Ligue 1 : c’est la crise à Montpellier !

Par Chemssdine Belgacem
3 min.
Michel Der Zakarian sur le banc de Montpellier @Maxppp

Quinzième de Ligue 1, Montpellier n’y arrive plus en Ligue 1 malgré une victoire en trompe-l’œil contre Metz il y a quinze jours. Accroché par Strasbourg ce dimanche, le MHSC n’avance pas et ses erreurs défensives ont provoqué l’ire d’un Michel Der Zakarian fragilisé.

Les semaines passent et se ressemblent à Montpellier depuis plusieurs mois maintenant. Après un début de saison intéressant et loin d’être alarmant, la bande de Michel Der Zakarian a connu un énorme trou d’air à l’approche de l’hiver. Certes, Montpellier est plus vivant l’été que l’hiver, mais cela n’était pas une raison pour ne plus gagner en Ligue 1 depuis le 17 décembre dernier. Depuis cette victoire face à Metz en clôture de la première partie de saison, le club de la Paillade n’a gagné qu’une petite rencontre face à Metz le 18 février dernier (3-0). Insuffisant pour une équipe qui se bat pour le maintien cette saison. Surtout face à une féroce concurrence alors que Lorient a remis de l’ordre dans sa maison et que Nantes, Strasbourg et Le Havre font moins d’erreurs pour le moment. En cas de victoire des Merlus ce dimanche contre Rennes, ces derniers pourraient même reléguer le champion de France 2012 à la 16e place synonyme de barrage.

La suite après cette publicité

Frustrante. Voilà comment l’on pourrait qualifier la prestation du MHSC ce dimanche face à Strasbourg. Dominateurs tant par la possession qu’au nombre d’occasions, les Héraultais n’ont pas su l’emporter et ont concédé un nul frustrant. Forcément, l’étau se resserre autour de Michel Der Zakarian. Le technicien de 61 ans ne trouve visiblement plus les mots pour que son équipe se transcende. Pire encore, il est pris en grippe par les supporters qui, contre Lyon le mois dernier, avaient brandi une banderole sans équivoque : «MDZ : 3 points perdus à cause d’un "abruti". Combien de gagnés grâce à toi ?», en faisant référence au pétard jeté lors de MHSC-Clermont, qui a coûté un point de pénalité au MHSC.

À lire Metz : Georges Mikautadze raconte son retour en forme

Michel Der Zakarian fustige sa défense

Outre la misère offensive à laquelle fait face le club depuis plusieurs semaines, et qui s’est encore traduite ce dimanche avec 2 petits buts en 21 tentatives, Montpellier a affiché des lacunes défensives inquiétantes contre le RCSA. Une semaine avant, les coéquipiers de Jordan Ferri avaient déjà encaissé quatre buts sur la pelouse du Vélodrome. Symbole d’une après-midi cauchemardesque défensivement, Kiki Kouyaté a concédé le penalty qui a permis à Strasbourg d’égaliser avant de se montrer naïf sur le but d’Emanuel Emegha. Deux erreurs qui ont fait dégoupiller "Der Zak" en conférence de presse : «on n’a pas fait un mauvais match, on aurait pu gagner mais on a fait trop d’erreurs défensives. Même si en première mi-temps, ils ont eu des balles de contre aussi, on a laissé trop d’espaces en deuxième. Après quelques secondes, on n’était pas au marquage. On défend mal, on leur donne les armes faciles pour que ce soit plus difficile pour nous, même si on a fait ce qu’il fallait pour revenir.»

La suite après cette publicité

Classement général Ligue 1 Uber Eats

# Équipe Pts J DIF G N D BP BC
12 Strasbourg Strasbourg 33 28 -9 8 9 11 30 39
13 Montpellier Montpellier 32 28 -5 8 9 11 35 40
14 Le Havre Le Havre 28 28 -9 6 10 12 27 36
15 Nantes Nantes 28 28 -18 8 4 16 27 45
16 Lorient Lorient 26 28 -17 6 8 14 35 52
17 Metz Metz 23 28 -20 6 5 17 28 48
18 Clermont Clermont 21 28 -27 4 9 15 20 47
Voir le classement complet

Très remonté contre la prestation de son équipe, le tacticien arménien n’en démord pas : son équipe aurait dû remporter cette rencontre. «On a la balle 2-1 avec Wahbi (Khazri, ndlr) mais sur le 6 mètres suivant, ça fait but contre nous, regrette l’ancien coach de Nantes. C’est notre problème, de prendre deux buts comme ça. Les remplaçants ont fait une bonne entrée, ils ont été dynamiques, ont amené de la technique et de la percussion. Ce que j’attends d’eux tout le temps. Mais je n’en démords pas, on ne doit pas prendre de penalty comme ça et le deuxième (but), c’est pareil. Aujourd’hui, il fallait gagner et on n’a pas gagné.» Une dernière phrase qui prend encore plus d’épaisseur lorsque l’on observe le calendrier montpelliérain dans les prochaines semaines. Déplacement à Nice, réception du PSG avant d’enchaîner avec trois matches face à des concurrents directs pour le maintien (Le Havre, Lorient, Clermont). Il va falloir s’accrocher pour ne pas subir une terrible désillusion en fin de saison.

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité