Son rôle de consultant, son futur, le PSG : Nicolas Anelka se livre

Ancien attaquant du Paris Saint-Germain et de Manchester City, reconverti consultant football pour RMC Sport, Nicolas Anelka s'est livré à seulement quelques heures d'un choc européen, tant attendu, entre Parisiens et Citizens. Son quotidien, ses ambitions de carrière, sa vision du football, mais surtout le PSG, autant de sujets évoqués par l'ex-international français dans un entretien publié par Le Parisien.

Nicolas Anelka consultant pour RMC Sport
Nicolas Anelka consultant pour RMC Sport ©Maxppp
La suite après cette publicité

De cette année 2000 auréolée d'un titre de champion d'Europe sous le maillot bleu et d'une Ligue des Champions avec le Real Madrid à ces trophées glanés en Angleterre, en Turquie puis en Italie, la carrière de footballeur professionnel de Nicolas Anelka a été couronnée de succès, mais également entachée de polémiques. Beaucoup de polémiques... célébrations douteuses, accrochage avec un journaliste, entraînements séchés, sorties fracassantes, sélectionneur dans le collimateur, l'image d'un personnage sulfureux lui a longtemps collé à la peau. Par ailleurs froid, distant pour ne pas dire méchant vis-à-vis des médias, rien ne laissait croire que l'ex-attaquant international français revêtirait un jour le costume de consultant. Une trajectoire dont le principal intéressé semble lui-même étonné.

«Le PSG est le seul club en Europe que j’aimerais entraîner»

Une surprise ? «C’en est une pour moi aussi (rires)», déclare ainsi Anelka dans des propos relayés par Le Parisien. «J’ai voulu chercher à comprendre ce que recherchent les médias. Parler en direct, c’est compliqué. Et j’ai besoin de travailler sur la communication. Pendant vingt ans dans le foot, j’ai très peu communiqué et je ne sais pas comment faire. Je commence à être un peu à l’aise. Attention, je n’en ferai pas mon métier. C’est un exercice pour moi. Cela va m’aider pour mon futur métier d’entraîneur. Si je veux parler à des joueurs, je dois maîtriser mes discours. (...) Mais j’ai aussi mûri. Longtemps, les médias étaient presque mes ennemis toujours en train de juger. Là, je ne suis plus en guerre.»

Apaisé pour ne pas dire métamorphosé, l'ancien Madrilène s'est par ailleurs exprimé sur cette ambition affichée de devenir un jour entraîneur et son plan semble d'ores et déjà bien dessiné dans son esprit : «je commencerai par des jeunes, l’idéal serait une réserve. Et quand je le sentirai, je prendrai les pros. Et je prônerai un foot offensif.» Une carrière qu'il veut aborder avec toute l'expérience de ses anciens mentors : «je prendrai exemple sur mes ex-entraîneurs. Ancelotti pour la gestion des hommes, Antonio Conte pour la tactique et la répétition des efforts, Arsène Wenger pour les contre-attaques et surtout Sam Allardyce et sa faculté à tirer le meilleur de chacun pour tirer 100 % de la qualité individuelle.» Quant à la destination pour mettre en place de telles idées de jeu, là-aussi le discours est très tranché : «mon idée, ce n’est pas d’entraîner en Europe. Je préfère vivre en Asie ou dans le Golfe. Mais si j’ai l’opportunité pour Paris, pourquoi dire jamais à l’avance ? Le PSG est le seul club en Europe que j’aimerais entraîner.»

Le numéro 1 au PSG ? Kylian Mbappé !

Interrogé sur la trajectoire du club parisien, Nicolas Anelka s'est enfin livré sans concession et c’est selon lui «le club d’Europe que tout le monde kiffe» depuis l'arrivée de Lionel Messi. Une équipe parisienne parsemée de stars qui possède donc tous les arguments pour décrocher sa première Ligue des Champions de son histoire mais l'ancien Reds appelle, ici, à la vigilance : «la pression est énorme car maintenant tout le monde se dit qu’avec Messi, c’est presque gagné. Mais le foot ce n’est pas juste empiler les stars. Et cette équipe a besoin de temps pour bien s’entendre, notamment les attaquants. Cela ne se fait pas en trois matchs et ça dépend aussi de ce que les gars ont en tête.»

Pour Anelka, le club de la capitale doit donc encore effectuer plusieurs réglages pour parvenir à ses fins sur la scène européenne et le principal d'entre eux concerne, selon lui, la hiérarchie à affirmer sur la ligne d'attaque parisienne : «au Barça, c’était tout le monde pour Messi. (...) Pour moi, Mbappé doit être le patron de l’attaque, car il est en pointe. Neymar lui donne les ballons. Messi était aussi le buteur à Barcelone mais là, il doit servir Mbappé. Car le numéro un, c’est lui. À chaque match depuis le début, c’est lui qui fait la différence. Il est là depuis quatre ans et cela se respecte. C’est donc à Messi de le comprendre.» Est-ce qu'Anelka lui-même l'aurait accepté ? Rien est moins sûr.

Plus d'infos

Commentaires