Russie : vers un exode massif des joueurs étrangers

La Russian Premier League s'est affirmée depuis quelques années, au même titre que le championnat portugais, comme un championnat référence derrière les 5 gros que sont l'Espagne, l'Angleterre, l'Allemagne, l'Italie et la France. Cependant, le prochain mercato s'annonce assez inédit. Suite à un changement de règlement qui limite le nombre de joueurs étrangers dans les clubs, on va pouvoir s'attendre à de nombreux départs.

Benedikt Höwedes, Branislav Ivanovic, André Schürlle et Joao Mario
Benedikt Höwedes, Branislav Ivanovic, André Schürlle et Joao Mario ©Maxppp

Vagner Love, Ivica Olic, Daniel Carvalho, Martin Skrtel, Hulk, Axel Witsel, Seydou Doumbia ou plus récemment Malcom. Le championnat russe a souvent attiré de nombreux joueurs étrangers. Si le niveau de jeu est certes moins relevé que dans les cinq plus gros championnats européens, il reste néanmoins très solide à l'image de la Liga NOS au Portugal. Depuis quinze ans, les clubs russes se distinguent souvent en Europe et réalisent quelques coups notables. Pourtant, sur ces dernières saisons, le championnat a changé de stratégie afin de promouvoir les talents locaux. En vue de la Coupe du monde 2018 organisée sur le sol russe et suite au déclin de la sélection après la fin de la génération dorée menée par un certain Andrey Arshavin, la fédération avait lancé une réforme. Ainsi en 2015, il a été choisi de réduire à 6 le nombre de légionnaires (terme signifiant joueur étranger) pouvant être sur le terrain lors d'un match de championnat afin d'offrir plus d'opportunités aux joueurs locaux. Ainsi, les coachs devaient donc bien faire attention à ce point au moment de faire leurs compositions, mais aussi leurs changements. Cependant, la situation va changer.

La suite après cette publicité

Le 26 juin 2019, les clubs de première division ont décidé de repenser ce format vis-à-vis des limitations de joueurs étrangers. À l'unanimité (mis à part le Spartak Moscou), ils ont accepté de supprimer la limitation de légionnaires lors des rencontres. Cependant, cela ne va pas favoriser l'achat de joueurs étrangers, bien au contraire. Ainsi, parmi les 25 joueurs enregistrés pour disputer le championnat (hors jeunes du centre de formation), les clubs ne devront compter que 8 étrangers maximum. Ne sont pas comptés comme étrangers les Russes et les membres de l'Union Économique Eurasiatique, soit l'Arménie, la Biélorussie, le Kazakhstan et le Kirghizistan. L'idée serait même d'étendre cette mesure à d'autre pays liés à l'UEE comme la Géorgie, la Moldavie et l'Ouzbékistan. L'occasion pour les formations russes de miser sur les principaux talents de ces anciennes républiques soviétiques. D'ailleurs, l'hiver dernier, le Zenit a fait venir le Kazakh Bauyrzhan Islamkhan à l'essai lors de la trêve hivernale. Incorporé au groupe professionnel, il n'a cependant pas convaincu l'équipe de Sergey Semak de miser sur lui.

Le Lokomotiv a déjà commencé sa purge

Si la saison actuelle n'est pas terminée compte tenu de la pandémie de coronavirus, le championnat devrait toutefois se conclure alors qu'il reste encore 8 journées à disputer. La saison 2020-2021 devrait elle débuter peu de temps après. C'est donc dans cette logique que les clubs s'activent depuis quelques semaines. Pour l'instant, des formations comme le Zenit, le FK Krasnodar, le Lokomotiv Moscou, le Dynamo Moscou, le Rubin Kazan, l'Akhmat Grozny, l'Arsenal Tula et le Gazovik Orenbourg ne sont pas dans les clous. Cependant, les fins de contrat vont permettre à certaines écuries de s'en rapprocher. Le Lokomotiv Moscou, par exemple, comptait 11 légionnaires dans ses rangs mais a décidé de se montrer actif rapidement. Prêté par l'Inter, João Mario ne sera pas conservé malgré des prestations intéressantes. C'était cependant insuffisant pour que les Cheminots lèvent une option d'achat fixée à 18 millions d'euros. Le défenseur central allemand Benedikt Höwedes a lui déjà résilié son contrat avec l'intention de rentrer au pays tandis que l'ancien Lyonnais Maciej Rybus ne sera pas conservé et se dirige vers la Turquie. Trois autres joueurs sont menacés à l'image de Jefferson Farfan, Boris Rotenberg et Eder qui arrivent en fin de contrat. Le premier a montré de belles choses mais son âge avancé (35 ans) et la rupture des ligaments croisés qui l'a privé des terrains cette saison jouent contre lui. Les deux autres ont eux de grandes chances de quitter le club.

L'ancien parisien Grzegorz Krychowiak, en revanche, ne devrait pas bouger après une saison exceptionnelle (10 buts et 5 passes décisives en 27 matches). Du côté du champion en titre et actuel leader du championnat, le Zenit, la situation est aussi compliquée avec 10 légionnaires auxquels peut se rajouter Hernani (passé à Saint-Étienne), dont le prêt à Parme se passe correctement, mais pas assez pour savoir si l'option d'achat du Brésilien sera levée. Le club russe peut aussi se poser la question sur le fait de conserver Yordan Osorio, prêté par le FC Porto et qui n'a pas pu faire mieux qu'occuper un poste de joker en défense. La certitude concerne Branislav Ivanovic. Âgé de 36 ans, l'ancien joueur de Chelsea ne sera pas prolongé d'une année supplémentaire. Au-delà de ces trois joueurs, les deux Argentins Emiliano Rigoni et Emanuel Mammana peuvent être menacés tandis que l'Iranien Sardar Azmoun subit la cour de différentes équipes dont le Napoli. Solide financièrement, le Zenit n'est pas si perturbé, car il pourra se séparer d'indésirables pour attirer de nouveaux talents. Et puis les cadres que sont Malcom, Wilmar Barrios, Douglas Santos, Sebastian Driussi et Yaroslav Rakitskiy ne sont pas menacés.

André Schürrle ne sera pas conservé

Troisième du championnat, le FK Krasnodar aura aussi beaucoup à faire. Les Bykis disposent de 11 légionnaires, mais Manuel Fernandes (34 ans) et Marcus Berg (33 ans) arrivent en fin de contrat. Les deux joueurs ont été de grandes aides pour le club, mais leur âge et leur salaire pourraient jouer en leur défaveur. Quoi qu'il en soit, même en cas de départ de ces deux éléments, il faudra laisser au minimum une place supplémentaire et ce ne sera pas simple. Cristian Ramirez, Tonny Vilhena, Kristoffer Olsson et Wanderson sont des cadres de l'équipe tandis que Viktor Claesson et Rémy Cabella vont revenir de lourdes blessures aux ligaments croisés. Si ces 6 éléments devaient rester pour jouer les premiers rôles, l'ancien défenseur de Toulouse Uros Spajic pourrait en faire les frais. Pourtant fiable depuis son arrivée en provenance d'Anderlecht, il n'est pas considéré comme intransférable. Dans la rotation, Kaio et Jon Gudni Fjóluson peuvent être candidats à un départ. Dans les clubs moscovites, la situation est un peu moins stressante. Club formateur (ou doué en post formation), le CSKA Moscou mise beaucoup sur de jeunes russes et de jeunes joueurs étrangers comme Nikola Vlasic, Arnór Sigurdsson ou encore Kristijan Bistrovic. N'ayant actuellement pas de grands moyens financiers, les Hommes de l'Armée se montreront sûrement sages aussi bien sur les départs que les arrivées.

Les rivaux du Spartak Moscou ont eux bien dépensé l'an dernier avec près de 40 millions d'euros d'investissement. Tête de gondole du nouveau projet, André Schürrle ne sera pas conservé tout comme Lorenzo Melgarejo qui arrive en fin de contrat. Autre flop, Guus Til, qui a coûté 15 millions d'euros, devrait lui en revanche rester, comme l'ancien Lillois Ezequiel Ponce, Alex Kral ou encore Jordan Larsson (fils d'Henrik). Du côté du Dinamo Moscou, la situation est similaire. Fort d'investissements importants (43 millions d'euros), l'ancien club de Matthieu Valbuena compte 9 légionnaires dans ses rangs. Peu utilisé, Oscar Hiljemark, prêté par le Genoa, devrait revenir en Italie. La question se pose en revanche pour Sylvester Igboun (prêté par Ufa). Le Nigérian, qui compte 4 buts et 2 passes décisives, a la possibilité de rester. Avec les réussites de Maximilian Philipp, Sebastian Szymanski ou encore Charles Kaboré, le club coaché par Kirill Novikov pourrait néanmoins se poser la question pour des éléments qui ont déçu tels que Clinton N'Jie et Ivan Ordets. Enfin, d'anciens joueurs de Ligue 1 comme Bakary Koné (Arsenal Tula) et Bojan Jokic (FK Ufa) arrivent en fin de contrat à l'issue de la saison et ont des chances de changer d'air. Le championnat russe a lancé sa grande lessive, reste désormais à attendre pour en sortir les premiers enseignements. Après une saison européenne catastrophique (aucune équipe qualifiée pour les phases à élimination directe), la RPL en aura bien besoin.

Plus d'infos

Commentaires