FC Barcelone : comment Ronald Koeman a relancé Frenkie de Jong

Le Néerlandais est en feu en ce mois de janvier, montrant son meilleur visage depuis son arrivée à Barcelone.

Frenkie de Jong et Luuk de Jong
Frenkie de Jong et Luuk de Jong ©Maxppp
La suite après cette publicité

Il s'est fait un peu attendre, mais il est enfin arrivé. La saison dernière, Frenkie de Jong naviguait un peu à vue dans l'entrejeu barcelonais, pas aidé par les changements de système et de coaches, ni par ses partenaires du milieu de terrain, pas franchement brillants. Concrètement, le Néerlandais n'était pas mauvais, clairement pas, mais on le sentait un peu bridé, dans un contexte où il ne pouvait pas pleinement exploiter ses capacités. « Pour l'instant, je suis satisfait de mes prestations, mais pas à 100%, parce que je suis convaincu que je peux faire mieux », confiait-il à Mundo Deportivo en cours de saison. Mais en ce moment, il est sur un petit nuage.

Pourtant, cet exercice sous les ordres de son ancien sélectionneur n'avait pas forcément démarré sur les chapeaux de roue pour lui. Pendant les premières semaines de compétition, le tacticien hollandais misait ainsi sur un 4-2-3-1 avec ce fameux double-pivot qui a parfois fait grincer des dents en Catalogne. Aux côtés de Sergio Busquets devant la défense, l'ancien de l'Ajax n'était pas forcément à son aise. De même pour son homologue par ailleurs. Plutôt curieux, dans la mesure où c'est dans ce dispositif qu'il a longtemps joué en sélection aux côtés de Wijnaldum.

Un repositionnement... à son vrai poste

Depuis quelques semaines, Koeman a un peu troqué son système fétiche pour un 4-3-3 plus classique. Dans cette configuration, De Jong semble s'épanouir, d'autant plus qu'il n'a plus forcément besoin de jouer très bas pour aller chercher des ballons, et entre ainsi en contact avec le cuir dans la moitié de terrain adverse. Il peut ensuite se projeter plus facilement, dans un registre similaire à celui qu'on voyait à l'Ajax, mais encore plus offensif, puisqu'il est désormais habituel de le voir conclure des actions dans la surface rivale. Ce week-end face à Elche, il est ainsi buteur en vrai renard, et sert Riqui Puig sur le deuxième but dans la surface également.

On décèle aussi un potentiel physique énorme. De Jong n'est pas un déménageur, loin de là, mais il parvient à multiplier les courses et passer d'une surface à l'autre en quelques secondes seulement. Il n'est pas rare de le voir au lancement des actions, puis de le voir participer à la conclusion des offensives barcelonaises. Une certaine puissance, mêlée à une qualité technique exceptionnelle, qui lui permettent de briser des lignes facilement balle au pied. Et s'il se régale, Pedri et Busquets tirent également profit de la forme du Néerlandais, comme lui aussi se nourrit du soutien des deux Espagnols.

Le milieu idéal ?

Il y a longtemps que Sergio Busquets n'avait pas été aussi performant. Là aussi, Ronald Koeman n'est pas étranger à ce retour en forme, et la présence du vétéran catalan permet au numéro 21 de briller. Dans quelle mesure ? C'est simple, l'entraîneur a remis Busi dans les meilleures conditions pour briller, c'est-à-dire dans le rôle de rampe de lancement des attaques, sans avoir à couvrir énormément de terrain, ni devoir se projeter outre mesure pour combler d'éventuelles lacunes créatives du milieu. Ménagé de certains efforts, il peut ainsi se contenter de jouer dans un fauteuil et de distiller des ouvertures toujours bien senties à ses partenaires depuis une position plutôt reculée. Et De Jong est souvent trouvé.

Quant à Pedri, tout a plus ou moins été dit et la pépite canarienne continue d'impressionner, formant un duo débordant de créativité, de personnalité et de magie avec le Néerlandais. Dans l'aspect défensif, essentiel, les trois hommes coulissent aussi très bien et ne lésinent pas sur les efforts, empêchant les rivaux de se frayer des chemins vers la surface de ter Stegen. Une entente parfaite qui redonne espoir au FC Barcelone, alors que le milieu de terrain avait souvent été le point faible de l'équipe ces dernières années. Plus qu'à régler les soucis défensifs de l'équipe - Ronald Araujo pourrait être un début de solution - et espérer qu'Ansu Fati revienne à son niveau après sa blessure, et les Culés pourront envisager cette deuxième partie de saison avec un certain optimisme...

Plus d'infos

Commentaires