OL - PSG : la nouvelle soirée de la honte du football français

Par Max Franco Sanchez
2 min.
Le péage de de Fresnes-lès-Montauban incendié @Maxppp

Le football français a encore été sali par de tristes scènes samedi, à l’occasion des finales de Gambardella et de Coupe de France à Lille.

Racisme, crachats, insultes, bagarres, agressions, incendie d’un péage… Ce qui devait être une belle fête du foot français a finalement fait ressortir ce que la société peut nous offrir de pire. Et c’est malheureusement très souvent incarné par les fans de football. Samedi à Lille, de nouveaux incidents ont pourri une soirée qui se voulait passionnante et palpitante sur le plan sportif. Il y a d’abord eu cette finale de Gambardella, remportée par l’Olympique de Marseille face à Nancy sur le score de 4-1.

La suite après cette publicité

Un match entre jeunes joueurs marqué par des incidents en tribunes, occasionnés par des fans de l’OL et du PSG déjà présents sur place, avant la finale de Coupe. Le match a par exemple été interrompu après l’heure de jeu suite à un jet de projectiles sur le gardien marseillais, Aboubaka Dosso, venant de supporters parisiens. La rencontre a été stoppée pendant une dizaine de minutes, alors que les insultes contre les minots phocéens ont été constantes tout au long de la partie. Gaël Lafont lui a reçu un crachat alors qu’il célébrait son but devant les Lyonnais. Des insultes racistes auraient aussi été proférées pendant la rencontre selon plusieurs fans présents sur place.

À lire PSG : Layvin Kurzawa se sent en danger à Paris

Une violence terrible

Dans le même temps, d’autres tristes évènements se déroulaient à un peu plus de 70km du stade de Lille. Des bus de Lyonnais se sont retrouvés nez à nez avec les fans parisiens au péage de Fresnes-lès-Montauban, sur la A1. Une rixe a éclaté, et une vingtaine de blessés sont à signaler, alors que plusieurs policiers ont aussi dû être pris en charge. Des scènes particulièrement violentes entre 100 Lyonnais et 200 Parisiens - certaines sont publiées sur les réseaux sociaux - qui ont aussi causé des dégâts sur le plan matériel.

La suite après cette publicité

Quatre bus ont été endommagés, l’un d’entre eux brûlant complètement, et le péage était aussi en feu, obligeant les autorités à fermer l’autoroute. « Je condamne avec la plus grande fermeté toutes les violences. Ce sont des rendez-vous sportifs où il faut avant tout être dans la joie », a lancé Emmanuel Macron, alors que le procureur d’Arras va lancer l’enquête. A quelques semaines des Jeux Olympiques, le sport français laisse encore une triste image…

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité