Red Bull Salzbourg - LOSC : les notes du match

Malgré une bonne entame de match, le LOSC doit s'incliner en Autriche 2-1 contre le Red Bull Salzbourg et se retrouve en bien mauvaise posture après deux matches de Ligue des Champions. Les Dogues ne se sont jamais véritablement remis de ce penalty litigieux concédé en première période.

Karim Adeyemi a fait très mal au LOSC
Karim Adeyemi a fait très mal au LOSC ©Maxppp

Après un nul initial mal payé face à Wolfsbourg, le LOSC se déplaçait sur la pelouse du redoutable RB Salzbourg pour la deuxième journée de la phase de poules de la Ligue des Champions. Redoutable car plein de fougue à l'image de son attaquant allemand Adeyemi, qui avait fait tant de misères au FC Séville lors de la première journée. Le club nordiste débutait cependant très bien la rencontre, en étant au niveau de l'intensité requise. Les duels étaient lillois, les permutations de David, Yilmaz et Weah fonctionnaient bien et la pression était sur les buts de Köhn. De son côté, le club autrichien cherchait essentiellement la profondeur avec Okafor et Ayedemi.

La suite après cette publicité

Un peu comme face à Wolfsbourg, Lille prenait la mesure de son adversaire mais manquait de précision dans les 30 derniers mètres, entre mauvais choix et maladresse technique. Et Salzbourg jouait crânement sa chance en contre. Après avoir obtenu trois penaltys face à Séville, Adeyemi en obtenait un nouveau pour une faute de Botman, contestable. Après l'intervention de la VAR, malgré la faute initiale d'Adeyemi sur Gudmundsson, l'arbitre de la rencontre confirmait le penalty, qu'Adeyemi transformait malgré un bon plongeon de Grbic (1-0, 35e). Touché, le LOSC passait tout près d'encaisser un deuxième but sur une tête de Kristensen mais le poteau sauvait les Lillois (41e).

Yilmaz, fautif puis buteur

Au retour des vestiaires, cela ne s'arrangeait pas, puisque Lille concédait un nouveau penalty pour une main de Yilmaz, qui levait le coude dans le mur lillois sur un coup-franc adverse... Adeyemi se chargeait de nouveau de transformer la sentence, sans trembler (2-0, 53e). Le scénario était cruel pour le LOSC, qui ne semblait plus avoir les armes pour répondre au défi physique adverse. Euphoriques, les joueurs du club autrichien maintenaient la pression sur la défense nordiste.

Jocelyn Gourvennec décidait de faire entrer Ikoné, Bamba et Onana pour relancer son équipe. Et cela payait très vite puisque Burak Yilmaz réduisait la marque et se rattrapait de son erreur en inscrivant un coup-franc direct, bien aidé par la bourde de Köhn (2-1, 62e). Lille pouvait encore y croire mais jouait mal ses coups offensifs, à l'image d'un David peu inspiré (68e). Les deux équipes lâchaient leurs coups et le KO tout comme l'égalisation était dans l'air dans une fin de match échevelée. Malheureusement, le LOSC ne parvenait pas à recoller. Voilà les Dogues avec 1 point en 2 rencontres avant la double confrontation face au FC Séville.

Revivez le film de la rencontre sur notre live commenté.

Le classement du groupe G.

L'homme du match : Adeyemi (7,5) : en plus de dérouler toute sa palette technique sur le terrain, le champion d'Europe espoirs s'est aussi illustré par son bon pressing et tente sa chance mais frappe à ras de terre pas assez puissante (26e). Grâce à sa vitesse, il provoque son quatrième penalty en seulement deux matches (après 3 contre Séville, égalant Arjen Robben en 2013/14) et se fait justice soi-même pour inscrire son premier but dans la compétition. Il a l'occasion du but du break en fin de première période dans la tête de Fonte (45e+3), occasion qu'il convertit avec son deuxième penalty (52e). Le jeune Allemand termine sur un doublé en Ligue des Champions et laisse sa place à Adamu (76e).

RB Salzbourg :

Köhn (5,5) : le portier suisso-allemand n'est que très peu inquiété par les tentatives non cadrées des Lillois en première période, notamment sur coups de pied arrêtés. Cependant, à l'heure de jeu, sa grosse faute de main sur le coup-franc de Burak permet aux adversaires de réduire la marque (62e). Il reste vigilant sur les nombreux centres (57e, 72e) et une frappe de David sans conviction (68e).

