remplacé par Benaglio (4,5) à la 13e, dont le placement sur le premier but du PSG peut interpeller, mais qui ne peut pas grand-chose sur les deux autres réalisations parisiennes.

- Henrichs (5,5) : auteur d’une intervention salvatrice (24e), il a empêché Neymar de retrouver le chemin des filets au retour des vestiaires (53e). Très sollicité, il a réussi à sortir la tête de l’eau par moments. On peut considérer que l’international espoir allemand a été le meilleur défenseur monégasque sur la pelouse ce soir, mais tout reste relatif...

- Glik (5) : son début de match est bon, en témoignent ses deux duels gagnés face à Kylian Mbappé (7e puis 23e) et ses sorties opportunes. Meilleur récupérateur côté monégasque ce soir (21 ballons gagnés), il part tout de même aux fraises à plusieurs reprises avant de se faire prendre de vitesse par le double buteur parisien sur son deuxième but. Son ex-coéquipier allait probablement trop vite pour lui et ses 31 ans.

- B. Badiashile (3,5) : il a vécu un match très compliqué ce soir. Après avoir couru sur vingt mètres derrière Kylian Mbappé (15e), il s’est totalement manqué sur la seconde occasion nette de l’attaquant français (33e). Également moyen sur le deuxième but, le défenseur de l’équipe de France U19 ne pouvait peut-être pas espérer mieux face au numéro 7 du PSG, étincelant ce soir.

- Ballo-Touré (5) : il a produit une performance en dents de scie. Sa percée en fin de première mi-temps est assez significative puisqu’il enchaîne une excellente intervention puis un dernier geste manqué. Il aurait pu s’offrir une passe décisive, mais peut reprocher son manque d’efficacité à Golovin.

- Adrien Silva (5) : son petit pont sur Colin Dagba est son seul véritable éclair de génie de la soirée (8e). Au même titre que son coéquipier au milieu Jemerson, il a souvent pris l’eau, offrant des boulevards aux Parisiens. Impuissant sur le plan offensif, il s’est contenté de frappes lointaines pour animer sa soirée.

- Jemerson (4,5) : attentiste sur le second but parisien (38e), il a eu bien du mal à s’imposer physiquement dans l’entre-jeu. S’il empêche Neymar de marquer (47e), sa prestation reste très moyenne pour un joueur considéré comme un cadre par Leonardo Jardim. Remplacé par un Aholou volontaire mais dépassé à la 67e.

- Gelson Martins (5,5) : avec trois Parisiens sur son dos, le Portugais a souvent eu du mal à s’exprimer. Parfois trop imprécis, il a tout de même été l’un des rares Monégasques capables de mettre Alphone Aréola à contribution. Un match correct de sa part étant donné le contexte, mais une prestation loin de celles réalisées par l’attaquant de 23 ans à son arrivée en Ligue 1.

- Golovin (6) : après un bon début de match, il a ensuite disparu des écrans, à l’image de l’AS Monaco. S’il a été à l’origine d’une bonne frappe (27e), il a longtemps manqué d’efficacité devant le but en seconde période, jusqu’à son but, qui récompense son implication ce soir. Sa fin de match est d’ailleurs très bonne.

- Rony Lopes (4,5) : l’ancien Lillois a peut-être été le Monégasque le plus remuant ce soir... Mais sa maladresse sur coups de pied arrêtés noircie sa prestation globale. Auteur d’une bonne frappe en tout début de match, il s’est souvent heurté à un très bon Marquinhos. Trop individualiste par moments, le Portugais est capable de beaucoup mieux.

- Falcao (5) : d’entrée, il lance idéalement Rony Lopes (6e). Souvent esseulé, le meilleur buteur de l’ASM (12 buts) a tenté de remplir son rôle en étant solide dos au but (43e). Ce fût d’ailleurs le cas sur la frappe de Gelson Martins (43e). Remplacé car blessé par Vinicius (note : 5,5) à la 45e. L’attaquant prêté par le Napoli a de son côté été généreux, étant d’ailleurs récompensé par son implication sur la réduction du score de Golovin (80e).