OM-Ajax : les notes du match

Par La Rédaction FM
14 min.
Aubameyang buteur avec l'OM contre l'Ajax @Maxppp

Dans un match fou, l’OM a arraché sa qualification pour le prochain tour de la Ligue Europa grâce à sa victoire face à l’Ajax Amsterdam (4-3). Voici les notes du match.

En difficulté en championnat, l’Olympique de Marseille espérait voir sa dynamique en Ligue Europa se poursuivre avec la réception de l’Ajax Amsterdam pour le compte de la 5e journée de la phase de poules. Les Phocéens, restant sur deux matches sans victoire en Ligue 1 (1 nul, 1 défaite), accueillaient une équipe néerlandaise en grande forme, avec une manita infligée au Vitesse quelques jours plus tôt. Pour tenter de prendre la première place du groupe B devant son adversaire du soir - contre qui il avait pris un point à l’aller - Pierre-Emerick Aubameyang, auteur d’un doublé à Amsterdam, était préféré à Vitinha ce jeudi soir, accompagné par Amine Harit dans l’axe du secteur offensif. L’attaquant gabonais lançait parfaitement la rencontre pour les siens en transformant le penalty obtenu par Ismaila Sarr (1-0, 9e).

La suite après cette publicité

Mais dans l’engagement suivant l’ouverture du score, Brian Brobbey profitait du manque de concentration adverse pour crucifier Pau Lopez quelques secondes plus tard (1-1, 10e). L’attaquant batave était même proche du doublé en cinq minutes, mais le portier espagnol sortait bien pour garder son équipe dans le match (14e). Et si un but était refusé à Aubameyang en raison d’une position illicite du numéro 10 au début de l’action, Chancel Mbemba s’offrait un coup de casque croisé pour tromper Diant Ramaj et redonner l’avantage aux locaux (2-1, 26e). Mais là aussi, les minutes suivant le deuxième but étaient fatales aux ouailles de Gennaro Gattuso, qui voyaient Brobbey inscrire son deuxième but du match après un bel enchaînement dans la surface (2-2, 30e). Un premier acte animé entre les 22 acteurs mais quelques regrets pour les pensionnaires de l’Orange Vélodrome, plus dangereux face à leur public.

À lire OM : les raisons de l’arrivée de Jean-Louis Gasset

Classement live

Au retour des vestiaires, il ne fallait que 2 petites minutes pour revoir la magie de la Panthère aux 74 sélections (30 buts) d’éblouir ses supporters avec un superbe retourné sur le centre de son compère marocain (3-2, 47e). Alors que les deux formations se rendaient coup pour coup jusqu’à l’heure de jeu - avec une occasion de triplé pour Brobbey (61e), une intervention défensive était sanctionnée par l’arbitre. Auteur d’un tacle dangereux sur Joaquin Correa, en difficulté dans ce match, Steven Berghuis écopait d’un carton jaune après visionnage de la VAR, laissant les Lanciers à 10 pour la dernière demi-heure (63e). L’attaquant argentin victime du tacle était même obligé de quitter les siens, remplacé par Iliman Ndiaye quelques minutes plus tard. En supériorité numérique, les Olympiens ne proposaient pas grand-chose dans son jeu pour confirmer sa domination.

La suite après cette publicité

Pire que ça, l’Ajax arrivait même à égaliser dans le dernier quart d’heure par l’intermédiaire de l’entrant Chuba Akpom, coupant bien le centre de Kristian Hlynsson dans la zone de vérité (3-3, 79e). Le couloir gauche marseillais était clairement en difficulté sur les offensives adverses, et Brobbey était à deux doigts du coup du chapeau sur un centre qu’il rate de peu (85e). Et alors qu’on se dirigeait vers un score de parité, Damaj réalisait une sortie hasardeuse sur Sarr en dehors de sa surface de but, pour offrir un second penalty à Aubameyang. Le natif de Laval ne tremblait pas et prenait le dernier rempart allemand à contre-pied (4-3, 90+3e). Son sixième but de la saison toutes compétitions confondues, le 5e en Ligue Europa et même face à l’Ajax Amsterdam. L’OM s’en sort très bien de ce match à domicile face à l’Ajax, à qui il chipe la première place de la poule. Un point du nul à Brighton assurera à Marseille le trône de leader.

