Liga : Yassine Bounou, le mur de Séville

Après être arrivé sur la pointe des pieds du côté du FC Séville, Yassine Bounou s’impose petit à petit comme l’un des meilleurs gardiens d’Europe en plus d’être devenu titulaire indiscutable avec le club sévillan. Un déclic survenu cet été.

Bono ha ofrecido un buen rendimiento en Sevilla
Bono ha ofrecido un buen rendimiento en Sevilla ©Maxppp

Cette saison, Yassine Bounou est l’un des éléments clés du FC Séville. Dernier exemple en date lors de la dix-septième journée de Liga, face au Betis Séville. Le gardien marocain livrait, une nouvelle fois, une solide prestation en arrêtant notamment un penalty de Nabil Fékir qui permettait aux siens de repartir avec le point du match nul. Un arrêt qui lui permettait aussi, à titre personnel, de rentrer dans l’histoire du club puisqu’en 99 derbys dans l’élite, jamais un gardien du FC Séville n’avait arrêté le moindre penalty. Et cette prestation est finalement dans la continuité de ce que montre Yassine Bounou depuis le début de saison et surtout depuis le Final 8 de Ligue Europa, en août dernier.

La suite après cette publicité

Cantonné au banc de touche lorsque Tomas Vaclik s’imposait comme le numéro un aux yeux de Julen Lopetegui, le gardien de 29 ans, prêté à ce moment-là par Girona, ne faisait pas l’unanimité chez les Blanc et Rouge. La direction sévillane ne voulait pas le conserver à la fin de son prêt. Mais le destin du joueur formé au Wydad Casablanca a basculé un soir de juillet. Face à Eibar, le gardien tchèque se blessait au genou. L’occasion pour Yassine Bounou d’enfin s’illustrer à quelques semaines des matches de Coupe d’Europe.

Des statistiques impressionnantes

Depuis ce jour, le natif de Montréal au Canada (loin de son pays d’origine) est devenu une forteresse quasi-infranchissable. Et c'est en Ligue Europa qu'il a d’abord pu montrer son talent, face à Manchester United notamment où il avait dégoûté les attaquants mancuniens à plusieurs reprises. Des exploits que n'avait pas manqués de souligner Lopetegui. « Yassine Bounou a réalisé une excellente performance. (…) Franchement, nous n’aurions pas pu aller en finale sans lui. Il est notre joueur le plus important lors de la deuxième période », insistait l'ancien coach du Real Madrid après le match face aux Red Devils. « Les matchs sont des instants. Parfois, tu dois rentrer et te montrer à la hauteur de l’occasion. C’est tout », expliquait, de son côté, le gardien marocain après ses prestations en C3. Conscients de la qualité de leur gardien, les dirigeants andalous décidaient, dans la foulée, de lever l'option d'achat de 4 millions d'euros fixée par Girona. Un cadeau, en somme.

Les statistiques depuis qu'il garde les buts des Blanquirrojos parlent d'elles-mêmes. Avec lui, l'actuel sixième de la Liga n'a perdu que six fois en 36 matches. Mieux encore, l'international marocain (27 sélections) a gardé sa cage inviolée à 20 reprises sur ces 36 matches. Des chiffres qui, lorsque l'on creuse bien, sont aussi dans la continuité de ses dernières saisons à Girona. Dans une équipe qui jouait pourtant le maintien lors de la saison 2018-2019, Yassine Bounou était déjà le portier qui réalisait le plus d’arrêts (125) en Liga devant des mastodontes comme Ter Stegen (85) ou Jan Oblak (104). Bien loin des projecteurs, il se développait petit à petit pour devenir celui qu’il est aujourd’hui : un gardien complet et régulier.

Le premier choix en sélection

Si Yassine Bounou excelle autant dans les buts du FC Séville, c’est aussi parce qu’il a passé un cap, ces dernières années, avec la sélection marocaine. Longtemps numéro 2 derrière un Munir Mohammedi irréprochable avec Hervé Renard, il se contentait de quelques matches amicaux. « Je n’avais rien à lui reprocher, mais Munir ne faisait aucune erreur. Leur valeur était semblable mais difficile de sortir un gardien qui fait un sans-faute. Yassine ne jouait pas tout le temps à Girona aussi », avoue Hervé Renard, qui l’a connu pendant 3 ans et demi en sélection. Et pourtant, à force d’abnégation et de travail, Yassine Bounou devenait le gardien titulaire des Lions de l’Atlas lors de la Coupe d’Afrique 2019. C’est ce qui a fait la différence aux yeux de l’ancien sélectionneur de la Côte d’Ivoire. « De par son professionnalisme et de par son état d’esprit, il a fait la différence. C’est un travailleur qui a des qualités athlétiques exceptionnelles. C’est un gardien qui a aussi une concentration parfaite. » Ce changement de statut avec le Maroc lui a aussi permis d'être plus en confiance, plus serein en club.

Mais il n’y pas que dans la tête que l’ancien du Real Saragosse a prouvé sa valeur. Sur le terrain aussi. « C’est un gardien très complet. Son placement est impressionnant. Il sent toujours le jeu, ça lui permet d’être très fort dans le duel, dans le un contre un », souligne le technicien français. Des qualités qui profitent pour l’instant au club andalou. À 29 ans, Yassine Bounou a donc explosé sur le tard, après des années entre la réserve de l’Atlético de Madrid et la seconde division avec Girona notamment. Aujourd’hui, l’histoire semble belle pour le gardien marocain qui s’impose comme l’un des meilleurs au monde à son poste, pour le plus grand bonheur du FC Séville.

Plus d'infos

Commentaires