L'année 2020 très particulière d'Angers SCO

Loué pour son travail et ses résultats sportifs réguliers malgré de moyens limités, le SCO est au cœur malgré lui de nombreuses affaires en 2020. Alors que le mercato est en route avec un nouveau directeur sportif et que le début de saison se rapproche à grands pas, le club a vu son président-délégué Fabrice Favetto-Bon s'en aller après 5 mois seulement. Retour sur une année décidément très délicate.

Favetto-bon, Pickeu, Chabane et Moulin à Angers SCO
Favetto-bon, Pickeu, Chabane et Moulin à Angers SCO ©Maxppp

Si calme d'ordinaire, le quotidien d'Angers est bouleversé en cette année 2020. Plutôt habitué à la sérénité de ses résultats, récompensant un travail sérieux de plusieurs saisons, le club est au cœur malgré lui de différentes affaires qui tranchent avec son caractère équilibré et sa croissance régulière, mettant en péril sa stabilité. Depuis le 5 février et la mise en examen de son président Saïd Chabane pour agressions sexuelles aggravées suite au dépôt de plainte d'une salariée et de deux anciennes employées, jusqu'au départ précipité de Fabrice Favetto-Bon le 10 août, le SCO vit des heures compliquées.

La suite après cette publicité

Pour le moment, le patron du club est présumé innocent mais pour assurer sa défense, il a pris du recul et nommé le 9 mars Fabrice Favetto-Bon comme président-délégué. C'est lui qui dès le lendemain a mis à pied Olivier Pickeu à titre conservatoire, alors que rien ne laissait transparaître une telle initiative. Directeur sportif historique (depuis 2006), Pickeu est licencié pour faute grave un mois plus tard pour des faits allant contre l'intérêt du club. Les différentes parties ont rendez-vous au tribunal des Prud’hommes d’Angers le 9 septembre.

Chabane, Pickeu, El Melali, Ndoye, Bernard, les affaires s'enchaînent au SCO

Le SCO se doit de trouver un nouveau directeur sportif. Le 18 avril, c'est Sébastien Larcier, ancien de la cellule de recrutement de Dijon, qui est choisi par Favetto-Bon, en concertation avec Stéphane Moulin. Les rebondissements semblent se calmer alors que la saison s'interrompt définitivement, assurant la 11e place de Ligue 1 au SCO mais une nouvelle affaire judiciaire éclate. Prolongé jusqu'en 2023 ce jour même du 4 mai comme le rappelle Ouest France, Farid El Melali est interpellé puis poursuivi pour exhibition sexuelle. Il est même visé par une seconde plainte pour des faits similaires mais antérieurs à cette date. Le 8 juillet après une nouvelle audition en garde à vue, le milieu offensif avoue. En attente de son jugement, il risque jusqu'à 1 an de prison et 15 000 € d’amende.

Le calme ne retombe toujours pas car deux semaines plus tard le 23 juillet, l'ancien président du SCO (entre 2006 et 2011) Willy Bernard, assigne en justice Saïd Chabane, à qui il a vendu le club, pour ne pas lui avoir versé l'intégralité de la somme promise à la signature. Le 4 août, c'est le milieu de terrain Cheikh Ndoye qui assigne son ancien club aux Prud’hommes. Le joueur reproche à son ex-employeur de ne pas avoir respecté sa promesse d'embauche. Angers avait récupéré le Sénégalais en prêt de Birmingham en janvier 2019, assorti d'un futur contrat de deux ans (jusqu'en 2021). Mais en mars, Ndoye est victime d'une rupture des ligaments croisés avec sa sélection et Angers n'honore pas son engagement l'été suivant. L'ancien capitaine, âgé de 34 ans, est toujours au chômage aujourd'hui. L'audience de conciliation doit avoir lieu le 10 septembre, soit 24 heures plus tard et au même endroit que pour Olivier Pickeu.

Favetto-Bon aura tenu 5 mois

La courte présidence de Fabrice Favetto-Bon aura donc été très agitée et c'est peut-être l'une des raisons qui l'ont poussé à jeter l'éponge même s'il évoque «des raisons personnelles et familiales». Car oui, cinq mois après sa nomination et à la surprise générale, le président-délégué a décidé de quitter son poste ce lundi. Membre du conseil d'administration du club, Philippe Caillot le remplace dans l'attente d'un nouveau dirigeant. «Lorsque j’ai proposé à Fabrice de nous rejoindre, je pensais que nous ferions un grand bout de chemin ensemble. Ce n’est pas le cas, mais je respecte son choix» regrette Chabane dans un communiqué. En plein mercato et à moins de deux semaines de la reprise, Stéphane Moulin et son équipe se seraient bien passés de ce long feuilleton. Seuls les résultats sportifs pourront redonner le sourire aux supporters et permettre au SCO de retrouver sa quiétude qui le caractérise.

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires