Surprenant troisième de Premier League, Leicester avait l’occasion de continuer son excellent début de saison et de doubler Manchester City (2e). Les Foxes devaient faire face à une équipe d’Everton en grande difficulté. À l’image de son coach Marco Silva sur la sellette avant ce match, le club basé à Liverpool pointait à une dangereuse dix-septième place. Loin de leurs standards, les Toffees souhaitaient se relever d’une défaite subie face à Norwich City la semaine dernière (2-0). Très vite, Leicester imposait son rythme et étouffait Everton. Sur son couloir droit, Ricardo Pereira se montrait d’ailleurs en évidence avec de nombreuses montées. Néanmoins, la première occasion venait d’Everton suite à un bon débordement de Lucas Digne côté gauche. Le Français basculait le jeu sur son compatriote Djibril Sidibé à l’entrée de la surface. La frappe du joueur prêté par l’AS Monaco passait au-dessus des cages de Kasper Schmeichel (8e).

La réponse arrivait dans la foulée. Lancé sur la droite de la surface, Ayoze Pérez tentait une frappe croisée qui passait à gauche des cages d’Everton (13e). Remuant, l’Espagnol apportait le danger en permanence sur la droite. Pour autant, c’est Everton qui ouvrait le score. À l’origine du contre, Richarlison chipait un ballon à Youri Tielemans et servait Dominic Calvert-Lewin. L’attaquant transmettait à Alex Iwobi qui décalait sur la droite Djibril Sidibé. Ce dernier centrait vers le point de penalty pour Richarlison qui marquait d’une tête croisée (1-0, 23e). Cueilli à froid, Leicester repartait de l’avant avec de meilleures intentions. Fauché dans la surface par Mason Holgate, Ben Chilwell pensait obtenir un penalty (33e), mais l’arbitrage vidéo considérait qu’il n’y avait rien (34e). Malgré des intentions, la bande de Brendan Rodgers ne parvenait pas à inverser la tendance. Au retour des vestiaires, Everton pressait haut pour perturber son adversaire. Sur corner, Michael Keane obligeait même Kasper Schmeichel à la parade (50e). Mais Leicester continuait de pousser et Ricardo Pereira obligeait Jordan Pickford à s’interposer sur sa ligne (54e).

Manchester United déçoit encore

Plus fringant que lors du premier acte, Everton pouvait compter sur une frappe de Mason Holgate sur la droite de la surface, mais Caglar Söyüncü venait sauver les Foxes (62e). Mais finalement, Leicester finissait par trouver la faille. Suite à une longue percée de Wilfred Ndidi, Kelechi Iheanacho était trouvé sur la droite par son compatriote. Le Nigérian finissait par délivrer un centre-tir que Jamie Vardy reprenait victorieusement au second poteau (1-1, 68e). Le buteur centrait ensuite sur la gauche vers le premier poteau. A la réception, James Maddison passait tout proche de donner l’avantage aux siens, mais Jordan Pickford intervenait de justesse (71e). Jamie Vardy reprenait ensuite un centre venu de la droite d’un coup de casque rageur. Le ballon passait juste au-dessus des cages d’Everton (75e). Des Toffees qui n’abandonnaient pas à l’image d’une frappe enroulée de Moïse Kean à l’entrée de la surface qui venait mourir dans le petit filet droit de Kasper Schmeichel (80e). Youri Tielemans manquait ensuite le cadre pour un peu moins de 50 centimètres (83e). Finalement, lors de la dernière action, Kelechi Iheanacho marquait et bénéficiait de la validation de l’arbitrage vidéo (90e +5). Avec cette victoire 2-1, Leicester reprend la deuxième place avec huit points de retard sur Liverpool. Everton reste dix-septième et Marco Silva est plus que jamais en danger.

Manchester United (11e) qui restait sur un match nul contre Sheffield United (3-3) entendait se replacer avec un succès face à Aston Villa (16e). Les Red Devils d’Ole Gunnar Solskjaer n’étaient qu’à trois longueurs de Tottenham (5e) et de Wolverhampton (6e) et pouvaient faire un beau rapproché au classement. Toutefois, cela commençait mal pour les Mancuniens. Sur la gauche de la surface, Jack Grealish tenait le ballon et enroulait son tir dans la lucarne droite de David De Gea (1-0, 11e). Passeur décisif, Anwar El-Ghazi quittait le terrain peu après sur blessure au profit de Trezeguet (18e). Anthony Martial permettait à Manchester United de relever la tête avec une frappe sur la droite du but. Solide, Tom Heaton intervenait avec justesse (22e). Aston Villa pensait doubler la mise par Trezeguet à la demi-heure de jeu, mais la réalisation de l’Égyptien était refusée pour hors-jeu (29e). Manchester United en profitait pour revenir dans le match et même d’égaliser. Sur la droite, Andreas Pereira envoyait un centre vers le second poteau. De la tête, Marcus Rashford ne laissait aucune chance au gardien avec un ballon qui touchait le poteau gauche puis le dos de Tom Heaton avant de terminer au fond de ses filets (1-1, 42e).

En seconde période, Manchester United revenait avec de bonnes intentions. Anthony Martial mettait en défaut la défense avant de tomber sur Tom Heaton qui se rattrapait bien (57e). Jack Grealish frappait ensuite à gauche des buts de David De Gea (63e) et dans les secondes qui suivaient Aaron Wan-Bissaka envoyait un missile que le gardien d’Aston Villa parvenait à détourner (63e). Le match s’emballait et Fred centrait sur la droite vers le second poteau. Il trouvait idéalement Victor Lindelöf qui plaçait sa tête au fond des filets (2-1, 64e). Manchester United pensait avoir fait le plus dur, mais se faisait surprendre. Matt Targett adressait un excellent ballon piqué dans le dos de la surface et permettait à Tyrone Mings de fusiller le gardien (2-2, 66e). Surpris, Manchester United repartait de l’avant et Anthony Martial tombait encore sur un bon Tom Heaton (78e). Ne pouvant pas s’imposer, Manchester United se contente d’un match nul 2-2 et remonte à la neuvième place.