Comme chaque compétition internationale, la Coupe d’Afrique des Nations est un formidable moyen pour les joueurs de se mettre en valeur. Ghaylène Chaâlali qui a tout gagné avec l’Espérance de Tunis (avec trois titres de champion de Tunisie et deux Coupes d’Afrique des clubs) en est le parfait exemple. À 25 ans, ce milieu de terrain relayeur, qui possède par ailleurs un bon pied droit, a été l’une des rares satisfactions de l’équipe de Tunisie lors du premier tour de cette Coupe d’Afrique des Nations. Meilleur joueur des Aigles de Carthage face au Mali (1-1) et dans l’équipe type de la deuxième journée de la phase de poules de la CAN, Chaâlali a cruellement manqué à Alain Giresse lors du triste nul concédé par la Tunisie face à la Mauritanie (0-0).

Ghaylène Chaâlali, qui n’a officiellement plus de club depuis le 30 juin et son départ en fin de contrat de l’Espérance de Tunis, devrait logiquement revenir dans le onze titulaire tunisien pour le 1/8e de finale de la CAN face au Ghana le 8 juillet. Le temps pour lui de régler les contours de son avenir. Le pilier de l’Espérance, qui a récemment refusé un pont d’or du club Al-Ahli en Arabie saoudite, rêve de venir jouer en Ligue 1 et ses représentants travaillent pour cela. Depuis plusieurs semaines, quelques clubs de L1 étudient le profil du joueur.

Selon nos informations, deux clubs français sont plus insistants que les autres et se situent dans l’ouest de la France. Le Stade Rennais et le FC Nantes, qui ont supervisé le milieu tunisien face à l’Angola puis face au Mali, ont été séduits par le profil du joueur, son expérience sur la scène continentale africaine, mais aussi et surtout par son statut d’agent libre. Si aucune offre n’a encore été formulée, ce dossier pourrait bien accélérer avec l’arrivée d’un troisième club français dans la bataille, mais aussi du club allemand de Fribourg et du club turc de Kasimpasa (eux aussi présent en Égypte pour superviser le joueur).

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10