RB Leipzig - PSG : les notes du match

Pour son troisième match de la saison en Ligue des Champions, le PSG avait rendez-vous avec le RB Leipzig en Allemagne. À la Red Bull Arena, les Parisiens ont vécu un cauchemar. En plus de la défaite (1-2), Idrissa Gueye et Presnel Kimpembe ont vu rouge.

Emil Forsberg après son but contre le PSG
Emil Forsberg après son but contre le PSG ©Maxppp
La suite après cette publicité

Ligue des Champions 2020/21, acte III. Après sa défaite contre Manchester United au Parc des Princes (1-2) et son succès contre l'Istanbul BB en Turquie (2-0), le Paris Saint-Germain défiait ce mercredi soir la formation allemande du RB Leipzig, à la Red Bull Arena. Avec une cascade d'absents (Bernat, Draxler, Icardi, Letellier, Jesé, Verratti, Mbappé, Neymar), Thomas Tuchel alignait un 4-3-3 avec un trio Di Maria-Kean-Sarabia devant et encore Danilo en défense centrale. En face, Julian Nagelsmann optait pour un 3-4-3 et l'ancien Parisien Nkunku était titulaire.

Dans un début de match marqué par la prise de risque de Herrera sur une passe en retrait pas assez appuyée (5e), les Parisiens prenaient rapidement l'avantage. Grâce à un bon pressing, Kean venait gêner Upamecano pour récupérer le ballon et servir Di Maria qui, d'un petit pointu, envoyait le ballon au fond des filets face à Gulacsi (6e, 0-1). Un début de match parfait pour les visiteurs, mais les locaux restaient dangereux, comme sur cette parade décisive de Navas devant Haidara, alors que Florenzi suivait bien pour contrer Angeliño (8e). Le ballon passait rapidement d'un camp à l'autre et suite à une main d'Upamecano dans la surface sur un tir de Kean, le PSG obtenait un penalty.

Deux expulsions côté parisien

En confiance après un début de match intéressant, Di Maria s'emparait alors du ballon, mais Gulacsi sortait son penalty (16e). Les deux équipes se livraient alors une belle bataille et les Parisiens trouvaient encore le chemin des filets à deux reprises, mais les buts étaient refusés pour des hors-jeu de Di Maria (38e) et Kean (40e). Les joueurs du RBL, eux, finissaient mieux la première période. Et arrivaient à égaliser. Oublié dans l'axe, à l'entrée de la surface, l'ancien Parisien Nkunku frappait à ras de terre et Navas ne pouvait repousser sa frappe (42e, 1-1). Tandis qu'après une ultime frappe d'Olmo non cadrée (45e), l'arbitre mettait fin au premier acte.

Après la pause, les locaux revenaient avec de bonnes intentions et Forsberg se procurait une grosse occasion (53e), tout comme Kean (54e). Mais derrière, le PSG craquait. Kimpembe touchait le ballon de la main dans la surface, offrant un penalty au RBL. Forsberg prenait alors le ballon et trompait la vigilance de Navas, pourtant parti du bon côté (57e, 2-1). Un autre tournant arrivait ensuite avec l'expulsion de Gueye (69e) pour un second carton jaune. À dix contre onze, les Parisiens n'arrivaient pas à revenir et Kimpembe craquait à son tour en étant lui aussi expulsé (90e +5). Le PSG s'inclinait donc en Allemagne et perdait deux joueurs pour le prochain match, au moins.

L'homme du match, Forsberg (7) : le maître à jouer suédois a souffert dans la première demi-heure. Mais il s’est réveillé ensuite pour alerter Navas d’une frappe lointaine trop faiblarde (32e). Avant de trouver un peu plus de libertés en fin de première mi-temps, lui qui a été à l’origine de l’égalisation de Nkunku (42e). Une tendance qui s’est confirmée au retour des vestiaires, avec notamment une occasion après avoir éliminé Danilo (53e), puis dans le coup sur la main de Kimpembe dans sa surface, où il s’est d’ailleurs fait justice lui-même (57e). Remplacé par Kluivert (76e).

RB Leipzig

- Gulacsi (6,5) : battu par Di Maria sur l’ouverture du score (6e), il n’a pas eu le temps de s’échauffer. Mais il s’est bien réchauffé en arrêtant un penalty de ce même Di Maria dans ce qui peut ressembler au tournant du match (16e). Un peu moins sollicité par la suite, le portier hongrois a vécu un deuxième acte plus tranquille malgré quelques prises de balles à effectuer.

- Mukiele (5,5) : dans son couloir droit, l’ancien Montpelliérain est celui qui a affiché le plus de sérénité balle au pied , en prenant son couloir. Il a été l’un des rares à évoluer à son niveau durant la première période. Le Français a réalisé une performance solide, malgré quelques approximations techniques. Remplacé par Henrichs (63e). L'ancien Monégasque a réalisé une entrée sérieuse, où il a essayé de se projeter vers l'avant.

- Upamecano (3,5) : en charge du duel avec Kean, le Français a souffert dans son dos, mais aussi avec le ballon : sa perte de balle menait à l’ouverture du score de Di Maria (6e), puis il a été l'auteur d'une main dans la surface sur une frappe de l’Italien (15e). Pas mis en confiance par ce mauvais début de match, le jeune défenseur a eu du mal tout au long de la partie, et le passage aux vestiaires n’a pas eu d’effet miracle, même si on a pu observer un léger mieux, avec notamment un bon retour sur Kean en fin de match (90e +4).

- Konaté (4) : il est apparu fébrile en début de match, avec des interventions peu académiques et des relances pas toujours précises. Rugueux dans les duels, il était souvent en retard : averti à la 25e minute pour un gros tacle sur Herrera, il était bien heureux de ne pas être expulsé. On a connu le Français plus solide même si la deuxième mi-temps était plus sereine.

- Orban (5) : en manque de vitesse, et avec des hésitations techniques trop nombreuses, le Hongrois n’est pas la finesse incarnée. Mais c’est celui qui a le moins souvent été mis en grosses difficultés. Une rencontre sérieuse pour lui, avec ses qualités et ses défauts, à l'image d'un retour sur Kean (72e).

- Sabitzer (4,5) : invisible et imprécis, c’est ainsi que l’on peut qualifier le capitaine allemand. Loin de son rendement habituel, il est apparu emprunté techniquement et physiquement. À l'image de son équipe, il était un peu mieux au fil du match, mais il a vraiment manqué de mordant et de présence sur la durée. Remplacé par Kampl (90e).

- Haidara (6) : sur le papier, il était le milieu le plus défensif de Leipzig. Mais il s’est beaucoup projeté, manquant notamment une énorme opportunité face à Navas (8e). Aussi une belle agressivité et un pressing haut pour le Malien qui n’a pas été avare en efforts : c'est d'ailleurs lui qui provoquait la faute menant au 2e carton jaune de Gueye (69e). Remplacé par Adams (76e).

- Angelino (6) : on le sait, l’Espagnol est très offensif. Après avoir mis un doublé contre Basaksehir, il aurait pu rajouter un nouveau but suite à l’occasion d’Haidara (8e). Souvent présent dans la surface adverse, il a donné une passe décisive en retrait à Nkunku (42e). Le joueur appartenant à Manchester City a montré un gros volume de jeu pour défendre et apporter le surnombre offensivement.

- Nkunku (6,5) : l’ancien du PSG a été le plus remuant sur le front de l’attaque, en apportant parfois le danger grâce à ses percussions balle au pied. Ce n’était pas un hasard s’il permettait aux siens d’égaliser avant la mi-temps d’une frappe croisée (42e). En deuxième mi-temps, il a eu quelques opportunités (une frappe trop croisée à la 80e) mais s'est surtout concentré sur le repli défensif, mais il n'a pas à rougir de sa prestation globale.

- Olmo (5,5) : aligné à la pointe de l’attaque, il devait aller au duel avec Kimpembe et Danilo, deux grands gabarits. Et le fluet espagnol s’en est plutôt bien sorti, avec quelques belles déviations dos au but. Sa mobilité et sa vitesse ont parfois gêné la défense parisienne. Remplacé par Poulsen (63e). Bien plus physique que son prédécesseur, le Danois a fait parler sa solidité dos au but pour conserver le cuir et servir de point d'appui.

- Forsberg (7) : voir ci-dessus

Paris Saint-Germain

  • Navas (5,5) : même s'il a encaissé un but signé Nkunku (42e) et un penalty de Forsberg qu'il a failli sortir (57e), le portier costaricien a tout de même été décisif. Le dernier rempart du PSG a d'abord sorti une parade incroyable en début de match (8e), avant de capter la deuxième tentative cadrée du RBL, œuvre de Forsberg (32e). Dommage au vu du résultat.

  • Florenzi (5) : volontaire et hyper actif dans son couloir, comme toujours, le latéral italien a multiplié les courses pour apporter un plus dans son couloir. Défensivement, il a tenté de contenir ses adversaires et a surtout sauvé les siens en début de partie sur une frappe d'Angelino (8e). Mais si l'on regarde de plus près le match, les deux buts viennent de son côté. Il a cédé sa place à Rafinha (84e), qui a tenté d'apporter au milieu en quelques minutes.

  • Danilo (4) : présent en charnière centrale, comme c'est le cas depuis plusieurs matches, la recrue estivale parisienne a souvent pris le dessus dans les airs. Dans le jeu, il a également relancé proprement mais son placement a parfois été approximatif, lui qui a par exemple couvert Forsberg sur l'action du penalty en seconde période.

  • Kimpembe (2) : rapidement avec une une épée de Damoclès au-dessus de la tête suite à un avertissement (19e), le défenseur français a dû anticiper plus souvent pour éviter le contact. C'est ce qu'il a essayé de faire en deuxième période face à Forsberg, mais il a touché le ballon de la main et a concédé un penalty transformé par le numéro 10 adverse (57e). Dépassé, il a même craqué dans le temps additionnel en se faisant exclure pour un autre avertissement (90e+5). Un cauchemar.

  • Kurzawa (4) : si le jeu du RB Leipzig a souvent penché à droite, c'est parce que le latéral gauche parisien a eu un peu de mal. Même s'il n'a pas pris l'eau, le joueur de 28 ans a fait preuve d'imprécision par moments tout en étant pris dans le dos trop facilement. Un peu trop agressif, il a fini par être averti en deuxième période. Remplacé par Bakker (74e).

  • Herrera (5,5) : titularisé pour la troisième fois de suite en Ligue des Champions, l'Espagnol a tenté de rendre une bonne copie. Dans un travail de l'ombre, l'ancien élément de Manchester United s'est bien battu pour gratter quelques ballons et relancer comme il pouvait. Ça avait pourtant mal débuté avec cette passe en retrait dangereuse vers Navas (5e) mais la suite a été meilleure.

  • Marquinhos (3,5) : encore aligné en numéro 6 par Thomas Tuchel, le capitaine parisien n'a pas semblé à l'aise. Positionné bien trop bas sur le terrain, le Brésilien était un peu en manque de repères sur les offensives du RBL. D'ailleurs, sur le but de Nkunku, il est trop redescendu et a oublié de bloquer l'axe à la sortie de la surface (42e).

  • Gueye (3) : titulaire dans l'entrejeu, l'international sénégalais a eu des difficultés ce soir à la Red Bull Arena. Un peu déboussolé au milieu, le numéro 27 n'a pas réussi à faire la transition entre les lignes tout en défendant. Parfois en retard dans ses interventions, il a fini par être expulsé pour deux cartons jaunes (37e, 69e), dont le deuxième qui peut paraître sévère. Un match à oublier.

  • Di Maria (4,5) : joueur le plus en vue côté parisien avec Kean, l'ailier argentin a essayé de prendre ses responsabilités en l'absence de Neymar ou encore Mbappé. Auteur d'un bon début de match avec son ouverture du score (6e) et sa frappe contrée (9e), il a cependant levé le pied après son penalty stoppé par Gulacsi (16e). Un tournant dans le match quand on connaît la suite… Moins actif ensuite, il a disparu des radars au retour des vestiaires et ce malgré quelques accélérations intéressantes côté droit.

  • Kean (6) : auteur d'un doublé la semaine passée en Turquie, le joueur prêté par Everton n'a cette fois-ci pas fait trembler les filets. Il a tout de même été important devant, notamment sur l'ouverture du score avec sa récupération et sa passe décisive (6e) ou encore en obtenant le penalty manqué par Di Maria (15e). Actif en profondeur ou en position de pivot, l'Italien a souvent tenté sa chance (40e, 55e) mais le but n'est pas venu.

  • Sarabia (3,5) : en l'absence de Neymar, blessé, l'Espagnol avait en charge l'animation offensive côté gauche. Malheureusement, avec le jeu parisien qui a trop penché à droite, le joueur de 28 ans a presque été fantomatique. Auteur tout de même de l'ouverture avant le penalty obtenu (15e), il n'a pas été important ce soir, lui qui a aussi oublié légèrement son repli défensif pour aider Kurzawa. Remplacé par Kehrer (74e) qui s'est positionné en défense, sur le flanc droit.

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires