Olympiakos - OM : les notes du match

Pour son premier match de la saison en Ligue des Champions, l'Olympique de Marseille s'est incliné contre l'Olympiakos en Grèce (0-1). C'est Hassan qui a offert le victoire à son équipe dans le temps additionnel.

Steve Mandanda lors de ce Olympiakos-OM
Steve Mandanda lors de ce Olympiakos-OM ©Maxppp
La suite après cette publicité

De retour en Ligue des Champions six ans après sa dernière participation, l'Olympique de Marseille retrouvait la plus prestigieuse des compétitions européennes ce mercredi avec un premier match de phases de poules contre l'Olympiakos, en Grèce. Auteur d'un zéro pointé en 2013-2014, le club phocéen voulait cette fois-ci débuter sur une bonne note, mais il fallait pour ça battre la formation du Pirée. Côté olympien, André Villas-Boas alignait son 4-3-3 avec Gueye en sentinelle. En face, Pedro Martins optait pour un 4-2-3-1 et plaçait Valbuena en numéro 10.

Sur la pelouse du stade Georgios Karaiskakis, les deux équipes nous offraient un léger round d'observation avant une première opportunité olympienne. Thauvin, sur la droite, revenait dans l'axe avant d'enrouler une frappe mais ça passait à côté (6e). La réponse grecque ne se faisait pas attendre avec cette reprise intéressante de M'Vila (10e). Le ballon passait alors rapidement d'un camp à l'autre mais les réelles occasions se faisaient rares. La plus belle opportunité était cependant pour Thauvin mais sur un centre d'Amavi, l'ailier français ne trouvait pas le cadre au second poteau (32e).

Hassan crucifie l'OM

Les Phocéens se montraient dangereux avec cette fois-ci un coup-franc cadré de Payet (34e), mais les locaux ne flanchaient pas. Le score était donc de 0-0 à la pause mais dès le retour des vestiaires, les Phocéens se montraient dangereux. Après une interception, Thauvin lançait Benedetto qui se présentait face à José Sa mais l'Argentin butait sur le gardien adverse (46e). Mais derrière, les filets tremblaient en faveur de l'Olympiakos. Après une action confuse, Masouras ouvrait le score mais l'arbitre, avec l'aide de la VAR, refusait ce but pour hors-jeu (54e).

Une bonne nouvelle pour l'OM qui tremblait encore derrière. Auteur d'une frappe croisée, Randelovic trouvait le poteau de Mandanda (69e) après l'heure de jeu, alors que le portier français sauvait encore son équipe ensuite sur une tentative de Valbuena (70e). Les Phocéens souffraient et AVB procédait alors à des changements. On se dirigeait alors vers un match nul jusqu'à ce centre de Valbuena pour Hassan, auteur d'un excellent coup de tête pour l'ouverture du score (90e+1, 1-0). L'OM ne revenait pas et s'inclinait donc pour son retour en C1.

L'homme du match, Valbuena (6,5) : une soirée particulière pour celui qui a été joueur de l'OM pendant 8 longues années. Positionné en tant que numéro 10, il avait néanmoins beaucoup de libertés, et il s'en est servi pour organiser le jeu des siens. Mais il a peut-être fait des sentiments face à Mandanda avec une frappe pas assez appuyée (54e), reprise et poussée au fond par un Masouras finalement hors-jeu. Et encore un gros quart d'heure plus tard avec une reprise trop écrasée (71e). Sa qualité sur les coups de pied arrêtés a parfois amené le danger. C'est finalement lui qui trouvait la solution en distillant un centre parfait sur Hassan pour le but de la victoire (90e+1). Remplacé par Cissé (90e+3).

Olympiakos Le Pirée

- Jose Sa (6) : le gardien portugais n'a eu que très peu l'occasion de chauffer ses gants en première période. Mais il devait intervenir sur un coup-franc de Payet (34e). Dans le second acte, il n'a pas eu à attendre très longtemps pour se montrer décisif, d'un bel arrêt du pied pour remporter un face à face avec Benedetto (46e). Après cela, il a apporté de la sérénité à sa défense avec des sorties aériennes bien maîtrisées.

- Rafinha (5) : l'expérimenté latéral brésilien (35 ans), ancien du Bayern Munich, ne fait pas son âge tant il a multiplié les appels et les dédoublements dans son couloir. Mais il n'en a pas oublié de défendre face à Payet ou encore Amavi, parfois placé haut sur la pelouse.

- Semedo (5,5) : le défenseur qui a connu sa première sélection avec le Portugal lors de la dernière trêve internationale a avant tout servi de premier relanceur. Au-delà de cela, il est parfois apparu lourd dans ses interventions mais n'a pas souvent été dépassé. À l'aise balle au pied, il s'est souvent infiltré dans le milieu de terrain pour tenter d'apporter un surnombre. Il aurait même pu marquer s'il avait réussi son coup de tête (87e).

- Ba (5) : le Sénégalais, ancien du Gazélec Ajaccio, a souvent été en face à face avec Dario Benedetto. Peu mis en difficultés en première mi-temps, il se signifiait quand même dans les duels, grâce à son intensité. Bien solide, il n'a pas à rougir de sa performance en étant aussi présent à la couverture, avec par exemple un tacle remarquable sur Luis Henrique (88e).

- Holebas (6,5) : l'une des légendes du football grec. Du haut de ses 36 ans, l'expérimenté latéral a toujours ses jambes de 20 ans : une grosse activité et des montées quasiment systématiques en phase offensive, avec une belle qualité de centre à la clé, notamment vers El Arabi (39e). Bien que latéral, il pourrait être considéré comme l'un des joueurs grecs les plus dangereux dans cette rencontre.

- M'Vila (5) : tout fraîchement débarqué de l'AS Saint-Etienne, le milieu français disputait là son 7e match sous ses nouvelles couleurs. Pour cette occasion, il a été le premier à se mettre en évidence d'une reprise de volée en dehors de la surface (10e). Sinon, il a surtout effectué le travail de l'ombre devant la défense, notamment pour compenser de ses très offensifs latéraux.

- Bouchalakis (6,5) : plus avancé que son compère M'Vila, le capitaine a tenté de créer du liant entre l'attaque et la défense. Il a beaucoup navigué en tentant de trouver des passes vers l'avant. Cela tout en étant présent à la récupération, grâce à un pressing haut et des retours salvateurs. Propre aussi bien dans le jeu long que dans le jeu court, il a réussi un match complet.

- Masouras (5) : un vrai ailier, qui n'hésitait pas à lécher sa ligne de touche. De quoi ouvrir des espaces dans le cœur du jeu pour ses coéquipiers, et notamment pour Holebas. Il aurait pu ouvrir le score après avoir suivi une frappe de Valbuena, avant d'être signalé hors-jeu (54e). Mais il aurait globalement pu peser un peu plus. Remplacé par Hassan (84e). L'Egyptien est ce qu'on peut appeler le super sub. Au bon endroit au bon moment, il reprenait parfaitement un centre de Valbuena pour offrir la victoire aux siens (90e+1).

- Valbuena (6,5) : voir ci-dessus

- Randjelovic (4,5) : d'entrée, il a montré son envie d'aller percuter Jordan Amavi, aimantant le jeu de son équipe sur son côté droit. Petit à petit, le jeu a penché de l'autre côté mais il eu quelques bons ballons, mais gâchés à cause de mauvaises prises de balle ou de passes imprécises. Remplacé par Fortounis (78e). À son entrée, le meneur de jeu grec s'est directement placé dans l'axe, faisant glisser Valbuena à droite. Il a directement amené une dimension technique dans le milieu.

- El Arabi (6) : l'ancien Caennais est le serial buteur de cette équipe et une arme importante pour les Grecs. Le Marocain a cherché à peser sur la défense marseillaise aussi bien dos au but qu'à la réception des centres de ses coéquipiers. Un gros travail de conservation de balle qui aurait pu être récompensé s'il ne s'était pas emmêlé les pinceaux sur un centre de Holebas (39e), ou s'il avait cadré sa tête devant Alvaro (84e). Auteur d'un gros pressing sur la défense olympienne, il a parfois manqué de lucidité dans les derniers gestes. Remplacé par Vinagre (90e+3).

Olympique de Marseille

  • Mandanda (5,5) : pas forcément embêté en première période (zéro tir cadré de la part des locaux), le gardien français a eu un peu plus de travail dans le deuxième acte. Mais face au peu d'offensives adverses, l'international français a vécu une soirée tranquille jusqu'au temps additionnel. Sur l'occasion de Valbuena, il a par exemple fait le job avec une belle parade (70e), quelques secondes après avoir été sauvé par son poteau. Mais il n'a rien pu faire sur le coup de tête de Hassan en fin de match (90e+1).

  • Sakai (3) : le latéral japonais, souvent intéressant en Ligue 1, est cette fois-ci passé à côté. Valbuena et ses coéquipiers sont trop souvent passés dans son dos, la faute à son placement assez haut sur la pelouse. Même si le but a été refusé, il a par exemple relancé dans l'axe (54e). Un match compliqué pour lui.

  • Alvaro (4,5) : indéboulonnable au sein de la charnière centrale phocéenne, le défenseur espagnol a connu quelques difficultés ce soir. Un peu en retard sur les actions grecques, l'ancien joueur de Villarreal a parfois inquiété avec son placement hasardeux. Mais les locaux n'en ont pas profité.

  • Caleta-Car (5) : le grand défenseur croate, une nouvelle fois aligné aux côtés d'Alvaro dans l'axe de la défense, s'est montré solide défensivement tout en réalisant de belles ouvertures vers ses attaquants. Mais comme son coéquipier, il était un peu à la rue sur le but de la tête de Hassan.

  • Amavi (5,5) : auteur d'un excellent match samedi soir contre les Girondins de Bordeaux, le latéral gauche phocéen est resté sur sa lancée jusqu'au but. Car si les joueurs de l'Olympiakos ont insisté de l'autre côté, c'est parce qu'il est resté solide dans son couloir, comme sur ce bon retour en première période (27e). Il a aussi pu tenter sa chance devant (12e). Mais malheureusement, il a perdu le ballon sur le but de Hassan (90e+1)…

  • Rongier (5) : l'ancien Nantais, présent juste au-dessus de Gueye sur le terrain, a rendu une copie correcte. Placé haut sur le terrain, le milieu de terrain français a souvent décroché pour venir chercher le cuir et le distribuer. Sur le plan défensif, il a aussi répondu présent sur les offensives grecques.

  • Gueye (6) : en l'absence de Kamara, suspendu, André Villas-Boas lui a fait confiance au poste de sentinelle. Et l'ancien joueur du Havre a su saisir sa chance lui qui a réalisé de bonnes choses sur la pelouse. Auteur d'un excellent retour défensif (17e), le joueur de 21 ans a récupéré beaucoup de ballons, ce qui a fait du bien à son équipe. Strootman (85e) a ensuite pris sa place pour s'installer dans l'entrejeu. Mais le Néerlandais n'a pas été important en fin de match.

  • Sanson (3) : une nouvelle fois placé en numéro 8, et parfois présent derrière Benedetto, le natif de Saint-Doulchard n'a pas eu grand-chose à se mettre sous la dent. Parfois absent sur les offensives adverses, il n'a pas réussi à se placer correctement pour boucher les espaces. Le Français a ensuite cédé sa place à Cuisance (76e) qui n'a rien montré, même sur les coups de pied arrêtés.

  • Thauvin (4) : placé dans son couloir droit, l'ailier français a souvent cherché à faire la différence seul. Après sa frappe enroulée de peu à côté (6e), le joueur de 27 ans a raté une belle occasion au second poteau (32e). Cependant, dans le jeu, il n'a pas été très percutant et a manqué de justesse par moment. Remplacé par Germain (82e) qui n'a pas eu le temps de se montrer en attaque.

  • Benedetto (2,5) : toujours à la recherche de son premier but cette saison, l'attaquant argentin a encore été en-dessous ce soir. Placé à la pointe de l'attaque, l'ancien joueur de Boca Juniors a très souvent été pris dans les duels et malgré quelques tentatives (2e, 46e), il n'a jamais su faire la différence et AVB l'a remplacé par Luis Henrique (77e). Malheureusement, le Brésilien n'a pas vraiment vu le ballon.

  • Payet (3,5) : absent contre Bordeaux en Ligue 1 à cause d'une suspension, le numéro 10 phocéen était de retour un peu plus de quinze jours après le match à Lyon. Mais le Réunionnais, qui n'a pas été convoqué en équipe de France, a semblé en manque de fraîcheur. Même s'il s'est procuré quelques occasions (frappe contrée à la 14e, coup-franc intéressant à la 34e), le Français n'a pas été très dangereux. Remplacé par Radonjic (76e), quasiment invisible.

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires