OM-Strasbourg : les notes du match

Strasbourg a tenu en échec l'Olympique de Marseille à l'Orange Vélodrome en ouverture de la 35ème journée de Ligue 1 ce vendredi soir au terme d'un match longtemps ennuyeux, Dario Benedetto répondant à l'ouverture du score de Stefan Mitrović. Les hommes de Jorge Sampaoli reviennent à hauteur du RC Lens, qui affronte le PSG ce samedi, mais perdent deux points précieux dans la course à l'Europe . Les joueurs de Thierry Laurey repartent de Marseille avec un point décisif dans l'optique de leur maintien dans l'élite.

Habib Diallo face à Boubacar Kamara
Habib Diallo face à Boubacar Kamara ©Maxppp
La suite après cette publicité

Objectif Europe. L'OM s'est mis en quête d'obtenir la 5e place de Ligue 1, qualificative pour l'Europa League, un moindre mal après une saison globalement ratée. Mais lors de la réception de Strasbourg au Vélodrome ce vendredi soir, les troupes de Jorge Sampaoli n'y étaient pas et ont dû se contenter d'un nul 1-1. Malgré les présences de Milik devant, de Thauvin, Payet, Rongier ou encore Alvaro dans le onze, les Olympiens ont semblé en panne d'inspiration face à une équipe alsacienne courageuse, concentrée, et emmenée par un bon Liénard. Menés au score en fin de rencontre, ils ont même dû courir après le score et ne doivent leur salut qu'à la bonne entée de Dario Benedetto, buteur pour la première fois depuis le 16 janvier.

La première période a donné le ton à une rencontre sans grande occasion de but puisque seul Balerdi avait réussi à inquiéter Sels (17e). Frustré par son équipe qui n'y arrivait pas, Sampaoli a bien tenté de remédier à cette apathie en sortant Rongier et Nagatomo pour Gueye et Luis Henrique avant même l'heure de jeu. L'OM a tenté d'accélérer mais il lui manquait bien trop d'ingrédients. Payet ne trouvait pas le cadre (62e) et Milik centrait trop sa tête (69e). Le Racing semblait pouvoir jouer durant des heures à ce rythme et commençait même à se montrer dangereux, à l'image des tentatives de Liénard (68e, 72e). Sur ce second tir repoussé par Mandanda, le gaucher strasbourgeois envoyait un corner parfait sur la tête victorieuse de Mitrovic (74e). Menés au score, les Marseillais (6ème, 56 points) ont tout de même réussi à se réveiller grâce à Benedetto, buteur en sortie de banc d'une belle tête sur un centre de Luis Henrique (86e). Ce nul n'arrange pas les affaires de l'OM dans la course à l'Europe, alors que Strasbourg (15ème, 38 points) a fait un pas de plus vers le maintien.

L'homme du match : Liénard (7) : un match de haute volée. Le Strasbourgeois a été présent défensivement en aidant bien sa défense centrale quand elle en avait besoin. Il a bien bloqué les angles de passe en étant constamment en mouvement et en suivant bien le bloc marseillais. Si la mission principale était de défendre, il n'a pas rechigné sur les efforts offensifs en se projetant à plusieurs reprises, aussi bien en première période qu'en seconde. S'il a tenté de tromper la vigilance de Mandanda sur deux frappes de loin (68e, 72e), Liénard est surtout celui qui a déposé ce corner décisif sur la tête de Mitrovic (74e). Une juste récompense pour lui, qui a également fait parler la qualité de son pied gauche tout au long du match, notamment sur les coups de pied arrêtés. Remplacé par Sissoko (76e).

Olympique de Marseille

  • Mandanda (4) : El Fenomeno a eu du travail durant ce match. En première période, il a montré beaucoup de sérénité notamment face à Ludovic Ajorque dans les airs (36e). En seconde période, il doit se reprendre à plusieurs reprises face à Liénard en dehors de la surface (66e, 71e). Il encaisse finalement l’ouverture du score sur ce but de Mitrovic sur corner (73e).

  • Balerdi (4) : le seul joueur à se procurer une occasion en première période avec cette frappe contrée par Sels (16e). Défensivement, l’Argentin a été plutôt dans le dur dans cette rencontre alors qu’il a dû se confronter à plusieurs reprises à Ajorque. Avec 10 duels remportés sur 19 disputés, 3 dégagements, une intervention, il est monté en puissance en seconde période malgré le but de Strasbourg.

  • Alvaro Gonzalez (2) : le défenseur espagnol a lui aussi vécu un match difficile. Pas impérial dans ses duels (0 remporté sur 2 disputés) il n’a que rarement été rassurant pour ses partenaires alors qu’il est le joueur expérimenté de cette ligne de 3 centraux. Sa lecture du jeu et des trajectoires le sauve sur quelques situations mais dans les airs ça a été compliqué, à l'image de l'égalisation de Mitrovic (74e).

  • Caleta-Car (4,5) : de retour dans le onze de départ après avoir purgé sa suspension, le défenseur croate a été le joueur le plus serein de cette arrière-garde olympienne. Pas forcément ultra performant et régulier depuis quelques mois, l’ancien joueur de Salzburg a été le plus solide derrière dans cette rencontre compliquée face à Ajorque surtout.

  • Lirola (4) : habituellement si à l’aise dans son couloir droite, l’Espagnol a été plutôt fantomatique dans ce match. Strasbourg ne laissant pas beaucoup d’espace derrière, il n’a pas réussi à se tourner vers l’avant comme souvent. Il y a eu du mieux en seconde période alors que les Alsaciens commençaient à fatiguer mais ses centres ont trop rarement été précieux. Pas décisif ce soir, l’intéressé n’a pas été dans un grand soir.

  • Nagatomo (3) : en difficulté face à Guilbert dans le couloir gauche, le latéral/piston japonais a tenté d’apporter offensivement avec des centres mais parfois non maitrisés. Positionné très haut sur le terrain, l’ancien joueur de Galatasaray a souvent vu le défenseur français passer dans son dos et se procurer des occasions. Remplacé par Luis Henrique (6) à la 56e minute de jeu qui a essayé d’apporter avec sa vitesse et sa qualité technique et qui a offert un super service pour Benedetto (86e), auteur du but égalisateur.

  • Thauvin (5) : match mitigé pour Flotov. L’international français a eu une grosse activité offensive, tentant toujours d’apporter que ce soit dans l’axe ou sur le côté droit. Le champion du Monde 2018 a créé de nombreuses occasions (2 centres réussis sur 3 tentés, 100% de réussite sur ses passes en profondeurs). Malgré tout il a encore manqué de réussite devant le but, comme trop souvent cette saison. Il a tenté sa chance une seule fois, et sa frappe a été sauvée par Sels.

  • Kamara (5) : énorme activité dans l’entrejeu pour le minot. Avec 120 ballons touchés, il est le joueur olympien qui a eu le plus de fois le cuir dans cette partie. Défensivement l’international espoirs français a fait le job (6 duels remportés sur 10 disputés) sans pour autant être dans un très grand soir. Remplacé par Benedetto (83e), l’Argentin est entré en fin de match et a planté sur sa première occasion, trois minutes après son entrée en jeu, de la tête en reprenant un excellent service de Luis Henrique (86e).

  • Rongier (3) : titularisé pour la première fois sous l’ère Sampaoli, l’ancien Nantais n’a pas eu le même rendement que face à Reims la semaine dernière. Plutôt à l’aise défensivement dans l’entrejeu à la récupération (7 duels remportés sur 10), c’est plutôt offensivement que ça a péché (0 passe en profondeur réussie sur 3 tentées). Remplacé par Pape Gueye (57e) qui n’a pas été excellent ce soir, perdant de nombreux ballons à travers ses transitions.

  • Payet (3) : le meneur de jeu réunionnais, en forme ces dernières semaines, a eu du mal face au bloc bas strasbourgeois. En 90 minutes, il n’a jamais trouvé la clé de la réussite que ce soit à la création des occasions ou à la finition comme sur cette frappe à l’entrée de la surface non cadrée (61e). Trop de déchets dans son jeu pour être décisif ce soir.

  • Milik (4) : l’attaquant polonais a eu du mal à se montrer en première période. Avec 22 ballons touchés, il a eu du mal à se procurer des occasions (0 tir tenté). Sa première occasion intervient à la 68e minute alors qu’il reprend de la tête un centre de Lirola, mais sa tentative est trop molle pour inquiéter Sels. Face à Mitrovic, Djiku et Koné, il a eu du mal à exister dans les airs. Pas le meilleur match de Milik, mais comme à l’image de l’OM ce soir.

RC Strasbourg Alsace

  • Sels (6) : comme à son habitude, le portier belge a livré une prestation très solide dans les buts du RCSA. Après avoir touché son premier ballon (8e), il a bien anticipé ce long ballon de Kamara (13e). Surtout, il a été l'auteur d'une grosse parade à bout portant du genou gauche devant Balerdi pour conserver sa cage inviolée (17e). Au cours du second acte, il a bien lu le jeu des Marseillais en sortant bien devant les attaquants adverses (65e) et a, une nouvelle fois, sorti la parade qu'il fallait sur cette tête de Milik (70e) ou encore devant Luis Henrique (85e). Un match tout de même frustrant car il ne peut qu'effleurer le ballon sur la tête de Benedetto sur l'égalisation de l'OM (86e).

  • Koné (5,5) : l'ancien défenseur central de Lorient ou encore de Sunderland, positionné sur le côté droit de la défense à trois centraux mise en place par Thierry Laurey, a bien tenu la baraque. C'est lui qui est bien intervenu devant Milik (30e), tout en rassurant son équipe dans les moments plus délicats. Dans la relance, il a affiché quelques lacunes, ses longs ballons ne trouvant pas tout le temps preneur. Averti par Stéphanie Frappart pour une faute sur Dimitri Payet (53e).

  • Mitrovic (6,5) : positionné dans l'axe de la défense à trois centraux l'international serbe a rendu une bonne copié, aussi bien d'un point de vue défensif qu'offensif. Globalement, il a fait parler sa bonne lecture du jeu (37e, 47e, 60e) pour couper court aux offensives marseillaises. Ce qu'on retiendra surtout, c'est qu'il a offert le point du nul à Strasbourg en catapultant un corner de Liénard au fond des filets de Mandanda (74e).

  • Djiku (6) : au Vélodrome, c'est l'international ghanéen qui a été le plus en vue des trois défenseurs centraux de la défense à cinq de Thierry Laurey. Il s'est mis dans le bain avec cette intervention décisive du bout du pied dans la surface devant Lirola (5e), avant de multiplier les bonnes interceptions (10e, 22e, 23e, 43e, 47e, 54e, 69e) tout au long du match. Il a aussi bien gêné Payet et Milik dos au but et il n'a pas hésité à monter haut pour accompagner les déplacements du numéro 10 marseillais ou du buteur de l'OM. Seul point noir : Benedetto prend le meilleur sur lui sur l'égalisation de l'OM en fin de match (86ème), ce qui ternit quelque peu sa copie finale.

  • Guilbert (5) : le défenseur prêté par Aston Villa a été très actif sur son côté droit. Malgré sa grosse débauche d'énergie, ses projections et ses bonnes intentions offensives, que ce soit ses centres (20e, 37e, 42e) ou encore sur des frappes, comme à la 45e, il n'a pas réussi à faire la différence. Quelques pertes de balle sont à noter, probablement liées à son manque de lucidité après ses gros efforts. Défensivement, il est intervenu quand il le fallait et n'a pas failli (3e, 8e, 70e), même si le centre de Luis Henrique sur l'égalisation de Benedetto est venu de son côté droit (86e).

  • Bellegarde (6;5) : le natif de Colombes a livré un match intéressant sur la pelouse de l'OM. Il a constamment proposé des solutions sur les phases offensives du RC Strasbourg Alsace, se rendant disponible et en créant de bons décalages, tout en multipliant les projections vers l'avant, comme sur cette passe pour Ludovic Ajorque, dont la frappe est passée à côté du but de Mandanda (33e). Il a crée de vrais problèmes aux Olympiens sur ses percussions en provoquant beaucoup de fautes. D'un point de vue défensif, il a été agressif sur le porteur de balle (25e, 33e) et a fait le job. Remplacé par Sahi (90+1e).

  • Aholou (6) : le milieu de terrain prêté par l'AS Monaco n'a pas à rougir de sa prestation, loin de là. Très mobile dans l'entrejeu, bloquant bien les espaces et sortant bien sur le porteur du ballon, il a réalisé quelques bonnes interceptions (13e, 30e, 47e). Il a montré que balle au pied, il est utile à son équipe en ressortant proprement et en distribuant bien le jeu les rares fois ou son équipe a eu le cuir entre les crampons.

  • Liénard (7) : voir ci-dessus.

  • Caci (5) : le joueur de 23 ans a mis quelques minutes à rentrer dans son match contre l'OM mais il a ensuite trouvé le bon rythme. Il a par exemple délaissé son couloir gauche pour revenir dans l'axe, combiner avec ses milieux et apporter le surnombre dans cette zone. Défensivement, il n'a pas été inquiété, il est bien intervenu quand il le fallait (38e, 53e, 66e) mais l'égalisation de Benedetto peut lui être reprochée en toute fin de rencontre (86e).

  • Diallo (4) : encore un match compliqué pour l'ancien Messin. Si son équipe est clairement venue au Vélodrome pour ne pas perdre et que ce genre de rencontre n'est pas synonyme d'occasions à foison pour les éléments offensifs, il s'est rendu coupable de plusieurs pertes de balle évitables. Hormis cette remise pour Ajorque (40e) et cette passe sur cette frappe lointaine de Liénard (68e), il n'a pas su peser sur la défense de l'OM, se créer d'occasion et donc apporter du danger devant le but de Steve Mandanda. Mais Thierry Laurey, au vu de la physionomie du match, ne lui en tiendra probablement pas rigueur alors qu'il a fait les efforts défensifs nécessaires au Vélodrome. Remplacé par Siby (86e).

  • Ajorque (6) : contrairement à son compère d'attaque, le géant strasbourgeois (1,97m) a été plus en vue ce vendredi soir au Vélodrome. Sa puissance physique a posé de gros soucis à la défense de l'OM. Si, une fois n'est pas coutume, Ajorque a été un un bon point de fixation pour ses partenaires lorsque le besoin s'est fait ressentir. Sur la première occasion des siens, son centre fort devant le but n'a pas trouvé preneur (15e), alors que sa frappe au ras du sol a fui le cadre de Mandanda (33e). Le géant strasbourgeois, qui n'a pas réussi à redresser cette reprise de la tête sur ce centre de Guilbert (37e), a aussi fait parler sa taille sur les coups de pieds arrêtés défensifs (35e).

Plus d'infos

Commentaires