Bruno Génésio expose son plan pour relancer le Stade Rennais

Au lendemain de l'officialisation de sa nomination au poste d'entraîneur principal du Stade Rennais, Bruno Génésio a donné sa première conférence de presse. L'ancien coach de l'OL y a notamment expliqué comment il comptait redonner de l'allant à une formation qui ne gagne plus depuis de longues semaines.

Bruno Genesio coache le Beijing Guoan
Bruno Genesio coache le Beijing Guoan ©Maxppp
La suite après cette publicité

Il est de retour. Nommé hier à la tête de l'équipe première du Stade Rennais et au lendemain d'une nouvelle défaite des Bretons à Lyon (0-1), son ex, Bruno Génésio retrouve un banc de Ligue 1 presque deux ans après son départ de l'OL, en juin 2019. Celui qui dirigeait encore le Beijing Sinobo Guoan fin décembre arrive dans un contexte de déprime généralisée, Rennes n'ayant gagné qu'un seul de ses onze matches joués en 2021. «Le plus important pour le moment c’est de mettre fin à cette spirale négative», a d'ailleurs rapidement glissé le nouvel homme fort rennais.

Arrivé avec son adjoint Dimitri Farbos en Bretagne, Bruno Génésio ne veut pas chambouler les choses. Il veut se fondre dans le moule, et surtout amener un déclic psychologique : «c’est à mon avis le plus important, parce qu’on sent que cette équipe a du potentiel, mais elle joue un peu avec le frein à main aujourd’hui. Le rôle du staff c’est aussi ça, dégager une énergie positive, une attitude, pour emmener les joueurs avec nous et amener cette prise de risque.»

Tout sourire, l'air reposé, le nouvel homme fort s'est dit, à plusieurs reprises, convaincu par les ambitions du club et son aspect humain. Tout va bien dans le meilleur des mondes alors que le club, qui se voulait européen, est dixième de Ligue 1 ? C'était plus ou moins le message, aux allures de câlinothérapie, que Génésio a fait passer.

Continuité et objectif européen

Mais si l'ancien Gone n'a voulu froisser personne, en flattant entre autres Martin Terrier (qu'il a côtoyé à l'OL) de futur «très grand attaquant», il a assuré que les objectifs du début de saison restaient les mêmes. À savoir, grapiller un ticket européen. Le deuxième étage de la fusée : «Ensuite - quand la spirale négative sera stoppée -, se projeter sur la fin de saison, pour aller chercher l’objectif qui était défini en début de saison (...) c’est encore largement possible puisqu’on a un match de plus à jouer que nos concurrents directs. Aujourd’hui, tout est possible, et la première des choses c’est d’y croire !», a martelé le tacticien.

Pour arriver à ses fins, là encore, Génésio ne veut rien «révolutionner». «Je veux être dans la continuité, dans le jeu de possession, j’aime que mon équipe prenne des risques, qu’elle accepte même parfois un certain déséquilibre pour marquer des buts. C’est important que l’équipe soit ambitieuse et prenne du plaisir.», a-t-il notamment épilogué. Place désormais aux actes, avec un premier grand rendez-vous face à l'Olympique de Marseille dès mercredi prochain en match en retard.

Plus d'infos

Commentaires