Cela a été officialisé hier en fin de journée, Claudio Ranieri n’est plus l’entraîneur de Fulham, actuel 19e du classement de Premier League. Celui qui avait volé la vedette aux grosses écuries en 2015-2016 avec Leicester n’a cette fois pas réalisé de miracles. Arrivé à la tête de Fulham le 14 novembre 2018, Claudio Ranieri a dirigé 17 rencontres mais n’en a remporté que 3, dont la dernière le 29 janvier face à Brighton (4-2). Après seulement 15 semaines de règne, il a donc été invité à quitter les Cottagers par la petite porte.

Regretta-t-il seulement être venu ? La question se pose tant il a accumulé malchance et mauvaises nouvelles sur le banc du club londonien. Comme le rapporte le Daily Mail, beaucoup d’événements contraires ne l’ont pas aidé dans sa tâche, malgré sa bonne volonté initiale. Tout de suite, Ranieri a voulu instaurer un état d’esprit commando, créer un véritable groupe uni : interdiction de quitter la cantine du club tant que tous les joueurs n’avaient pas fini leur repas, échauffement similaire pour chaque joueur avec un ordre des ateliers à respecter, des menus McDonalds offerts en cas de victoire sans but encaissé (ce qui n’est arrivé qu’une fois…).

Rien n’est allé dans le bon sens

Mais la mayonnaise n’a pas vraiment pris. À la place, Ranieri a multiplié les pépins et constaté que l’ambiance n’était pas toujours au beau fixe. Blessure bête de son défenseur phare Alfie Mawson, bagarre entre Aboubakar Kamara et Aleksandar Mitrovic à l’occasion d’une session de yoga ou encore Kamara accusé d’agression et prêté avec option d’achat à Malatyaspor, le Daily Mail explique que l’entraîneur italien n’a pas trouvé une équipe très consciencieuse. Le journal évoque encore un voyage à Amsterdam organisé par des joueurs pour faire la fête immédiatement après une défaite face à Manchester United à Old Trafford (4-1).

Ranieri n’a pas non plus été aidé par son club à créer l’état d’esprit voulu. Ainsi, il voulait organiser une soirée karting pour resserrer les liens, ce qui est une méthode de management souvent utilisée par les entraîneurs. Sauf que la direction de Fulham a refusé cela, en arguant que cela coûtait trop cher par rapport aux assurances ! Difficile pour Ranieri de tirer son épingle du jeu, même s’il a lui-même fait des erreurs. Sa dernière composition d’équipe face à Southampton (défaite 2-0 le week-end dernier) lui a valu de nombreux reproches. C’était sûrement déjà trop tard, Fulham compte 10 points de retard sur le premier non relégable.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10