Euro 2020 : ce qu'il faut savoir de la Finlande

Par Mathieu Rault
7 min.
Euro 2020 : ce qu'il faut savoir de la Finlande @Maxppp

Qualifiée pour une compétition internationale pour la première fois de son histoire, la Finlande aura fort à faire face à la Belgique, la Russie et au Danemark. Elle devra avant tout pouvoir compter sur son attaquant vedette, Teemu Pukki.

Qualifiée avec la manière, la Finlande va affronter du lourd

La suite après cette publicité

Petit Poucet de l'Euro 2020 en compagnie de la Macédoine du Nord, la Finlande était invitée aux barrages après avoir décroché la première place de son groupe de Ligue des Nations (Ligue C). Mais elle n'a pas eu besoin d'en passer par-là puisqu'elle s'est qualifiée pour sa toute première compétition internationale en terminant à la deuxième place du groupe J des éliminatoires (6V, 4D), derrière l'Italie mais devant la Grèce, championne d'Europe 2004, la Bosnie Herzégovine et l'Arménie, plutôt à leur avantage en Ligue des Nations ces dernières années, et le Liechtenstein. Reversés dans le groupe B de ce championnat d'Europe, les Huuhkajat, littéralement les «Hiboux Grands-Ducs», auront fort à faire. Ils débuteront le 12 juin face au Danemark à Copenhague, puis affronteront la Russie à Saint-Pétersbourg (16/06). C'est dans feu Leningrad qu'ils clôtureront leur phase de poules face à la redoutable Belgique (21/06).

Le onze type :

Sur le terrain, le 5-3-2 a été privilégié lors des dernières sorties de la sélection. L'indéboulonnable Lukas Hradecky assure dans le but, protégé par trois centraux expérimentés : Paulus Arajuuri (Pafos, Chypre), Joona Toivio (Häcken, Suède), et Jukka Raitala (Minnesota United, USA), qui évolue aussi comme latéral gauche. Les pistons sont mouvants. Dans l'entrejeu, Tim Sparv, le capitaine, fait office de tour de contrôle. Et on ne présente plus Glen Kamara, éblouissant champion d'Ecosse avec les Rangers, gratteur de ballon capable de se projeter vers la surface adverse. Devant, s'il est épargné par les blessures, Joel Pohjanpalo part avec une longueur d'avance pour le poste de deuxième attaquant. Prêté par le Bayer à l'Union Berlin, l'attaquant de 26 ans a contribué à la belle saison de la surprise de Bundesliga, avec 6 buts en 20 matches. S'il a fini la saison sur une jambe avec Norwich, Teemu Pukki reste l'arme fatale de ce onze.

À lire Achraf Hakimi souligne le caractère du PSG

Deux générations, une histoire de transmission

Nous évoquerons le personnage un peu plus bas, mais la Finlande c'est avant tout un lien fort entre le sélectionneur et ses joueurs. C'est bien simple, tous les plus de trente ans (ils sont dix), des gardiens Lukas Hradecky, Anssi Jaakkola ou Niki Mäenpää, aux défenseurs Joona Toivio, Paulus Arajuuri, Jukka Raitala et Juhani Ojala, en passant par les milieux Joni Kauko et Tim Sparv, jusqu'à l'attaquant vedette Teemu Pukki, ont été lancés par Markku Kanerva, autrefois sélectionneur des Espoirs (2004-2010) et aujourd'hui à la tête des A (depuis 2016). C'est cette ossature d'anciens qui guide les jeunes pousses vers un objectif : éviter la cassure observée en Islande, où la génération victorieuse vieillissante ne semble pas encore avoir trouvé de relève.

La suite après cette publicité

En Finlande, comme ailleurs, la jeunesse est particulièrement visible devant. Onni Valakari, milieu offensif de 21 ans, a inscrit 12 buts en 25 matches de première division chypriote cette saison (Pafos). Grand espoir du football finlandais, l'ailier gauche Lassi Lappalainen, 22 ans, évolue depuis deux saisons à Montreal. Propriété de Bologne, il évoluait sous les ordres de Thierry Henry et a inscrit 6 buts en 16 matches de MLS l'an passé. En Angleterre depuis ses 13 ans, Marcus Forss fait lui figure de feu-follet. L'attaquant de 21 ans, propriété de Brentford jusqu'en juin 2026, a cette saison inscrit 8 buts en 40 courtes apparitions en Championship et est encore en course pour la montée en Premier League.

Les Finlandais s'exportent un peu plus

En Finlande, les joueurs prêts à s'exporter sont encore rares. Là-bas, le football ne rapporte pas autant qu'un emploi stable et c'est bien souvent la deuxième option que choisissent les jeunes Finlandais, nous expliquait récemment Mika Scoarnec, Franco-Finlandais qui évolue à Salo. Pourtant, si ce n'est pas forcément un gage de réussite, des 26 joueurs sélectionnés pour l'Euro, seuls le milieu de terrain Daniel O'Shaugnessy (HJK) et l'ailier gauche appelé pour la première fois Jasin Assehnoun (FC Lahti) évoluent au pays. Esbjerg, Paphos, Leverkusen, Genk, Rangers, Augsbourg, Union Berlin, Norwich, sont les destinations phares des joueurs appelés sous les couleurs finlandaises.