Kristensen (6) : le latéral droit danois aura eu droit à un gros duel face à l'attaquant turc en début de rencontre (10e), mais a ensuite eu un plus de mal sur les montées de Gudmundsson (22e, 24e). Intéressant dans les duels (7 gagnés sur 11), Nissen a failli même s'illustrer dans la surface adverse, mais sa tête décroisée trouve le poteau de Grbic sur corner (40e).

Onguéné (7) : si Salzbourg n'a pas encaissé de but dans le jeu, c'est bien grâce à son international camerounais. Le défenseur de 23 ans a su se montrer royal dans cette charnière centrale face au secteur offensif lillois, avec un bon sens de l'anticipation (4 interceptions) et une bonne lecture du jeu (8 ballons récupérés). Les attaquants nordistes n'ont pas trouvé de solutions face à lui, balle au sol (3 duels gagnés sur 4) ou dans les airs (4/4).

Wöber (5,5) : le défenseur central autrichien ne se projette pas en dehors de sa surface de réparation, mais ne laisse rien passer dans ses 20 derniers mètres en première période. En seconde période, il provoque involontairement le 2e penalty sur cou-franc (51e), mais trouve plus de mal à retrouver sa justesse défensive, provoquant le coup-franc transformé par Yilmaz (62e). Il réussit néanmoins à annihiler les nombreux contres adverses (5 interceptions).

Ulmer (5) : avec une grosse concentration des attaques lilloises sur son côté gauche, le capitaine réussit tant mieux que mal à tenir la baraque face à Weah et Djalo. Cependant, ce gros travail défensif ne lui permettait pas d'aider ses coéquipiers offensivement, quasi cantonné à la tâche défensive (0 centre tenté).

Seiwald (5) : le milieu de terrain le plus en difficulté côté autrichien, avec beaucoup de déchets dans son jeu (18 ballons perdus sur 57). Également en retard dans les duels (3 fautes commises). Il revient bien en deuxième mi-temps, défensivement (56e) et offensivement, combinant mieux avec ses compères devant, sans grosse occasion derrière (2 passes clés).

Camara (6,5) : la sentinelle malienne a été la plaque tournante de l'entrejeu autrichien, pleine de sérénité (13 ballons récupérés). Son endurance et son sens du jeu ont fait beaucoup de mal au milieu de terrain nordiste. Sa superbe interception dans l'action amène le penalty provoqué par Adeyemi (30e). Il est également à l'origine de la main d'André, qui provoque le coup-franc à l'origine du second penalty (50e). Dans le rond central, il était partout, frustrant à plusieurs reprises André et Xeka.

Sučić (4,5) : le jeune Croate n'était pas dans son match ce soir : en plus d'un manque de justesse dans ses distributions (67% de passes réussies), le milieu de 19 ans n'a pas su aider son coéquipier malien dans l'entrejeu pour bloquer les transitions rapides adverses, passant souvent sur son côté gauche. Remplacé par Capaldo (70e), qui prend un carton jaune en fin de match (90e+3).

Aaronson (4,5) : positionné en numéro 10 derrière les deux attaquants du soir, le milieu de terrain dézone beaucoup sur les couloirs pour se proposer et toucher des ballons mais se fait souvent bousculer (9 duels perdus sur 13). Il trouve parfois Adeyemi et Okafor sur les côtés avec 2 passes clés, mais sans faire de différence au score.

Adeyemi (7,5) : voir ci-dessus.

Okafor (5) : l'attaquant suisse a été moins sollicité que son coéquipier allemand, même s'il a tenté de déstabiliser la défense des Dogues, que ce soit face à Gudmundsson dans la surface (7e), ou sa première tentative sur Grbic (12e). L'international est moins en vue au fil de la rencontre, mais se reprend bien en seconde période en se proposant dans le dos de la défense, sans danger. Remplacé par Sesko à la 62ème minute.

LOSC :

Grbic (5) : appliqué sur les frappes d’Okafor (12e) et d’Adeyemi (26e), et concentré ses premiers ballons aériens, le gardien doit s’incliner sur le penalty de l’international allemand alors qu’il plonge du bon côté (35e). Sauvé par son poteau sur la tête de Kristensen (41e), le Croate est à nouveau battu sur le second penalty d’Adeyemi (53e). Il n'a plus rien eu à faire par la suite.

Tiago Djalo (4,5) : préféré à Celik au coup d’envoi, le latéral droit a eu du mal durant cette rencontre. Pas assez précis dans ses rares centres, ni présent dans le camp adverse, et déterminé sur certaines situations, il fut en plus en souffrance dès que le jeu se situait dans sa zone. Il est tout de même auteur d’un excellent retour sur Okafor (20e) mais c’est bien maigre dans l’ensemble, en plus d'avoir loupé une touche.

Fonte (4) : son jeu de tête a fait du bien sur coups de pied arrêtés dans les deux surfaces mais le capitaine des Dogues a eu du mal ce soir. Souvent pris à la gorge par le pressing, il n’a pas su assurer ses relances pour ses partenaires. Averti (66e), il a tout de même imposé son physique, remportant la majorité de ses duels. Mais face à la vitesse adverse, ça n’a pas eu beaucoup d’effet.

Botman (4) : vigilant dans son dos (3e, 43e), le défenseur n’aura pas été aussi dominant dans le jeu aérien que le reste du temps. La vitesse et les dribbles d’Adeyemi lui ont fait mal (19e). Certes, il n’est pas verni sur son intervention dans la surface dans les pieds d’Adeyemi (30e) sur laquelle il est averti et concède le penalty mais le Néerlandais paye son retard à la course et sa grosse prise de risque. Un match contrariant pour lui.

Gudmundsson (3,5) : le Suédois avait là une bonne occasion de saisir sa chance dans sa lutte à distance avec un Reinildo moins bien en ce début de saison. Sur le fil du rasoir dans les premières minutes, il a laissé passer l’orage mais tombe après un contact avec Adeyemi sur l’action menant au penalty (30e). Globalement en difficultés sur ce match. Remplacé par Reinildo (84e) dont le premier centre a failli être décisif (85e).

Weah (4) : titulaire surprise à la place d’Ikoné, l’international américain est bien entré dans sa soirée, jouant dans le sens du jeu même si ce n’était pas toujours très efficace. Il a trop rapidement disparu durant cette rencontre, ne déstabilisant jamais la défense autrichienne malgré quelques initiatives (47e). Des retours défensifs généreux (23e) mais il n’a pas assez pesé. Remplacé par Ikoné (58e) qui aura été égal à lui-même : bien dans les intentions, moins dans la réalisation. Dommage car il y avait de la place.

André (3) : l’ancien Rennais rate sa première période entre un placement pas toujours efficace et des transmissions pas assez précises. C’est lui d’ailleurs qui perd le ballon au milieu de terrain sur l’action du penalty (30e). Auteur d’une main devant sa surface, il offre un coup-franc dangereux très évitable (50e), qui a abouti ensuite au second penalty de la soirée. Mieux par la suite mais le mal était fait.

Xeka (6) : un gros début de match grâce à son engagement et ses décisions balle au pied. Sa présence a fait du bien car il fut l’un des seuls à se mettre au niveau de la soirée. Averti pour contestation (45e+1), le Portugais a baissé un peu le pied par la suite, notamment d’un point de vue technique où on l’a vu perdre quelques ballons mais il a remporté un grand nombre de duels (7/11). Remplacé par Onana (59e) dont l’entrée et le physique ont fait du bien sans pour autant être déterminants.

Gomes (3,5) : des accélérations et des pénétrations balle au pied qui ont fait mal dans les premières minutes puis… plus rien. Beaucoup trop timide, le milieu offensif a semblé bien pâle durant cette soirée où il n’a jamais pu revendiquer une quelconque influence. Remplacé par Bamba (58e), qui n’avait plus joué depuis un mois. L’ancien Stéphanois a tenté sur son côté gauche de faire des différences par sa vitesse (80e) et sa percussion (85e). En vain, en plus d’être averti (89e).

Yilmaz (5,5) : une bonne frappe du gauche pour lancer son match (2e). Le Turc avait très envie ce soir, débordant d’énergie un peu partout sur le front de l’attaque mais il s’est sans doute un peu trop éparpillé, en plus d’avoir manqué plus de choses qu’habituellement. Il a provoqué bêtement le second penalty, où il a été averti, en laissant traîner sa main dans le mur (52e). L’attaquant se rattrape bien en relançant son équipe d’un coup-franc qu’il a lui-même provoqué (62e). Ça n'a pas suffi surtout qu'il s'est essoufflé.

David (3) : avec un Jonathan David dans un meilleur soir, le LOSC aurait pu ramener quelque chose d’Autriche malheureusement le Canadien est passé à côté. Il n’a pas assez senti le jeu, privilégiant trop souvent la mauvaise option, c’est-à-dire individuelle comme sur cette percée dans l’axe (11e) et plus encore cet énorme oubli à sa droite où Yilmaz et Ikoné attendaient l’offrande (68e). Il n’a pas eu non plus d’occasion à se mettre sous la dent et a logiquement été remplacé par Lihadji (84e).

Plus d'infos

Commentaires