Battre Liverpool ou vivre l’humiliation d’une élimination dès la phase de poules de la Ligue des Champions. Tel était le défi proposé aux joueurs du Paris Saint-Germain ce mercredi soir. Battus à Liverpool lors du match aller, les hommes de Thomas Tuchel étaient attendus au tournant. Et pour bousculer les Reds, l’entraîneur allemand a choisi une composition de départ assez surprenante, avec un 4-4-2 à plat avec Di Maria à droite et Neymar à gauche, et le duo Mbappé-Cavani en pointe. Les Parisiens partaient tambour battant, avec une première situation née d’une passe en profondeur de Di Maria à destination de Mbappé, qui écrasait sa frappe (3e). Après un bon mouvement collectif côté gauche, Di Maria s’offrait une frappe en demi-volée qui obligeait Alisson à se détendre (6e). Paris était bien entré dans son match, avec un pressing haut et efficace, mais il devait se méfier des contres de Liverpool. Marquinhos veillait in extremis devant Salah (9e), qui partait seul au but.

Le PSG allait être récompensé de ses efforts initiaux avec l’ouverture du score signé… Juan Bernat. Déjà buteur à Naples, le latéral gauche récupérait un ballon mal dégagé par Van Dijk après un centre de Mbappé et tirait du pied droit pour tromper, avec un brin de chance, Alisson (1-0, 13e). Plein de détermination, le club de la capitale affichait un caractère qu’on ne lui soupçonnait pas encore cette saison, à l’image d’un Thiago Silva bondissant. Mais il fallait prévenir les excès d’enthousiasme, comme sur une perte de balle très dangereuse de Kimpembe, voulant dribbler dans sa surface et repris, qui aboutissait à une frappe non cadrée de Salah (22e). Le rythme retombait un peu, logique pour les Parisiens, moins pour des Reds qui ne parvenaient pas à poser leur jeu. Le PSG se montrait à nouveau dangereux après une belle montée de balle, Neymar servant Mbappé côté gauche. Le Français tentait de servir Cavani sur son centre, mais Alisson jaillissait bien (33e). Moins haut sur le terrain, le PSG devenait menaçant en contre, et cela s’est vite concrétisé. Après une récupération de balle signée Marquinhos, Neymar pouvait lancer Mbappé, encore côté gauche. Même schéma, le Français servait Cavani qui butait sur Alisson, mais le ballon revenait sur Neymar qui n’avait plus qu’à conclure (2-0, 37e) ! Le break était fait, pour 8 minutes seulement. Lancé à pleine vitesse, Mané était stoppé irrégulièrement par Di Maria, auteur d’un tacle aussi stupide que dangereux. Après avoir désigné le point de corner, l’arbitre se ravisait, aidé par ses assistants, et accordait le penalty que Milner transformait (2-1, 40+1e).

Une deuxième mi-temps sous tension

Au retour des vestiaires, le PSG pensait reprendre deux buts d’avance, mais Marquinhos était signalé en position de hors-jeu alors qu’il avait bien repris un coup-franc de Neymar. Toutefois, on sentait Liverpool revenu avec de meilleures intentions, relancé par le but juste avant la pause. Mané représentait la plus grosse menace, avec ses dribbles chaloupés, et monopolisait l’attention de Kehrer et Silva, impressionnant d’agressivité ce soir. Les Parisiens n’arrivaient plus à poser le pied sur le ballon, étouffés par le pressing des Reds, et cherchaient systématiquement la profondeur, sans succès. Et ils se mettaient en danger défensivement, avec un Kimpembe souvent à la limite dans ses relances. À l’heure de jeu, le PSG ne ressemblait vraiment plus à celui du premier quart d’heure. À l’image de cette séquence surréaliste où Neymar haranguait le public alors qu’une passe lui était adressée et terminait du coup en touche…

Le PSG devait compter sur les coups de pied arrêtés pour se montrer dangereux. Marquinhos sautait ainsi très haut pour reprendre un corner tiré par Neymar, mais Alisson sortait un superbe arrêt réflexe (70e). Jürgen Klopp, le coach des Reds, lançait tour à tour Keita puis Sturridge, quand Tuchel avait lui sorti Cavani et Di Maria pour Choupo-Moting et Dani Alves. Le Brésilien a amené son impact dans les duels au moment où le PSG subissait trop dans ce secteur. Les entrées faisaient du bien, mais Paris subissait trop. Neymar cherchait le penalty après une intervention limite de Van Dijk (81e), Mbappé se loupait de nouveau face au but après un bon service de Dani Alves (83e), deux respirations dans une fin de match compliquée au cours de laquelle les Reds restaient menaçants. Bernat faisait le mauvais choix en contre-attaque (86e). Paris allait-il le payer ? Les 5 minutes de temps additionnel étaient bien gérées par le club de la capitale. Qui a donc réussi sa mission survie. Le voilà deuxième de sa poule avec 8 points, 1 unité derrière Naples qui l’a emporté face à l’Etoile Rouge de Belgrade, avant le dernier match à jouer en Serbie.

L’homme du match : Thiago Silva (8) : une première période énorme de détermination. On l’a vu dans tous les coins du terrain, même très haut, jaillir dans les pieds adverses. Lui qui a été parfois coupable de manque d’agressivité par le passé avait cette fois-ci une énergie communicative. Son timing dans le jeu aérien a aussi fait merveille pour dégager les ballons hauts. Il n’a pas baissé de rythme en seconde mi-temps, allant chasser les attaquants adverses jusque dans les 30 mètres de Liverpool ! Un match de patron.

PSG :

- Buffon (6) : une première période très tranquille, avec peu d’arrêts à faire. Il a privilégié le jeu court dans ses relances, quitte à placer ses défenseurs dans une situation délicate. Il part du mauvais côté sur le penalty de Milner. À nouveau peu sollicité en deuxième période, il s’est montré vigilant et plein de sérénité.

- Kehrer (6,5) : Meunier absent, il a pris place dans le couloir droit. Forcément moins offensif que le Belge, il s’est autorisé une seule réelle montée en première période. Il s’est contenté de surveiller Mané comme le lait sur le feu et avant son action amenant le penalty, le Sénégalais avait été globalement bien pris. Plus sollicité en deuxième période, il a su répondre présent. À nouveau un bon match de la part de l’international allemand, à la polyvalence appréciable.

- Silva (8) : lire ci-dessus.

- Kimpembe (5) : il a fait passer des frissons à tous les spectateurs du Parc des Princes en prenant des risques inconsidérés dans la relance. À sa décharge, il était parfois placé en mauvaise situation par les passes de ses coéquipiers et n’avait pas beaucoup de choix. Après avoir perdu un ballon chaud, chassé par Salah et Mané, il ne s’est plus embarrassé et a dégagé, parfois à l’emporte-pièce. Dans les duels, il a été embêté par la vivacité et le côté fuyant des attaquants de Liverpool. Un peu mieux en deuxième période mais encore dangereux sur quelques relances.

- Bernat (7) : le latéral gauche espagnol aime décidément les gros matches de Ligue des Champions. Déjà buteur à Naples lors de la journée précédente, il a récidivé avec un joli but, assorti d’un brin de chance, inscrit du pied droit. Il était pour cela présent dans la surface au bon moment, ce qui est à mettre à son crédit. Et défensivement, il s’en est plutôt bien tiré face à Salah, peu dangereux au final. Un excellent match.

- Marquinhos (7) : milieu ou troisième défenseur axial, le Brésilien s’est partagé deux postes ce soir. Avec le ballon, il venait s’insérer entre Thiago Silva et Kimpembe pour donner une solution supplémentaire face au pressing du trio offensif des Reds. Sans le ballon, il prêtait main-forte à Verratti dans l’entrejeu pour monter sur les milieux adverses. On l’a bien vu dans les duels, moins dans l’utilisation du ballon. Mais que sa détermination a fait du bien en deuxième mi-temps, où il a sauvé quelques situations chaudes dans sa surface. Auteur d’une tête énorme sur corner sortie par Alisson.

- Verratti (5,5) : un début de match étincelant où ses prises de balle et ses orientations ont impulsé le rythme nécessaire. Laissé seul au milieu pour relancer, il s’est dépêtré de situations compliquées grâce à sa technique. Mais il a peu à peu été bien bloqué par les Reds et a perdu de son influence. Coupable d’une grosse faute sur Gomez qui aurait pu mériter un carton rouge. Beaucoup moins en vue après la pause, sûrement timoré par le carton jaune orangé reçu en première période, mais utile en fin de match.

- Di Maria (4) : un bon premier quart d’heure et puis plus grand-chose. Placé à droite, il n’a pas été utilisé dans les relais par ses partenaires. Il a alors dézoné, sans plus de succès. Mais surtout, il s’est rendu coupable d’un tacle par-derrière inutile sur Mané qui a coûté un penalty aux siens. Invisible également en deuxième période, il a été logiquement remplacé par Dani Alves à la 65e minute. Le Brésilien l’a remplacé poste pour poste sur le côté droit. Et a apporté son impact dans les duels ainsi que plus de soutien défensif.

- Neymar (6,5) : positionné dans le couloir gauche, il a rapidement accéléré pour montrer qu’il était bien rétabli et disposé à sortir un gros match. Plusieurs percées balle au pied au coeur du jeu qui ont débouché sur de bonnes situations. Il a bien combiné avec Mbappé, une habitude, et a su lancer efficacement son coéquipier dans l’espace. Bien placé pour inscrire le deuxième but parisien avec sang-froid. Replacé dans l’axe en seconde période pour soutenir Mbappé, il a encore beaucoup cherché le Français mais n’a lui pas été servi dans de bonnes conditions pour amener le danger.

- Mbappé (4,5) : une première période globalement décevante malgré son apport sur les deux buts parisiens, à chaque fois avec des centres à ras de terre à destination de Cavani. Il a privilégié l’option collective car en début de rencontre, il s’était un peu manqué sur deux frappes, l’une écrasée et l’autre trop molle. On l’a senti moins à l’aise techniquement et surtout pas assez tueur à l’abord de la surface. Cela n’a été guère mieux en deuxième période, avec du déchet dans ses dribbles et surtout trop de lenteur dans ses transmissions. Il a raté une nouvelle balle de break en fin de match après un bon service de Dani Alves. Il doit vraiment travailler sur la finition pour franchir un nouveau palier. Remplacé par Adrien Rabiot à la 85e minute.

- Cavani (4) : présent dans le combat et le pressing, comme toujours. Trop peu dans le jeu, là aussi comme souvent. L’Uruguayen a toujours été présent dans la surface pour attendre les centres, qui ont été tentés par Mbappé. Cela a abouti à deux buts, et sur le deuxième, il joue un vrai rôle en butant sur Alisson. Pour le reste, il a été trop imprécis dans ses remises, gâchant même un bon ballon de contre. Il a donc été remplacé dès la 65e minute par Choupo-Moting, qui s’est positionné sur le côté gauche, permettant à Neymar et Mbappé d’occuper l’axe. Il n’a pas été beaucoup trouvé sur son aile, cherchant surtout à bien bloquer son couloir.

Liverpool :

- Alisson (6,5) : le gardien brésilien a rapidement été pris à défaut dans le premier acte, battu par Bernat (1-0, 13e) puis Neymar (2-0, 37e). Cependant, il a réalisé plusieurs arrêts (7e, 12e, 31e, 90e+1), dont un capital face à Marquinhos (70e). Frustrant puisqu’il n’a rien pu faire sur ses deux buts encaissés.

- Gomez (4) : le défenseur anglais, titulaire à la place de Trent Alexander-Arnold, a été fautif sur l’ouverture du score de Bernat puisqu’il est resté statique sur le contrôle de Bernat (1-0, 13e). En difficulté, il a également été mal placé sur le deuxième but lors du déboulé de Neymar (2-0, 37e) et a été averti après une faute sur le Brésilien (34e). En seconde période, les attaques parisiennes penchaient toujours de son côté.

- Lovren (4) : le défenseur croate a été pris de vitesse par les attaques parisiennes dans le premier acte. Il est bien intervenu sur un centre puissant de Kehrer (9e), mais son placement l’a rendu fautif sur le second but du PSG (2-0, 37e). Ensuite, il a continué d’être mis en difficulté par Neymar et Mbappé notamment.

- Van Dijk (5,5) : le défenseur néerlandais a débuté son match par une mauvaise relance qui a permis à Bernat d’ouvrir le score (1-0, 13e). Ensuite, il a fait parler sa solidité et a beaucoup harangué à ses hommes sur le terrain. Il a notamment réalisé de bonnes interventions en seconde période

- Robertson (6) : le latéral gauche écossais a connu une première période en demi-teinte. Après avoir fait parler sa solidité face à un Di Maria trop peu dangereux, il a été incapable de gêner Neymar sur le deuxième but parisien (2-0, 37e), et a commis plusieurs fautes. Au retour des vestiaires, il a réalisé une superbe intervention sur un contre parisien (50e), avant de sauver devant Mbappé (84e). Il a également essayé d’apporter offensivement.

- Henderson (4,5) : le capitaine de Liverpool a peu été trouvé offensivement et a eu du mal à trouver ses attaquants en bonne position. En deuxième période, Liverpool a joué plus haut et il a pu être plus en vue. Souvent trouvé dans le cœur du jeu, il a essayé de faire la différence face à Verratti et Marquinhos, sans réussite.

- Wijnaldum (4) : le milieu des Reds a été mis dans le dur en première période, avec peu de ballons à se mettre sous la dent dans le camp adverse. Il a été averti d’un carton jaune pour une grosse faute sur Neymar (17e), et a fait plusieurs mauvais choix. Remplacé par Keita (65e), qui a rajouté un peu de peps dans ses actions.

- Milner (5) : le numéro 7 des Reds a commis plusieurs fautes en début de match, en retard face à la vivacité des attaquants parisiens. Cependant, il a réduit le score sur penalty (2-1, 45e+1). En deuxième période, il a essayé d’apporter offensivement dans les phases de possession des Reds. Remplacé par Shaqiri (77e), qui n’a pas réussi à apporter le surnombre sur le peu d’actions de Liverpool.

- Mané (5) : l’attaquant sénégalais a été peu en vue en première période jusqu’à la fin du premier acte où il a provoqué un penalty après une faute évitable de Di Maria (45e). En seconde période, il a tenté de mettre en difficulté un Kehrer souverain ce soir. Cependant, les actions des Reds passaient par son côté.

- Firmino (4) : le buteur brésilien a été esseulé en première période où il n’a pas su se montrer dangereux. En deuxième période, il a repris un centre de Robertson sans parvenir à cadrer sa tête (59e). Un match très compliqué pour l’attaquant brésilien Remplacé par Sturridge (71e), qui n’est pas parvenu à se montrer dangereux.

- Salah (4,5) : peu trouvé en début de match, l’Égyptien a armé une première frappe qui est passée à côté (22e). Il a ensuite été proche de couper un long ballon d’Henderson, sans réussite (44e). En seconde période, il a essayé d’accélérer, étant plus en vue que ses compères d’attaque. Cependant, il n’a pas réussi à remettre en danger Buffon.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10