Lorsque Sonny Anderson quittait l’Olympique Lyonnais pour Villarreal en 2003, les Gones ont tenté d’attirer un gros poisson dans leurs filets, de Shabani Nonda (à l’époque à Monaco) à Samuel Eto’o (alors à Majorque) en passant par Didier Drogba (avant qu’il n’aille à l’Olympique de Marseille) ou encore Fernando Morientes (avant son prêt à l’AS Monaco). Le président Jean-Michel Aulas et son staff offraient finalement Giovane Élber à Paul Le Guen. Précédé d’une excellente réputation acquise au Bayern Munich, le buteur brésilien avait tout de la bonne affaire.

Pourtant, dans les faits, le natif de Londrina ne restera pas vraiment dans les mémoires pour ses prestations. Un passage raté qu’il a lui-même expliqué au média auriverde trivela.com par les conditions de son arrivée dans la capitale des Gaules. « Le Bayern voulait recruter Makaay et mon contrat expirait l’année suivante. Ils pensaient que si je restais une saison de plus, je partirais gratuitement. Ils ont donc tout fait pour que je m’emporte et que je décide de claquer la porte », a-t-il expliqué avant de poursuivre.

« Ainsi, les dirigeants pourraient récupérer un peu d’argent lors de mon départ. Ils m’ont clairement dit que si je restais, c’était pour être sur le banc ou en tribunes. Je me suis dit : "J’ai 32 ans, je ne veux pas être payé à être en tribunes. Je veux jouer au football". J’ai donc décidé de partir et ils ont réussi à me vendre à Lyon. Je suis parti déçu. Mais j’avais pris la décision de partir et je n’ai pas réfléchi. Quand je suis arrivé à Lyon, j’ai regretté. Pour le style de jeu, pour le championnat français dans son ensemble », a-t-il avoué.

À la lecture de ses propos, on comprend mieux pourquoi Giovane Élber n’a pas montré à l’OL le niveau qui était le sien du côté du Bayern Munich. Le témoignage de l’international brésilien (11 capes, 5 buts) sur la Ligue 1 ne donnera en tout cas pas franchement envie aux grandes stars de la planète football de venir évoluer dans le championnat de France…