Voici une enquête qui pourrait faire beaucoup de bruit dans le microcosme du football. Selon les informations de l’Equipe, l’UEFA aurait ainsi avisé les autorités françaises pour l’ouverture d’une enquête sur une possible trucage du match de Ligue des champions entre le Paris Saint-Germain et l’Etoile Rouge de Belgrade (6-1) qui a eu lieu le 4 octobre dernier. L’instance européenne aurait ainsi reçu un signalement via un informateur crédible, quelques jours avant la rencontre. Celui-ci soupçonnerait un haut dirigeant de l’Etoile Rouge de Belgrade accompagné de complices, de vouloir miser près de 5 millions d’euros sur une défaite du club serbe face au PSG par cinq buts d’écart.

Et le principal protagoniste et ses acolytes espéraient empocher ainsi plusieurs dizaines de millions d’euros. Ce dirigeant aurait ainsi alerté plusieurs des joueurs titularisés face au Paris SG. Pire, cet informateur confie également qu’une rencontre entre le président parisien Nasser Al-Khelaïfi et le fameux dirigeant serbe aurait eu lieu la veille du match dans un palace parisien. Une enquête est ouverte par les magistrats du PNF qui saisissent les policiers du service central des courses et jeux (SCCJ). Mais finalement, ni Al-Khelaïfi, ni le dirigeant serbe ne se présenteront au lieu de rendez-vous énoncé. Présents au Parc des Princes pendant le match, les enquêteurs assistent au triomphe parisien 6-1.

L’Etoile Rouge de Belgrade et le PSG restent incrédules

Un spécialiste mandaté par la justice exprime ses doutes dans un rapport sur la passivité de certains joueurs serbes. Toujours selon cet informateur, le dirigeant de l’Etoile Rouge désigné comme le commanditaire de cette mascarade, avait misé de sa poche trois millions d’euros sur les cinq via de mystérieux parieurs. Ce dernier souhaitait récupérer ses gains avant de rentrer à Belgrade. Démarche qui devait intervenir après le match au centre de Paris. Devancés, les enquêteurs n’ont pu assister à la remise des fonds si celle-ci a vraiment existé. Le dirigeant et les joueurs serbes concernés seraient donc passés entre les mailles du filet. Du côté des deux clubs, l’heure est à la stupéfaction. Sollicité par l’Equipe, le président d’honneur de l’Etoile Rouge Dragan Dzajic évoque une mauvaise blague. « Vous êtes le premier à me parler de ça. Je n’ai absolument rien entendu là-dessus. Ce n’est pas possible, ce n’est pas vrai, » confie ainsi ce dernier.

Au PSG, l’incrédulité prédomine sur le sujet, communiqué à l’appui. « C’est avec la plus grande stupeur et indignation que nous apprenons les informations dont vous nous faites part ce jour. A aucun moment, un membre du Club, quel qu’il soit, n’a été sollicité pour évoquer des questions autres que celles strictement liées à l’organisation du match, à savoir les réunions, visites et autre déjeuner protocolaire d’usage en marge de chaque rencontre d’UEFA Champions League. A cette occasion, le Paris Saint-Germain rappelle son attachement à un principe fondamental du sport, celui de l’intégrité des compétitions et, en conséquence, un refus de toute forme de pratique pouvant remettre en cause cette intégrité. » A ce stade de l’enquête, il ne s’agirait que de soupçons. Mais ceux-ci restent tout sauf négligés par les enquêteurs et l’UEFA. Si les faits étaient avérés, l’Etoile Rouge de Belgrade risquerait gros...