Que devient Loïc Rémy ?

Après deux saisons à Lille, Loïc Rémy a pris la direction de Caykur Rizespor en Turquie l'été dernier. Où en est-il ?

Loïc Rémy, sous les couleurs de Caykur Rizespor
Loïc Rémy, sous les couleurs de Caykur Rizespor ©Maxppp

Un globe-trotter de la planète football. A 34 ans, Loïc Rémy a pas mal bourlingué durant sa carrière. Une carrière qui a débuté à l'Olympique Lyonnais, où il a effectué ses débuts professionnels le 14 octobre 2006 lors d'un derby face à l'AS Saint-Etienne. Il y a pire pour commencer. Ensuite, l'attaquant a plié bagages pour entamer un tour de France, qui l'a mené à Lens, Nice puis Marseille. Après cela, le footballeur né en 87 a filé à l'anglaise. En janvier 2013, il a été transféré chez les Queen's Park Rangers. Sa découverte du Royaume-Uni s'est poursuive avec des passages par Newcastle, Chelsea et Crystal Palace.

La suite après cette publicité

Lors de l'exercice 2017-18, Loïc Rémy s'est envolé ensuite pour l'Espagne, où il a découvert la Liga sous le maillot de Las Palmas pendant six mois avant de poser ses valises à Getafe. Après son petit tour d'Europe, le Français a décidé de rentrer au pays. Le 13 juillet 2018, le LOSC a annoncé son arrivée pour deux saisons. L'avant-centre devait apporter son expérience à une formation nordiste plutôt jeune. Un rôle qu'il a occupé, malgré la forte concurrence dans le secteur offensif mené par Nicolas Pépé puis Victor Osimhen par la suite.

Un départ surprise du LOSC

Après avoir inscrit 7 buts (2 assists) en 29 apparitions toutes compétitions confondues en 2018-19, il a fait mieux la saison suivante, terminant avec un bilan de 11 buts en 27 matches. De quoi convaincre les dirigeants lillois de poursuivre l'aventure avec lui. Ils lui avaient ainsi proposé un nouveau bail de deux ans, lui qui était en fin de contrat le 30 juin 2020. Alors que tous les voyants semblaient au vert, Loïc Rémy avait finalement décliné cette offre au dernier moment. Lors d'un live Instagram, l'ancien joueur de l'OL et l'OM avait alors expliqué sa décision, surprenante pour beaucoup.

«J'ai demandé un salaire au club, qui a été rejeté et le club m'a fait une autre proposition qui baissait mon salaire et j'ai accepté, une baisse conséquente. Mais en contrepartie, pour le manque à gagner on va dire, je demandais un bonus en cas de qualification en Ligue des champions. Je ne vais pas citer de nom mais une personne du club a dit à mon agent : "Tu penses qu'à 33 ans il trouvera une meilleure offre ?" Je pense que ça a été l'erreur fatale, même si les renégociations auraient dû redémarrer plus tôt à mon avis et j'aurais accepté sans regarder. Quand j'ai entendu ça, j'y croyais mais je me suis dit c'est la loi du foot, accepte».

Le couac Benevento avant le départ pour la Turquie

Dans la foulée, Rémy voyageait pour l'Italie fin juillet afin d'aller visiter les installations de Benevento. Promu en Serie A, le club transalpin voulait en faire le patron de son secteur offensif. Un défi alléchant pour Rémy, qui allait découvrir la Serie A tout en triplant son salaire. Mais il avait été recalé une première fois à la visite médicale. Malgré la confiance de Benevento, qui voulait vraiment le recruter, les examens suivants n'étaient pas concluants et le Français revenait au point de départ. Un mois plus tard, le 28 août, il s'engageait finalement pour deux ans avec Caykur Rizespor en Turquie. Une nouvelle destination à découvrir et un nouveau championnat à conquérir.

«Je veux me montrer désormais, prouver mes qualités ici, pas seulement me reposer sur ma réputation, je peux encore jouer plusieurs années et je suis pressé de démarrer cette nouvelle aventure», avait-il expliqué à son arrivée. Et tout s'est plutôt bien passé pour lui. Après deux rencontres passées dans la peau d'un remplaçant, il marquait pour sa première titularisation face à Alanyaspor le 27 septembre (1-1). Muet le match suivant, il a ensuite inscrit un triplé lors du match contre Ankaragücü (victoire 5-3), avec notamment deux pénaltys transformés. Un coup du chapeau qui était le premier pour le trentenaire, forcément sur un nuage.

Des débuts réussis avant une blessure

«Je suis heureux, c'est le premier hat-trick de ma carrière. Je ne me fixe pas d'objectifs de buts en championnat. Je veux marquer autant de buts que je peux, contribuer à l’équipe. Plus je marque, plus je serai heureux». Et celui qui porte le numéro 7 l'a été les deux matches suivants, avec un but à chaque fois (contre Sivasspor et Kayserispor). Ses dernières réalisations puisque, ensuite, il n'a pas trouvé la mire lors des 3 rencontres qui ont suivi. La dernière était face à Karagümrük le 6 décembre 2020. Cela a aussi été son ultime match tout court puisque depuis le Français n'a plus rejoué avec son équipe.

En effet, il s'est blessé pour une longue durée. Journaliste pour le média turc Fanatik, Yakup Çinar nous en dit un peu plus sur le footballeur tricolore. «Sa saison avait très bien commencé. Il avait marqué 6 buts en 10 matches. Mais il a eu un problème à l'aine. Il a pensé qu'il ne pourrait pas s'en sortir sans opération. Une chirurgie a donc été réalisée. Il a trouvé des médecins en lesquels il croyait et ils l'ont opéré en Allemagne. Sa blessure est complétement derrière lui. Il travaille avec l'équipe. Il sera a priori dans le groupe pour affronter Karagümrük le prochain match (3 avril)». Une excellente nouvelle pour Loïc Rémy qui pourra reprendre sa saison et faire, pourquoi pas, de son excursion en Turquie une réussite.

Plus d'infos

Commentaires