- l’homme du match : Aubameyang (8,5) : préféré à Vitinha, l’international gabonais s’est rapidement illustré dans cette rencontre. Grâce à ses déplacements dans le dos de la défense, il s’est procuré quelques occasions. Il ouvre le score sur penalty (8e) avant de s’offrir un doublé malheureusement annulé pour une position de hors-jeu. Mais il fallait être patient puisqu’il inscrivait une merveille de retournée pour son doublé en seconde période (48e). En sauveur, il transformait le penalty à la dernière seconde pour le triplé et le but de la victoire des siens (4-3).

La suite après cette publicité

OM

- Lopez (5) : le portier espagnol s’est fait avoir un peu facilement sur le premier but de Brobbey (9e) mais il a réalisé une parade réflexe impressionnante face à ce même Brobbey quelques minutes plus tard. Il ne peut rien faire sur le second but de l’attaquant néerlandais mais il effectue une parade importante devant Bergwjin ensuite. Laissé à l’abandon sur le troisième but de l’Ajax.

- Clauss (5) : en forme depuis plusieurs semaines, l’international français n’a pas eu la même activité qu’à l’accoutumée. Il a moins pris son couloir droit et a donc moins fait de différences. Il reste tout de même décisif puisqu’il donne le ballon du 2-1 à Mbemba. Un match sérieux sans être flamboyant non plus surtout qu’il a laissé des espaces dans son dos. Et cela aurait pu coûter cher.

La suite après cette publicité

- Mbemba (4) : le défenseur congolais n’a pas livré son meilleur match. Défensivement, il a commis quelques erreurs de placement qui ont coûté cher à son équipe. Il n’a pas toujours su cadenasser Brobbey. Mais il s’est rattrapé grâce à son but sur corner d’une belle tête imparable (26e). Au fil du match, il a commencé par prendre le meilleur physiquement sur son adversaire du jour. Mais il est toujours en difficulté dans la lecture des trajectoires.

- Gigot (4) : le capitaine marseillais du jour a été très en dessous de son niveau habituel. Aussi bien dans le duel que dans son positionnement, il a été bousculé par Brobbey et il n’est pas étranger à la fébrilité défensive des siens sur ce match. Même dans ses relances, il a manqué de précisions. Loin du Gigot rassurant et fiable du début de saison.

- Lodi (4) : dans son couloir gauche, le Brésilien a fait un match correct sans être emballant. En difficulté sur ses derniers matches, il a fait du classique en assurant le minimum. Mais défensivement, il a souvent des sauts de concentration qui peuvent couter cher à son équipe. Il aurait dû faire beaucoup mieux sur l’égalisation de l’Ajax dans les derniers instants (3-3, 80e). Remplacé par Murillo à la 88e.

- Kondogbia (5) : de retour depuis plusieurs matches, l’international centrafricain a eu un gros impact dans le coeur du jeu. Il a su rattraper certaines erreurs défensives de son équipe et a été présent physiquement. De quoi soulager ses partenaires et notamment Veretout. Il a été très impliqué, notamment sur le penalty provoqué par Sarr, mais il manque d’un peu de dépassement de fonction dans son jeu. Frustrant par moment avec le ballon.

- Veretout (5) : dans le double pivot marseillais, Jordan Veretout a eu une activité intéressante et il a récupéré plusieurs ballons dans le coeur du jeu. Précieux dans ce rôle là surtout quand son équipe était en difficulté dans l’intensité. Mais il a commis quelques erreurs de placement qui ont fait mal à son équipe. Remplacé par Vitinha à la 88e.

- Sarr (6) : aligné sur le côté droit de l’attaque marseillaise, l’international sénégalais a été décisif en provoquant le penalty qui a permis à Aubemayang d’ouvrir le score. Sur le couloir droit, il n’a pas hésité à provoquer et à faire les efforts, mais il a été trop brouillon pour lui permettre d’être dangereux pendant 90 minutes. Il est surtout impliqué sur l’égalisation de l’Ajax après un mauvais marquage, mais il se rattrape en provoquant un nouveau penalty à la dernière seconde du match.

- Harit (6) : placé dans le cœur du jeu, le Marocain a touché beaucoup de ballons entre les lignes et a gêné la défense adverse. Il n’a pas hésité à prendre la profondeur pour déstabiliser encore plus la charnière centrale ajacide. Et ça a fini par payer puisque c’est lui qui offre le ballon du doublé à Aubameyang d’un bon ballon dosé. Toujours très juste dans ses transmissions également. Remplacé par Ounahi à la 88e.

- Correa (3) : l’attaquant argentin a encore livré une prestation très décevante, enchaînant les mauvais choix avec et sans ballon. Il n’a quasiment rien réussi et n’a pas montré une implication digne d’un match de Coupe d’Europe. Les matches se suivent et se ressemblent et cela devient même très inquiétant. Il s’est procuré une seule occasion mais c’est tout. Remplacé par Ndiaye à la 66e. Le Sénégalais ne s’est pas beaucoup montré.

- Aubameyang (8,5) : voir ci-dessous

Ajax Amsterdam

- Ramaj (3) : titularisé dans les buts néerlandais lors des deux dernières sorties de son équipe, le portier allemand a été sollicité d’entrée par Aubameyang mais s’est bien interposé devant lui (1e). Par la suite, le dernier rempart de l’Ajax est pris à contre-pied par le Gabonais sur pénalty (9e) avant d’être mis hors d’état de nuire par Mbemba (27e). Même constat dès l’entame de seconde période où il est transpercé par Aubameyang, qui marque d’une magnifique bicyclette (47e). Coupable d’une sortie hasardeuse dans le temps additionnel, il relance à lui seul les Olympiens (90e+2), entérinant définitivement les espoirs hollandais…

- Gaaei (2) : le latéral droit de l’Ajax a connu une rencontre compliquée. Face au pressing haut des Marseillais dans l’optique de gêner la relance depuis l’arrière, le Danois a perdu ses moyens en multipliant les approximations dans ses contrôles et les imprécisions dans ses passes. Dans la zone de vérité, il a payé son inexpérience sur la scène européenne en se rendant coupable d’une grosse erreur de marquage sur le but de Mbemba (27e). Bis repetita où il est trop tendre devant Aubameyang, qui conclut d’un joli geste acrobatique (47e).

- Rensch (4) : absent à l’occasion du premier duel entre les deux formations fin septembre, le jeune joueur de 20 ans a été plus sérieux que ses partenaires malgré les déplacements de Sarr et Aubameyang qui ont souvent été capable de s’imposer dans les duels. En outre, il a colmaté les brèches lorsque le reste de l’arrière-garde hollandaise était aux abois, compensant les trous d’air laissés par ses coéquipiers par une bonne lecture de jeu (3 interceptions). Juste dans ses relances (95% de passes réussies), il n’a en revanche pas toujours été à son avantage dans les airs et son placement sur le second but d’Aubameyang laisse à désirer (47e).

- Hato (3) : honorant sa première sélection lors de la trêve internationale, le néo-international néerlandais a mis son équipe en grande difficulté d’entrée de jeu. Dépassé par Sarr sur la première incursion phocéenne, il accroche le Sénégalais et concède le pénalty (9e). Victime du pressing de Lodi, il est trop facilement dépossédé du ballon sur l’action qui mène au but refusé pour Aubameyang (24e). Bousculé dans sa zone, le Batave s’est toutefois distingué par sa qualité de relance pour sauver sa partie.

- Sosa (3) : débutant sur le côté gauche en lieu et place de Martha, l’international croate a livré une copie trop moyenne. Dans l’ensemble, l’ex-joueur de Stuttgart a été relativement effacé et a souvent subi les contre-attaques amorcées par les Phocéens sur son côté. Face à un Sarr virevoltant, le latéral gauche de l’Ajax a montré ses limites sur le plan athlétique et s’est donc contenté de défendre à reculons devant son adversaire.Remplacé par Arjany Martha (78e).

- Tahirovic (4,5) : reconduit dans l’entrejeu après avoir sombré lors de la confrontation aller, le Bosnien a joué sur un fil face à l’Olympique de Marseille. Surpris dès les premières minutes par une équipe marseillaise qui a tenté d’imposer rapidement son rythme, le numéro 33 de l’Ajax a mis du temps avant de rentrer dans son match. Pris de vitesse par Harit au cours du premier quart d’heure et régulièrement dépossédé du ballon par le Marocain, il a progressivement haussé son niveau de jeu pour répondre au défi physique proposé par les hommes de Gennaro Gattuso dans le rond central. Brouillon dans ses interceptions, il a toutefois été plus entreprenant balle au pied sans pour autant profiter pleinement des espaces laissés par les milieux marseillais. Remplacé par Anass Salah-Eddine (90e+2).

