Englué dans une crise sportive profonde, notamment après l’humiliante défaite en coupe de France face à Andrézieux (0-2), l’Olympique de Marseille doit se reprendre collectivement et sans doute mettre les bouderies de chacun de côté pour sortir de l’œil du cyclone. Mais dans certains bureaux du centre d’entraînement Robert Louis-Dreyfus, dont celui du président Jacques-Henri Eyraud, l’une des solutions pour sortir de cette crise est l’arrivée d’un attaquant, et pas n’importe lequel : Mario Balotelli (28 ans).

En froid avec l’OGC Nice, l’Italien, qui n’a inscrit aucun but depuis le début du championnat, souhaite ardemment quitter les Aiglons. Il y a trois jours, sa signature à l’OM était d’ailleurs annoncée comme imminente. Mais six mois après la première tentative marseillaise, c’est toujours la même sérénade. En clair, Balotelli à l’OM, ce n’est pas encore fait. Sur le principe, tout est pourtant clair : l’OM fait figure de courtisan n° 1 et l’OGC Nice est disposé à le libérer de ses six derniers mois de contrat (sans les lui verser, précise bien Nice-Matin).

Ça risque de traîner

Car avec Balotelli, il y a toujours un "mais". Dès l’annonce d’une arrivée imminente sur la Canebière, déjà de premiers échos laissaient penser que la décision de le faire venir à Marseille ne faisait pas vraiment l’unanimité. Et depuis hier, des rumeurs circulant de l’autre côté des Alpes indiquent que plusieurs formations de Serie A aimeraient doubler l’OM dans l’affaire. Info ou intox ? Dans son édition du jour, La Provence fait savoir que la direction marseillaise ne foncera pas tête baissée dans ce dossier et que la patience est de mise.

Une version confirmée par Nice-Matin. Le quotidien local affirme en effet que si l’OM prend son temps, c’est parce que le club phocéen est encore loin d’être convaincu à 100% par le recrutement de Balotelli. Un dossier parti pour durer donc, comme l’a confirmé au journal l’entourage du buteur niçois, qui évoque « une situation très compliquée, qui risque de traîner ». Vous l’aurez compris, le feuilleton Balotelli est reparti. Mais contrairement à l’été dernier, les plus anxieux pourront toujours se dire que ça ne durera qu’un mois, au grand maximum.