PSG : comment trouver la bonne formule offensive ?

Le PSG n'a jamais eu un secteur offensif aussi prestigieux et, pourtant, il est à la peine depuis le début de saison, entre un Neymar décevant et un Messi exilé à droite qui prend encore ses marques. Plus que jamais, il faut trouver la bonne formule.

Le trio Neymar-Mbappé-Messi peine encore à faire des étincelles au PSG
Le trio Neymar-Mbappé-Messi peine encore à faire des étincelles au PSG ©Maxppp
La suite après cette publicité

Le meilleur buteur de Ligue 1 n'est pas un joueur du PSG. Avec 7 buts, le trône est partagé par Jonathan David (LOSC) et Gaëtan Laborde (Stade Rennais). Le premier Parisien se nomme Kylian Mbappé avec 5 buts inscrits en championnat, et ce sont les besogneux Ander Herrera et Idrissa Gueye qui se sont signalés en marquant plusieurs buts importants depuis le début de saison. Jamais l'attaque du PSG n'aura compté autant de superstars avec Neymar, Lionel Messi et Kylian Mbappé. Et pourtant, le rendement offensif est décevant, un constat facile à établir après un 0-0 à l'Orange Vélodrome mais terriblement vrai si l'on compare aux saisons précédentes.

Le PSG a inscrit 24 buts en Ligue 1 en 11 journées, son plus faible total depuis la saison 2016-2017, soit la saison post-Ibrahimovic et pré-Neymar-Mbappé, avec Cavani en tête de gondole. Il est pénalisé par les absences récurrentes de Neymar, Messi et Di Maria, en raison de blessures, retours d'Amérique du Sud et/ou suspensions. Si la défense souffre également plus que les années précédentes, voir le secteur offensif relativement à la peine est une surprise. Le problème étant la difficulté de Mauricio Pochettino à trouver la bonne formule.

Messi à droite, une incongruité qui dure

Cela a choqué contre l'OM, mais cela fait un moment que ça dure. Voir Messi coller à la ligne de touche côté droit fait du mal aux amoureux de l'Argentin, qui l'ont vu se recentrer au fil des années avec le FC Barcelone et la sélection argentine. La zone d'action de La Pulga s'avère bien trop loin des buts adverses, et il n'a plus les jambes pour percuter tout un match. Contre l'OM, ses quelques chevauchées entamées aux environs de la ligne médiane ont vite été contrées par la défense marseillaise. Pochettino avait fait le choix d'installer Neymar en numéro 10, peut-être aussi parce que le Brésilien n'a lui non plus pas les jambes pour animer un côté, le gauche.

Résultat, c'est Di Maria qui s'y est collé contre l'OM, se montrant plus actif que ses compères mais un peu brouillon. De plus, l'Argentin a de nouveau été le premier sacrifié suite au carton rouge d'Hakimi, Pochettino ne prenant pas le risque de subir les foudres de l'une des trois stars offensifs en le sortant prématurément. Reste la question de Mbappé à la pointe de l'attaque. Le Français adore démarrer ses actions côté gauche, ce qui provoque un embouteillage dans ce secteur du jeu tout en dépeuplant l'axe du terrain. Contre l'OM, mais aussi lors des matches précédents, à plusieurs reprises, ses débordements côté gauche étaient trop rapides pour ses coéquipiers. Résultat, personne dans la surface, Neymar et Messi arrivant péniblement à l'entrée de la surface lorsque Mbappé se retrouve presque aux 6 mètres, à la recherche d'un partenaire à servir.

Ballotté entre un jeu de transition, sublimé par la vitesse de Mbappé, et un jeu de possession, qui sied aux qualités de Messi, le PSG peine à trouver une identité offensive. Et la complémentarité de son trio d'attaque reste encore à prouver. « À un moment donné, il faut qu’il n’y ait qu’un chef d’orchestre, sinon tu ne peux pas jouer au même tempo. Et dans cette équipe, il y a trop de chefs d’orchestre », disait Thierry Henry dimanche soir au micro d'Amazon Prime Vidéo.

Un schéma que tout le monde attend

Pour l'instant, Pochettino donne le sentiment de ne pas avoir vraiment tranché sur ce sujet. Messi, qui vit ses premiers mois loin de Barcelone, n'est pas du genre à s'imposer d'un coup, Neymar livre ses pires prestations depuis son arrivée au PSG, et Mbappé, qui réclame depuis si longtemps des responsabilités, fait son maximum tout en imaginant son futur loin de Paris à l'issue de la fin de saison. Quelles sont les solutions à court terme ?

Replacer Messi dans l'axe, en soutien de l'attaquant, remettre Neymar sur le droit chemin, concerner Di Maria en ne le contenant pas au simple rôle de lieutenant. Beaucoup de supporters et d'observateurs réclament l'installant d'un système en 3-4-1-2, qui permettrait à Messi, Neymar et Mbappé d'être plus proches les uns des autres et plus axiaux. Pochettino y viendra-t-il alors que son 4-2-3-1 n'a pour l'instant pas convaincu ? Le mois de novembre, avec 4 déplacements en 5 rencontres (dont ceux à Leipzig et Manchester), donnera la tendance.

Plus d'infos

Commentaires