Ce dimanche après-midi c’est la 16e journée de Serie A qui se jouait avec les matches à 15h00 entre la Juventus et Udinese, l’AC Milan et Sassuolo et enfin la rencontre entre Bologne et l’Atalanta. La Vieille Dame, après sa victoire en Ligue des Champions à Leverkusen en ce milieu de semaine, avait l’occasion de reprendre la tête de la Serie A en l’emportant, en attendant, évidemment, la confrontation entre l’Inter Milan et la Fiorentina ce dimanche soir. Et ni les Turinois ni Cristiano Ronaldo n’avaient visiblement envie d’attendre et de faire durer le suspens.

Dès la neuvième minute, le Portugais héritait d’un ballon contré dans la surface et le propulsait avec force au fond des filets (1-0, 9e). Quasiment dans la foulée, Paulo Dybala semait la zizanie dans la défense d’Udinese, mais son centre était bien repoussé par un défenseur adverse (13e). L’Argentin trouvait à son tour le chemin des filets, mais voyait sa réalisation refusée pour une faut de main après une intervention de trois minutes de la VAR (34e). Juan Musso, le portier de l’Udinese avait du travail et s’imposait par deux fois devant Gonzalo Higuain (28e, 37e). L’habituel goléador, se muait en passeur pour envoyer sur orbite, dans le dos de la défense, CR7 qui, au duel avec un défenseur, envoyait une belle frappe enroulée du gauche dans le but (2-0, 37e). Juste avant la pause, la Juve allait prendre un avantage encore plus sur grâce à Leonardo Bonucci qui reprenait de la tête une remise de Merih Demiral après un corner botté de la gauche vers la droite (3-0, 45e +1). Quelques occasions à se mettre sous la dent en seconde période, notamment chez les visiteurs même si Paulo Dybala échouait en tout début de deuxième mi-temps (51e). Ensuite, ni Lasagna (51e, 56e) ni Seko Fofana (74), n’arrivaient à tromper le portier de la Vieille Dame. CR7, lui, aurait pu s’offrir, par deux fois, un triplé, sans succès (83e, 85e). En toute fin de rencontre, Udinese allait quand même sauver l’honneur par l’intermédiaire d’Ignacio Pussetto (3-1, 90e +4). La Vieille Dame reprend la tête du championnat italien.

L’Atalanta chute à Bologne

Dans les autres rencontres de l’après-midi on retrouvait aussi l’incroyable Atalanta, victorieuse contre le Shakhtar Donestk en milieu de semaine et qualifiée pour les huitièmes de finale de la C1 après avoir perdu ses trois premiers matches de poules. En visite à Bologne, la première période n’a pas été simple pour les Bergamasques. Alors que les premiers instants étaient plutôt équilibrés, les locaux allaient trouver la faille. Sur une belle percée d’Orsolini côté gauche, le jeune attaquant de 22 ans propulsait sa frappe sur le poteau. Le cuir revenait dans les pieds de Rodrigo Palacio, le vieux briscard, qui reprenait instantanément (1-0, 12e). Les occasions se faisaient rares et Lukasz Skorupski stoppait un coup franc de Luis Muriel (37e). Juste après Mario Pasalic envoyait le ballon dans les airs alors qu’il était bien placé (41e). Enfin, juste avant la pause, Palacio manquait de peu le doublé à cause d’un bon Pierluigi Gollin (45e +1).

Le début de seconde période n’était guère mieux puisque l’Atalanta allait encaisser un second but. Sur un beau centre venu de la droite, Andrea Poli propulsait le cuir de la tête en plein dans la lucarne (2-0, 53e). Gian Piero Gasperini décidait de faire du coach et de faire rentrer Musa Barrow (54e). Les effets ne se faisaient pas attendre puisque l’international gambien donnait une passe décisive à Ruslan Malinovsky (2-1, 60e). Plus d’un quart d’heure plus tard, Ruslan Malinovsky, n’était pas loin de remettre les deux équipes à égalité, mais il tombait à nouveau sur un très bon Lukasz Skorupski (77e). En toute fin de rencontre, Danilo écopait d’un second carton jaune et était donc exclu (89e), mais malgré cela, Bologne conservait sa victoire.

L’AC Milan pas assez tueur

L’AC Milan va mieux depuis un certain temps. Les deux dernières victoires (à l’extérieur) ont fait du bien aux esprits et surtout ont replacé les Lombards à trois points de la septième place. En face, une belle équipe : Sassuolo. Justement, la première occasion était à l’actif de ces derniers et de Francesco Caputo, qui envoyait sa frappe au-dessus. Mais après, ce fut une belle première partie des Rossoneri. Giacomo Bonaventura trouvait Pegolo (14e), puis Hakan Calhanoglu manquait de peu le cadre (29e). Quelques minutes plus tard, l’AC Milan pensait ouvrir la marque grâce au Français Théo Hernandez, qui marque beaucoup ces derniers temps, mais la VAR refusait le but pour une main précédente de Franck Kessie (31e). En toute fin de mi-temps, Ismael Bennacer s’essayait à son tour, mais voyait un défenseur contrer sa tentative (42e).

En seconde période, l’AC Milan continuait de dominer avec treize frappes au but dont neuf cadrés, mais ni Giacomo Bonaventura (52e), ni Krzysztof Piatek (54e), ni Hakan Calhanoglu (56e), n’arrivait à trouver la faille alors que Jérémie Boga avait fait avoir quelques sueurs froides aux locaux (48e). Hakan Calhanoglu (70e) et Rafael Leao (83e, 88e) n’arrivaient toujours pas à offrir une victoire importante aux siens. Avec ce résultat nul, l’AC Milan reste 10e de Serie A.