Il fallait le faire pour perdre à domicile contre Brighton, une équipe qui venait de chuter lors des trois dernières rencontres et qui n’avait remporté qu’un match à l’extérieur cette saison (lors de la 1ère journée à Watford) ! Mais cet Arsenal-là est bel et bien capable du pire. Désormais 10es de Premier League, les Gunners ont enchaîné un 9e match consécutif sans victoire, leur pire série depuis 1977 ! Au-delà des statistiques, l’impression laissée sur le terrain est celle d’un abattement total, et une qualité de jeu bien moindre que lors de la fin de l’ère Wenger.

En conférence de presse, l’entraîneur intérimaire et ancienne légende du club Freddie Ljunberg, n’a pas pu cacher sa déception et a souligné les maux de son équipe. « Bien entendu, c’est décevant, c’est une défaite à domicile. Nous n’avons rien montré en première période. Nous avons été très passifs, il n’y a pas eu assez de mouvement. Cela était dû à un manque de confiance. On semblait effrayés avec le ballon, on semblait effrayés à l’idée de bouger. (…) L’équipe a besoin d’une victoire pour retrouver de la confiance. »

Özil en colère contre Lacazette ?

Visiblement, Ljunberg n’a pas les solutions pour redresser l’équipe et contrairement à Hansi Flick avec le Bayern Munich, il ne devrait pas voir son intérim s’éterniser. Sauf que les dirigeants d’Arsenal sont à la peine dans leur quête de nouvel entraîneur. Alors que Mauricio Pochettino, ancien rival avec Tottenham, a déjà fait comprendre qu’il n’était pas intéressé, les deux pistes prioritaires apparaissent compliquées. Patrick Vieira, malgré des résultats décevants avec Nice récemment, est courtisé mais ce dernier semble réticent à l’idée de changer d’air en cours de saison.

L’autre coach envisagé, Brendan Rodgers, est lui jalousement conservé par Leicester, qui effectue une saison remarquable (2e de Premier League). C’est difficile en coulisse donc, tout comme sur le pré où l’agacement de certains déborde devant les caméras. C’est le cas de Mesut Özil, fou de rage à la fin de la rencontre contre Brighton, qui interpelle quelqu’un de manière véhémente. Selon le Daily Mail, il s’agit d’Alexandre Lacazette, quand le Daily Mirror explique que sa colère était dirigée vers Per Mertesacker. Crise de résultats, flou autour de la direction sportive et joueurs au bout du rouleau, on souhaite bien du courage à l’homme qui s’assiéra sur le banc de touche de l’Emirates Stadium !