- Berghuis (4,5) : une prestation à deux visages pour lui. S’il avait laissé une impression mitigée à Amsterdam, le Néerlandais s’est racheté une conduite à l’Orange Vélodrome au cours du premier acte. Véritable chef d’orchestre, l’ancien joueur du Feyenoord Rotterdam a donné le tempo grâce à un positionnement plus bas que ses coéquipiers dans l’entrejeu. Précis dans ses transmissions, il a brillé par sa qualité de remise, à l’image de ce caviar distillé à Brobbey pour le but égalisateur (10e). Sa justesse technique et sa bonne lecture du jeu lui permet de trouver, au moyen d’une passe astucieuse son attaquant, auteur d’un doublé (30e). Frustré par la tournure des événements, le Néerlandais est complétement sorti de son match en seconde période. Coupable d’un tacle mal maîtrisé sur Correa, il est expulsé après consultation du VAR (62e). Impardonnable à ce niveau-là.

- Taylor (3,5) : en dépit d’une volonté de faire des différences au milieu de terrain, l’international néerlandais a eu tendance à forcer son jeu. Conséquence, il a fait preuve d’une grande imprécision dans ses passes tout en se rendant coupable de quelques pertes de balle évitables, ce qui a eu le don d’agacer ses partenaires (43e). Moins influent qu’à l’accoutumée dans le pressing, le Batave a été incapable de stopper les incursions olympiennes avec un apport réduit à la récupération. En retard dans ses interventions, il passe, lui aussi, tout proche de la correctionnelle à l’issue d’un tacle sur Harit (71e). Remplacé par Chupa Akpom (78e). Après des débuts laborieux, l’Anglais s’est bien repris ces dernières semaines en marquant à cinq reprises en autant de rencontres. Il a récidivé quelques minutes après son entrée en jeu. Libre de tout marquage, il surgit au second poteau pour prolonger le centre de Hlynsson dans le but olympien (79e).

- Forbs (4) : après avoir terrorisé les latéraux marseillais à la Johan Cruyff Arena fin septembre, le Portugais avait à cœur de réitérer une prestation similaire pour maintenir l’espoir d’une qualification pour le tour suivant. Aligné à la place de Hlynsson, le prodige lusitanien s’est distingué par une belle activité aux abords de la surface olympienne. Acteur sur le but de Brobbey (10e), il est à l’origine de la seconde opportunité franche de son coéquipier (14e) avant de disparaître de la circulation après la demi-heure de jeu. Visiblement touché physiquement, il est remplacé à la mi-temps par Kristian Hlynsson (5). Avec ses déplacements entre les lignes, l’Islandais a été intéressant pour combiner avec ses partenaires. Mais à l’approche de la zone de vérité, il n’a pas toujours été appliqué dans sa conduite de ballon, gâchant ainsi quelques situations intéressantes. Sur une belle inspiration, il permet à son équipe de revenir une énième fois dans la partie en offrant le troisième de but à Akpom à l’issue d’un centre fuyant au second poteau (79e).

- Bergwijn (5) : sans aucun doute, l’international néerlandais a incarné le jeu porté vers l’avant de son équipe. Intéressant lors du premier acte, il a grandement participé à la construction du jeu dans la moitié de terrain adverse. N’hésitant pas à venir décrocher afin de soutenir le porteur de balle et participer à la construction des actions, le capitaine de l’Ajax a rayonné par un volume de jeu impressionnant et ses courses incessantes dans son couloir. Forçant Lopez à s’employer à l’heure de jeu (60e), il a néanmoins été contraint d’évoluer un cran en dessous pour compenser l’infériorité numérique au milieu de terrain. De ce fait, il n’a pas été en mesure de faire de grandes différences par la suite.

- Brobbey (6,5) : préféré à Akpom sur la pointe de l’attaque amstellodamoise, le Néerlandais n’a pas eu le temps de douter malgré l’ouverture du score précoce de l’OM. Combinant parfaitement avec Berghuis, il fait preuve de lucidité pour ajuster Lopez et remettre les deux équipes à égalité (10e). Copie conforme 15 minutes plus tard où il répond au second but marseillais. Solide dos au but, il se joue de deux défenseurs en pivotant sur lui-même pour tromper Lopez (30e). Par sa puissance physique, il aura donné du fil à retordre à ses adversaires. En seconde période, l’étau s’est resserré autour de lui et le colosse de 21 ans a été beaucoup moins présent aux avant-postes. Remplacé par Jaydon Banel (90e+4).

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité