Le plan de l'OGC Nice pour le mercato

Cet été, l'OGC Nice va vivre le premier mercato complet de l'ère Ineos. À quoi faut-il s'attendre ? De nouveaux éléments de réponse ont été apportés.

Jean-Pierre Rivère à l'Allianz Riviera à Nice
Jean-Pierre Rivère à l'Allianz Riviera à Nice ©Maxppp

Cinquième du championnat de Ligue 1, Nice n'est pas encore tout à fait assuré de disputer la prochaine édition de la Ligue Europa (si le PSG perd ses deux finales de Coupe). Une donnée importante puisqu'une participation en coupe d'Europe implique souvent une nécessité de recruter afin de disposer d'un groupe étoffé, capable d'être performant sur plusieurs tableaux. Ces derniers jours, des premières tendances ont commencé à se dégager.

La suite après cette publicité

Le club azuréen a déjà annoncé qu’il ne lèvera pas les options d’achat pour Adam Ounas et Riza Durmisi. Pour ce qui est des autres renforts, le directeur sportif des Aiglons, Julien Fournier, avait fait savoir que les discussions allaient dans le bon sens pour la prolongation du gardien Walter Benitez (libre en juin) et qu’une recrue potentielle allait passer sa visite médicale quand les conditions sanitaires seront optimales.

Atal retenu, pas d'achats XXL

Ce joueur pourrait être le milieu brésilien de Famalicão Gustavo Assunção dont le transfert est en bonne voie selon l’édition du jour de L’Équipe. Le quotidien sportif ajoute par ailleurs qu’un ou deux renforts expérimentés sont également espérés. Pour rappel, l'Allemand Mario Götze, libre de tout contrat cet été, serait suivi. Très courtisé, mais longtemps blessé cette saison, le latéral Youcef Atal ne sera pas vendu. Conserver l’ossature actuelle et apporter quelques retouches, voilà donc le plan niçois.

Et pour ceux qui espéraient voir l’OGCN dépenser sans compter les deniers du milliardaire anglais Jim Ratcliffe, il faudra s’armer de patience. Car si le propriétaire du club a de quoi tenir le coup face à la crise, il ne dépensera pas sans compter. « On a une feuille de route qu’on va essayer de tenir. Même si on est capable d’investir, ceux qui restent sur le fantasme Ineos et la folie des grandeurs seront déçus. On ne va pas se lancer dans des achats inconsidérés, mais on sera ambitieux », a fait savoir Fournier au journal.

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires