Jeux Olympiques : l'équipe de France, humiliée par le Japon, est éliminée

L'équipe de France quitte les Jeux Olympiques de Tokyo par la petite porte après une claque subie face au Japon (0-4).

Takefusa Kubo a fait plier l'équipe de France
Takefusa Kubo a fait plier l'équipe de France ©Maxppp
La suite après cette publicité

Obligée de l’emporter pour croire en ses chances de qualification pour les quarts de finale, l’équipe de France défiait le Japon, pays hôte. Sylvain Ripoll misait notamment sur les titularisations de Thimothée Pembélé sur la gauche de la défense et d’Alexis Beka Beka dans l’entrejeu pour faire la différence. C’est d’ailleurs le milieu du Stade Malherbe de Caen qui s’offrait la première situation du match avec une frappe plein axe des vingt mètres, bien captée par Kosei Tani (1ère). Suite à cette première banderille, les locaux prenaient la direction des opérations. Face à des Bleuets affichant des difficultés à produire du jeu, les partenaires de Hiroki Sakai monopolisaient le cuir. Il fallait un Paul Bernardoni vigilant pour ne pas se faire surprendre pas un tir lointain de Reo Hatate (8e).

Dominateurs, les Japonais ne laissaient que quelques ballons de contres à exploiter aux Tricolores, comme sur cette frappe trop enlevée de Téji Savanier (21e) ou cette percée de Randal Kolo Muani (23e). Et Takefusa Kubo, déjà buteur lors de ses deux précédentes sorties, trouvait finalement l’ouverture. La starlette du Real Madrid, bien placée, reprenait victorieusement un tir d’Ayase Ueda repoussé par Bernardoni (0-1, 27e). Quelques instants plus tard, rebelote. Sakai suivait bien une frappe d’Aeda repoussée des poings par Bernardoni et aggravait la marque (0-2, 34e). Pour ne rien arranger, Savanier sortait sur blessure peu avant la pause. André-Pierre Gignac ne parvenait pas à reprendre un centre intéressant d’un Florian Thauvin discret (40e).

Une gifle et un rouge

Au retour des vestiaires, le Japon se privait d'emblée de Kubo, puis de Sakai, dix minutes plus tard. Mais malgré l'absence des deux buteurs nippons du jour, la France n'arrivait pas à revenir dans la partie. Hatate, de la tête sur un excellent centre de Daiki Hashioka, était même tout proche de creuser un peu plus l'écart au tableau d'affichage (56e). Bernardoni s'interposait sur un tir trop écrasé de Koji Miyoshi (58e). L'une des rares réactions françaises, signée Kolo Muani, très largement à côté (60e), en disait long sur l'impuissance bleue. André-Pierre Gignac tentait de sonner la révolte comme face à l'Afrique du Sud (victoire à l'arraché 4-3), mais son coup franc était parfaitement maîtrisé par Tani (64e).

Pire, malgré ce léger sursaut, Miyoshi, d'un tir du gauche à l'entrée de la surface plein axe, trompait Bernardoni et scellait l'issue de la rencontre (0-3, 70e). Pour une très vilaine semelle, Kolo Muani était exclu avec l'aide de la VAR et laissait ses coéquipiers terminer la rencontre à dix contre onze (73e). Le Japon posait tranquillement le pied sur le ballon, les minutes défilaient et l'espoir d'exploit s'amenuisait. Thauvin tentait de sauver l'honneur, de loin, mais sa frappe s'envolait dans le ciel nippon (85e). Daizen Maeda, entré en jeu, donnait en contre un peu plus d'ampleur au succès des siens (0-4, 90e +2). Ce revers, le deuxième en trois matches avec la correction reçue face au Mexique (4-1), met un terme au parcours olympique peu reluisant des Bleuets. Dans l'autre rencontre du groupe A, le Mexique a corrigé l'Afrique du Sud (3-0), grâce à Vega, Romo et Martin.

Retrouvez le film de la rencontre grâce à notre live commenté

Plus d'infos

Commentaires