Angleterre : l’Euro raté de Marcus Rashford et de Jadon Sancho

Par Maxime Barbaud
3 min.
Sancho et Rashford contre le Kosovo lors de qualifications pour l'Euro @Maxppp

Malgré un parcours jusqu'en finale de l'Euro, l'Angleterre n'a presque pas compté sur Marcus Rashford et Jadon Sancho. Avant la compétition, les deux stars étaient pourtant annoncées comme des éléments importants de Gareth Southgate, qui a décidé d'utiliser des options différentes.

Une malédiction de 55 ans. Enfin, l'Angleterre est parvenue à briser le plafond de verre des demi-finales. Après sa victoire en 1966, elle retrouve enfin ce parfum si particulier, elle qui avait échoué à la porte de la finale en 1968, 1990, 1996 et 2018. Pour en arriver là, les Three Lions de Gareth Southgate peuvent remercier le buteur maison Harry Kane ou encore celui par qui le danger se précise, Raheem Sterling. Pour compléter ce duo d'attaque, le sélectionneur a régulièrement fait confiance au jeune Bukayo Saka. Un choix surprenant mais payant, dont font les frais Marcus Rashford (23 ans) et Jadon Sancho (21 ans).

La suite après cette publicité

Pressentis pour être parmi les leaders offensifs de cette équipe au début de la compétition pourtant, les deux futurs partenaires de Manchester United (un accord de principe a été trouvé entre les Red Devils et le BvB pour le transfert de Sancho contre environ 85 M€) ne reçoivent que des miettes. À deux, ils ne cumulent qu'une seule titularisation (Sancho contre l'Ukraine) pour un ensemble de 179 minutes de jeu. Même Mason Mount, placé à l'isolement quelques jours après le test positif de son adversaire écossais Billy Gilmour, et Phil Foden, absent de la feuille de match contre la République Tchèque pour éviter une suspension, ont plus joué que leurs deux autres partenaires.

À lire Euro 2024, Angleterre : la malédiction Harry Kane n’en finit plus…

Rashford joue amoindri

Depuis la pandémie, le Mancunien est pourtant passé au statut de star de l'autre côté de la Manche. Titré Membre de l'Ordre de l'Empire Britannique par la Reine Elizabeth II en personne pour ses actions sociales en 2020, l'attaquant sort d'une saison très complète avec son club, buteur à 21 reprises et auteur de 15 passes décisives en 57 rencontres toutes compétitions confondues. Sancho a lui connu quelques soucis et des moments plus compliqués avec le Borussia Dortmund mais il a encore rendu une feuille statistique impressionnante (16 réalisations, 20 passes décisives en 38 matches avec le club allemand).

La suite après cette publicité

En dépit de leurs indéniables qualités, ils ont tous les deux été sacrifiés sur l'autel du collectif par un Gareth Southgate reconnaissant envers leur comportement. «Nous avons des stars qui n'ont pas eu la quantité de football qu'elles voudraient. Il y a Marcus Rashford qui a accepté qu'en ce moment, il doit attendre et être patient mais nous ne serions jamais arrivés là où nous sommes aujourd'hui sans la mentalité de tout le groupe», assure celui qui n'a offert que 83 minutes de jeu au Mancunien durant cet Euro. Entré à 4 reprises seulement, il n'a jamais semblé être dans le coup, pestant contre ses coéquipiers ou se replaçant lentement la tête basse.

Sancho passe au travers

A sa décharge, Rashford joue avec une blessure à l'épaule depuis plusieurs mois et un pied endolori après le printemps. Ce n'est tout simplement pas le bon timing. Il n'est pas à 100% de ses moyens. Sancho a lui bénéficié d'un peu plus de temps de jeu, dont une titularisation quelconque face à l'Ukraine, alors qu'il a carrément démarré en tribune contre la Croatie. «Nous avons de nombreuses options et beaucoup d’entre eux sont de jeunes joueurs et vivent un grand tournoi pour la première fois. Nous sommes réalistes dans nos attentes. Jadon fait partie de cet ensemble. Il s’est bien entraîné et bien sûr, nous avons différentes options et des décisions à prendre», se défendait Southgate.

La suite après cette publicité

Reste que les choix du sélectionneur ne sont pas compris de tous, notamment Gary Neville. «Je regarde Chiellini et Bonucci, et je pense, qui n’aimeraient-ils pas avoir dans leurs zones à faire des courses dans tous le sens ? Je pense que cela pourrait être un match pour Rashford ou Sancho pour accompagner Sterling. Sur les côtés, il faut des joueurs rapides, capables de rentrer vers l'intérieur, donc je ne pense pas que nous verrons Saka dimanche», prophétise l'ancien défenseur à Sky Sports. Pas sûr que Southgate suive l'avis de son ancien partenaire, lui qui prône la stabilité, d'autant que Saka sort d'un match accompli contre le Danemark. Réponse dimanche.

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité