OM - Metz : les notes du match

Sans solution face à une équipe de Metz bien organisée au Vélodrome, l'Olympique de Marseille a concédé le match nul (0-0) et manque l'occasion de remonter à la deuxième place de la Ligue 1.

Dimitri Payet sous le maillot de l'OM, contre le FC Metz
Dimitri Payet sous le maillot de l'OM, contre le FC Metz ©Maxppp
La suite après cette publicité

Entre la Ligue 1 et les Coupes d'Europe, les matches s'enchaînent de plus en plus. Même pas trois jours après la réception de la Lazio en Ligue Europa (2-2, 4e journée de la phase de poules), l'Olympique de Marseille avait rendez-vous avec le FC Metz ce dimanche midi, dans le cadre de la 13e journée de Ligue 1. Quatrièmes au coup d'envoi avec 22 points, les Phocéens pouvaient prendre provisoirement la deuxième place au RC Lens en cas de succès. Mais en face, les Grenats, dix-neuvièmes avec seulement sept points, voulaient créer la sensation pour connaître leur deuxième victoire de la saison. Côté marseillais, Jorge Sampaoli gardait son 3-2-4-1 et offrait une surprise avec la titularisation de Mandanda. Frédéric Antonetti optait pour un 3-5-2 avec Boulaya en numéro 10. Dès les premiers instants, les Marseillais posaient le pied sur le ballon face à des Messins qui attendaient les contres. Et justement, sur l'un d'eux, Delaine trouvait le poteau d'une frappe croisée (6e). Les locaux contrôlaient le jeu mais avaient du mal à créer le danger. Pire, après un cafouillage, Jemerson, trouvait le chemin des filets mais le but était annulé puisque dans un premier temps, son coéquipier Kouyaté avait repoussé un tir sur la ligne marseillaise (21e)...

Après ce nouvel avertissement, Payet réveillait l'Orange Vélodrome en trouvant la barre transversale sur une frappe du droit (23e). Les occasions se multipliaient (Niane pour le FCM, Milik pour l'OM), mais les filets ne tremblaient toujours pas. A l'inverse des montants puisque Delaine, encore lui, voyait sa frappe être sortie par le poteau, pour changer (34e). Au retour des vestiaires, Payet servait magnifiquement Luis Henrique qui butait sur Oukidja (48e). L'OM poussait et allait finir la rencontre en supériorité numérique. Pour une grosse semelle sur le tibia de Payet, Jemerson voyait rouge (56e). Une aubaine pour l'équipe de Jorge Sampaoli qui finissait par marquer. Oukidja manquait son intervention dans les airs, ce qui profitait à Gerson mais son but était également refusé pour une faute sur un Grenat (58e). Les visiteurs, malgré la pression, se procuraient tout de même quelques occasions (61e, 63e), en vain. Mais dans les 25 dernières minutes, on assistait à une situation d'attaque-défense. Les Phocéens multipliaient les occasions avec Milik (67e, 78e), De La Fuente (72e, 74e, 87e) ou Ünder (81e) mais rien ne rentrait. Malgré neuf minutes de temps additionnel, l'OM ne trouvait pas la faille et les deux équipes se quittaient dos à dos (0-0). Un résultat plus que décevant pour le club olympien qui ne bougeait pas de sa quatrième place. Le FC Metz restait aussi dix-neuvième.

Retrouvez le classement de Ligue 1 ici.

L'homme du match : Oukidja (7) : s'il n'a rien pu faire sur la frappe de Payet, écrasée sur la barre transversale, le gardien de but algérien s'est bien couché sur son un-contre-un face à Lirola, malgré sa position illicite (23e). Derrière, il est bien intervenu dans les pieds d'Henrique (30e) et sur la frappe à ras de terre de Milik (31e). Après le changement de côté, il est resté tout aussi vigilant, sortant bien sur la reprise du Brésilien (48e) et de l'entrant De La Fuente (73e). Néanmoins, il était complètement battu sur l'enchaînement contrôle dos au but-frappe, qui passe à quelques centimètre de son poteau gauche (67e), qu'il neutralise un quart d'heure plus tard (80e). En fin de rencontre, il a été précieux dans les sorties aériennes, lui permettant de gagner du temps de repos, ce qui lui a valu un carton jaune (90e+8). S'il y a bien un joueur à remercier pour ce point du match nul, c'est bien le dernier rempart des Grenats.

Marseille

  • Mandanda (6) : pour son retour dans les cages marseillaises, l'international français a vécu un début de partie mouvementé. Après une première prise de balle, il dévie in extremis un ballon de Delaine sur son poteau droit (6e), avant un plongeon (20e). Une nouvelle parade devant De Preville dans un angle fermé (61e), avant une fin de match plus tranquille.

  • Lirola (5) : il s'est manqué au marquage sur la deuxième frappe de Delaine (34e). Offensivement et malgré quelques combinaisons avec Ünder sur son côté, l'Espagnol a été trop peu en vue en première période. Un centre raté, un autre dévié. Après une blessure, il est remplacé à la mi-temps par Balerdi (5), qui a bien quadrillé son flanc droit.

  • Saliba (6) : Trop attentif sur la frappe de Delaine (6e), il manque également son duel aérien devant Niane (28e). Bien aligné au sein de la défense à trois de l'OM, il a tout de même fait preuve de sérénité sur l'ensemble de la partie. C'est lui qui lance Milik dans la profondeur, lors du tir raté du Polonais à l'heure de jeu.

  • Caleta-Car (4) : une interception précieuse en début de rencontre (4e) et un bon alignement dans la défense à trois olympienne. Cependant, il n'a pas été très rassurant et a perdu cinq ballons, ainsi que trois duels dans sa moitié de terrain. Il est également fautif sur l'occasion de Nguette en fin de rencontre, qui ne donnera finalement rien (90e+4).

  • Peres (4) : il s'est loupé au marquage sur l'occasion de N'Doram (21e) et a souvent été en retard dans le repli défensif, à l'image de ce ballon en profondeur mal exploité par Centonze (64e). Les attaques du FC Metz sont souvent venues de son côté, mais il a su se montrer plus serein après la pause avec notamment trois interceptions. Offensivement, on ne l'a presque pas vu puisque son seul centre a été capté par Oukidja.

  • Gerson (5,5) : sans vraiment se montrer présent sur le plan offensif, le Brésilien a su se montrer solide dans le milieu de terrain et aura récupéré trois ballons dans sa moitié de terrain, avec sept duels gagnés également. Remplacé par Harit (65e), qui a tenté d'apporter grâce à sa technique.

  • Guendouzi (6) : précieux dans le milieu de terrain, l'international français a été intéressant dans les sorties de balles marseillaises, mais n'a pu se projeter vers l'avant, comme il sait le faire à son habitude. Deux interventions à noter en seconde période (49e, 65e). Il s'est un peu plus projeté après la réduction numérique des Grenats avec une passe en profondeur intéressante vers Milik, mais le Polonais a été signalé hors-jeu (61e).

  • Luis Henrique (3,5) : défensivement, il se fait avoir sur le côté gauche lors du premier centre des Grenats. Très discret en première période, il loupe sa prise de balle sur sa seule occasion devant Oukidja (29e). Après la pause, il perd un ballon dangereux juste devant sa surface, avant de manquer sa frappe depuis la droite de la surface en tirant directement sur Oukidja (48e). Une prestation compliquée pour lui, qui n'aura rien réussi à apporter. Suppléé par de la Fuente, qui a directement apporté plus de danger.

  • Ünder (4) : il se bat bien et obtient la faute (8e), mais a été beaucoup moins en vue par la suite. Malgré quelques combinaisons avec Payet, Balerdi ou Lirola, l'attaquant turc a été transparent ce dimanche après-midi. Il n'a jamais réussi à faire des différences et ses centres n'ont rien donné. Une frappe tentée, qui s'est envolée dans le ciel du Vélodrome. Alors que Metz était à dix, on pouvait attendre plus de lui.

  • Payet (6) : il a beaucoup cherché Gerson, Ünder et Milik, mais n'a pas réussi à trouver souvent ses partenaires, gêné par la défense à cinq du FCM. Une belle frappe enroulée qui a trouvé la barre transversale (23e). Une excellente déviation poitrine pour Henrique, qui a manqué sa frappe (48e). Le meneur de jeu marseillais a réalisé une partie intéressante techniquement et aura même réussi une interception dans les pieds de Delaine (40e), avant de se jeter dans les pieds de Nguette sur une contre-attaque (90e+2).

  • Milik (4,5) : intéressant dans un rôle de pivot, il offre une belle déviation à Payet (23e). L'attaquant polonais a longuement cherché Payet dans l'axe pour combiner. Sa première tentative à ras de terre est contrée par la défense messine. Sur sa première occasion de la partie, il manque de trouver le cadre, à quelques centimètres. Ensuite, il oblige Oukidja à sortir une belle parade. Mais c'est trop peu pour le buteur de l'OM.

Metz

  • Oukidja (7) : voir ci-dessus

  • Centonze (6) : à part son appel dans le dos de Peres et son bon centre bas qui ne trouve pas preneur (4e), le piston formé à Evian Thonon-Gaillard n'a pas beaucoup pénétré la moitié de terrain adverse. Défensivement, il a su lire dans les pensées de Dimitri Payet et Gerson, limitant leur apport offensif (5 ballons récupérés). Il a pu servir Niane sur sa tête frôlant le poteau droit (27e), mais n'a pas eu beaucoup de réussite sur ses centres (1 réussi sur 4). Au retour des vestiaires, il n'hésite pas à participer au pressing haut à la perte de balle (47e), sans trouver Niane en profondeur. Lancé dans le dos de Peres, sa prise de balle ne lui a pas permis de venir tromper le capitaine adverse.

  • Bronn (4,5) : parfois un peu plus haut que la charnière centrale pour apporter le surnombre dans l'entrejeu, mais laissant derrière lui de l'espace pour les appels d'Henrique. Sa qualité de passe a servi à remonter le bloc messin lorsqu'il était en difficulté (2 passes clés). A 10, l'international tunisien n'a pas été le plus rassurant défensivement, surtout au passage à 4 derrière. Son intervention ratée sur le centre de De La Fuente a permis à Milik de le reprendre de la tête, bien enlevée par l'Algérien (80e).

  • Kouyaté (6,5) : dans ce poste «d'avant-dernier rempart», l'international malien s'est déployé à plusieurs reprises pour nettoyer sa surface de réparation, dégageant les nombreux centres d'Ünder et Lirola. Sans le vouloir, il a stoppé la tentative de Jemerson sur la ligne de Mandanda, une action semblable à celle avec Choupo-Moting et Nkunku (21e), qui annule l'action avec son hors-jeu. Auteur d'une intervention rugueuse sur Payet, il a écopé du deuxième jaune mosellan (36e). Sous la pression avec la réduction à 10 joueurs, l'Aigle de 24 ans a été impérial dans la zone de vérité, contraignant les offensifs olympiens dans leur dernier geste (12 dégagements défensifs).

  • Jemerson (3,5) : devant s'occuper d'un Arkadiusz Milik souvent dos au but, il n'hésite pas à user de son sens de l'anticipation pour venir couper les passes vers l'avant du milieu marseillais. Il a assez ralenti la reprise de Milik pour permettre à son dernier rempart de capter tranquillement le ballon (30e), et a récidivé sur Payet quelques minutes plus tard. Sa semelle sur le dessous du genou de Payet lui a valu l'expulsion directe après visionnage de la VAR par Jérôme Brisard (56e).

  • Delaine (5,5) : acculé sur son couloir en début de match en raison de la domination marseillaise, le piston gauche a failli se montrer efficace sur sa première montée, sa tentative croisée étant touché par Mandanda puis par le poteau (6e). Il a trouvé le gauche sur un autre duel côté gauche, bien lancé par De Preville dans le dos de Saliba (34e). En dehors de ces deux grosses occasions, le joueur formé au RC Lens a eu encore moins de réussite offensivement et a reculé aux côtés de sa charnière.

  • N'Doram (4,5) : positionné en pointe basse dans le milieu lorrain, l'ex-Monégasque a été très peu en vue lors du premier acte offensivement parlant, se contentant de limiter les activités du double pivot phocéen. Le numéro 6 a su monter en puissance durant la rencontre, notamment dans la conservation du ballon pour ralentir le rythme du match (100% de duels gagnés en seconde période). En quasi-troisième défenseur central après l'expulsion, il a été présent entre les lignes marseillaises pour couper les relances rapides (4 ballons récupérés).

  • Maiga (5) : dès l'entame, le milieu de terrain ivoirien s'est vu averti par Jérôme Brisard juste avant le quart d'heure de jeu (13e), une décision sévère après sa faute sur Guendouzi. S'il a été bien moins présent offensivement, il tente tant bien que mal de contenir le côté offensif gauche de l'OM. L'Eléphant (7 sélections) s'est mué en distributeur après la sortie de Boulaya, servant les appels en profondeur de De Preville et Centonze. Ses prises de balle ont toujours eu pour but de remonter le bloc équipe et faire respirer la défense centrale.

  • Boulaya (4,5) : le meneur de jeu de cette formation messine s'est retrouvé souvent très bas en début de match, venant soutenir ses coéquipiers sur la ligne défensive. Au fil de la première période, il a pu se projeter un peu plus dans les 30 derniers mètres adverses et lancer ses pistons en profondeur. Il n'a pas hésité également à se présenter sur le couloir gauche pour aider Delaine, sans succès et avec beaucoup de déchets (15 ballons perdus sur 30). Après la réduction à 10, il est remplacé par Matar Sarr (62e).

  • Niane (4) : d'abord très peu alimenté en ballons et obligé de presser les premiers relanceurs, l'attaquant algérien aurait pu inquiéter le portier adverse sans l'intervention de Peres. C'est sur les centres qu'il a pu se montrer dangereux, sur ceux de Centonze où sa tête a effleuré le bois droit de Mandanda (27e) ou de Boulaya (42e). Invisible après la mi-temps, il a fait les frais des choix d'Antonetti et a dû laisser sa place à Udol (62e), positionné dans la défense à 3 pour remplacer le Brésilien. Blessé seul, le défenseur de 25 ans est remplacé par Pajot (79e). Le milieu de terrain de 31 ans, également touché, est encore remplacé par Gueye (90e+1).

  • De Preville (6) : l'ancien Bordelais est bien rentré dans la rencontre avec une bonne interception sur une relance hasardeuse de Mandanda, sans trouver son compère en attaque derrière (4e). Il a même bien servi Delaine à l'entrée de la surface sur l'occasion du poteau. Sa grosse activité sans ballon a quelque peu gêné les transmissions adverses, pressant rapidement le milieu à la perte du ballon. Sur un contre initié par Delaine, il a sollicité Mandanda au premier poteau avant d'aller chercher un corner inespéré (61e). Généreux dans les efforts, il a été récompensé par des récupérations dans le camp adverse, provoquant par la suite des coups de pied arrêtés intéressants. Epuisé, il est remplacé par Nguette (79e), qui a raté une balle précieuse de contre dans le temps additionnel.

Plus d'infos

Commentaires