« Considérant les conseils médicaux, Arsenal et Manchester City considèrent qu’il est nécessaire de reporter leur rencontre, prévue ce soir, pour mieux évaluer la situation. De ce fait, la Premier League a accepté de décaler la rencontre. » Il y a seulement quelques heures, les dirigeants du championnat anglais ont livré ce communiqué, suivant donc les demandes faites par Manchester City et Arsenal, qui devaient s’affronter pour le compte de la 28e journée de Premier League. Effectivement, quelques minutes avant, les deux clubs avaient communiqué sur leur souhait de ne pas jouer cette rencontre. La cause est évidemment la crainte du coronavirus, mais l’Angleterre n’était jusqu’ici pas autant impactée que ses voisins européens, sur le volet du football du moins.

« La décision de reporter le match de ce soir a été prise en tant que précaution sur un plan médical, après qu’on a appris que du personnel du club d’Arsenal avait été en contact avec le propriétaire de l’Olympiacos, Evangelos Marinakis, qui a été touché par le Covid-19 », peut-on lire dans le communiqué fourni par Manchester City. En effet, le 27 février dernier, Arsenal recevait l’Olympiacos en seizième de finale retour de la Ligue Europa, qui s’était soldé par l’élimination des Gunners. Après la rencontre, le patron du club grec, Evangelos Marinakis, a salué plusieurs joueurs et membres du club londonien. Or, hier, Marinakis a publié un communiqué où il révélait avoir contracté le coronavirus !

L’Olympiacos doit jouer jeudi contre Wolverhampton !

Aujourd’hui, cela fait 13 jours que Marinakis a été en contact avec les joueurs d’Arsenal et la « quarantaine » décrétée pour savoir si l’on est touché est de 14 jours... Bien qu’Arsenal ait expliqué que le risque était très faible, il a décidé de suivre les conseils médicaux. « Nous suivons strictement les recommandations du gouvernement, qui demande à ce que chaque personne en contact avec quelqu’un ayant le virus soit isolé chez lui durant 14 jours. Les joueurs resteront chez eux jusqu’à ce que cette période expire. Quatre membres du staff, qui était assis à côté de M. Malinakis, resteront aussi chez eux ». De son côté, la Premier League a assuré que ce cas restait exceptionnel et qu’aucun autre report n’était pour l’instant envisagé.

Ironie de l’histoire, l’Olympiacos va affronter Wolverhampton, un autre club anglais, en huitième de finale de la Ligue Europa. Et l’UEFA a repoussé la demande des Wolves, qui souhaitait que le match soit repoussé après avoir vu le communiqué d’Evangelos Marinakis ! Résumons : pendant que le patron de l’Olympiacos fait repousser, malgré lui, un match de Premier League, son équipe est bien amenée à jouer sur la scène européenne le lendemain, contre une formation anglaise ! Un choix étonnant qui montre bien les différences de précaution entre les instances nationales et internationales.