La suite après cette publicité

Teemu Pukki a qualifié les siens

Il est impossible d'évoquer la Finlande sans parler de son attaquant phare, Teemu Pukki. L'avant-centre de 31 ans fait les beaux jours de Norwich depuis 2018. Une montée en Premier League et une descente dans la foulée. Les Canaris font l'ascenseur puisqu'ils ont cette saison encore terminés en tête de Championship, grâce notamment aux 26 buts marqués par Pukki, en 41 matches disputés. Lors de la campagne de qualifications pour l'Euro, c'est lui qui s'est distingué. En dix matches, il a tout simplement inscrit 10 des 16 buts de son équipe et délivré 2 passes décisives. Si la Finlande est pétrie de qualités, elle n'en reste pas moins inexpérimentée en matière de phases finales. Malgré des succès probants en France et en Bulgarie en novembre dernier, lors de la campagne de qualifications, les Hiboux Grands-Ducs ont souvent éprouvé des difficultés à l'extérieur (défaites en Italie, en Bosnie Herzégovine et en Grèce). Au mois de juin, ils auront la lourde tâche d'affronter le Danemark et la Russie sur leurs terres et finiront face au numéro 1 du classement de la FIFA. Rien que ça.

Markku Kanerva, le Gérard Klein finlandais :

Ancien instituteur et défenseur international finlandais, Markku Kanerva, 56 ans, a débuté sa carrière d'entraîneur en 2001, comme adjoint au Helsinki JK, qui l'avait vu éclore en tant que footballeur. 20 ans après, le voilà à la tête de la sélection de son pays. Kanerva, c'est une longue carrière de sélectionneur. Chez les Espoirs finlandais tout d'abord (2004-2010), puis comme adjoint de Mixu Paatelainen, à la tête des A de 2011 à 2015. En 2016, celui qu'on surnomme "Rive" a sauté le pas et pris les rênes de la sélection. Depuis, les Scandinaves sont passés de la Ligue C à la Ligue B pour leur première participation à l'UEFA Nations League et le 15 novembre 2019, grâce à leur victoire contre le Liechtenstein (3-0), ils se sont qualifiés pour leur premier Championnat d'Europe. Un an plus tard, en amical, les troupes de Kanerva ont même remporté une victoire de prestige face aux Champions du Monde Français, à Saint-Denis (0-2). Cet adepte du 4-4-2 et du 3-5-2 affiche un bilan de 23 victoires, 7 nuls et 15 défaites en 45 matches passés à la tête de la sélection.

La suite après cette publicité

Markku Kanerva et Tim Sparv avec les Espoirs finlandais en 2009

Markku Kanerva et Tim Sparv avec la sélection finlandaise A en 2019

Lukas Hradecky, l'ange-gardien du Bayer

Au pays de la légende Jari Litmanen, un attaquant du pedigree de Teemu Pukki passera toujours avant un gardien haut perché dans la hiérarchie. Pourtant, Lukas Hradecky sera sans doute l'un des atouts majeurs de la Finlande à l'Euro. Gardien de but du Bayer Leverkusen, 3e meilleure défense de Bundesliga, derrière Leipzig et Wolfsbourg, Lukas Hradecky a encaissé 26 buts en 28 matches disputés cette saison. Auteur de 9 clean sheets, le portier d'origine slovaque, né à Bratislava d'un père volleyeur professionnel parti s'installer en Finlande lorsqu'il avait un an, fait partie des valeurs sûres du championnat d'Allemagne à ce poste. Habile de son pied droit, frère de Tomas et de Matej Hradecky, grands gabarits eux aussi, nés et élevés au ballon rond à Turku, en Finlande, Lukas Hradecky, 1m92 à 31 ans, était la relève du célèbre Jussi Jääskeläinen. Il compte 64 sélections depuis le 21 mai 2010 (69 buts encaissés, 25 clean sheets).

La pré-liste de 26 joueurs (liste définitive dévoilée le 1er juin) :

Gardiens : Lukas Hradecky (Bayer 04 Leverkusen), Jesse Joronen (Brescia Calcio), Anssi Jaakkola (Bristol Rovers).

La suite après cette publicité

Défenseurs : Juhani Ojala (Vejle Boldklub), Leo Väisänen (Elfsborg fB), Sauli Väisänen (Chievo Vérone), Paulus Arajuuri (Paphos FC), Daniel O'Shaugnessy (HJK), Robert Ivanov (Warta Poznan), Albin Granlund (Stal Mielec), Jere Uronen (KRC Genk), Nicholas Hämäläinen (Queens Park Rangers), Nikolai Alho (MTK Budapest).

Milieux : Tim Sparv (AE Larisa), Glen Kamara (Glasgow Rangers), Joni Kauko (Esbjerg fB), Onni Valakari (Paphos FC), Rasmus Schüller (Djurgårdens ZEL), Thomas Lam (PEC), Fredrik Jensen (FC Augsbourg).

La suite après cette publicité

Attaquants : Pyry Soiri (Esbjerg fB), Joel Pohjanpalo (1.FC Union Berlin), Lassi Lappalainen (CF Montréal), Marcus Forss (Brentford FC), Jasin Assehnoun (FC Lahti), Teemu Pukki (Norwich City).

La suite après cette publicité
La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité