Ligue 1 : Strasbourg arrache la victoire à Brest

Grâce à Kevin Gameiro, les Strasbourgeois obtient trois points importants sur la pelouse de Brest, et ce sur la plus petite des marges (1-0). Le Racing intègre provisoirement le top 5 et se relance dans la course aux places européennes.

Kevin Gameiro a fait son retour à Strasbourg cet été
Kevin Gameiro a fait son retour à Strasbourg cet été ©Maxppp

Dans un duel des extrêmes d'est en ouest (plus de 1000km les séparent), le Racing Club de Strasbourg se déplaçait sur la pelouse du stade Francis-Le Blé où il affrontait le Stade Brestois. Les Alsaciens, en difficulté sur leurs deux dernières rencontres, devaient se relancer en terres bretonnes pour rester dans la course à l'Europe, même si les déplacements ne leur réussissaient pas vraiment (5 voyages sans victoire en L1). Quant aux Pirates, vainqueurs de leurs trois derniers matches, ils pourraient provisoirement accrocher la première partie de tableau à deux journées de la fin du championnat. Pour ce faire, Michel Der Zakarian faisait confiance à son Algérien Belaïli dans son 4-4-2, derrière Satriano et Mounie. De l'autre côté, Julien Stéphan titularisait Liénard à gauche de sa défense à 5 et au duo Ajorque-Gameiro.

La suite après cette publicité

Dès le début de la première période, les locaux se montraient dangereux sur le but de Sels grâce au corner de Belaïli : la tête de Mounié trouvait la barre transversale avant que Lasne ne tente une reprise de volée qui frôlait le poteau droit (2e). Néanmoins, le Racing se réveillait au fil du match, notamment grâce à la mobilité de Gameiro devant. Malgré son hors-jeu au départ de l'action, l'ancien Parisien ratait d'abord son duel avec Bizot (5e). Le gardien néerlandais s'illustrait d'ailleurs face à Diallo (19e) mais s'inclinait face à Gameiro, qui butait sur la transversale, la deuxième dans ce match (33e). A la pause, c'est un score vierge et de parité qui envoyait les 22 acteurs dans les couloirs dans l'antre breton.

Gameiro le sauveur

Au retour des vestiaires, les joueurs de Stéphan montraient de bien meilleures intentions offensives, mettant rapidement le danger dans la surface de réparation adverse. Le Racing n'était même pas loin de débloquer la marque si Bizot puis Chardonnet n'avaient pas été présents au dernier moment pour mettre en échec respectivement Gameiro (49e) et Bellegarde (50e), avant le coup de casque non cadré de Diallo (51e). Brest se reprenait après l'heure de jeu par le biais de Belaïli, qui sollicitait la belle claquette de Sels sur son enroulé (65e). Mais à la suite du bon retour de Pierre-Gabriel face à Bellgarde, Gameiro ouvrait le score en battant le dernier rempart brestois en deux temps (1-0, 72e).

Dans la foulée, les Pirates croyaient remettre les compteurs à zéro grâce au but de Satriano avant le dernier quart d'heure de jeu, mais l'arbitre, assisté de la VAR, annulait finalement l'égalisation bretonne (75e). Cette décision n'empêchait pas les Brestois de continuer à pousser pour revenir dans la rencontre, que ce soit sur coups de pied arrêtés ou sur des séquences construites. Malgré le coaching de MDZ pour apporter du sang neuf dans son onze, Strasbourg gardait cet avantage au score jusqu'au coup de sifflet final, leur permettant de retrouver provisoirement le top 5 au classement, Brest reste bloqué à la 11e place.

Plus d'infos

Commentaires