Nantes : la grande première de Raymond Domenech, c'était comment ?

Après avoir mis sa carrière d'entraîneur entre parenthèses durant dix années, l'ancien sélectionneur des Bleus a vécu son premier match en tant que coach du FC Nantes à l'occasion du derby face à Rennes (0-0). Et voici les premières impressions.

Raymond Domenech lors de sa première avec le FCN
Raymond Domenech lors de sa première avec le FCN ©Maxppp
La suite après cette publicité

Dix ans après, Raymond Domenech était de retour sur un banc de touche. Et pour son retour, l’ancien sélectionneur tricolore a été servi. Il a rejoint un club luttant pour le maintien et dont le président est conspué par ses supporters. Enfin, il a dû faire son baptême du feu lors du derby breton face au Stade Rennais, une équipe désormais habituée à jouer le haut du classement. Au final, le FCN a su tenir le 0-0. Un résultat pas franchement idéal pour le classement (les Canaris sont 17es).

Et dans le jeu ? Sur le papier, Domenech alignait un 4-4-2 assez compact. La consigne était claire : ne laisser aucun espace aux Rouge-et-Noir, quitte à passer la soirée à courir après le cuir. C’est d’ailleurs ce que les Nantais ont fait puisqu’ils ont eu que 28% de possession de balle. Niveau contenu, les Canaris ont certes eu les plus belles actions du match comme ce face-à-face perdu par Louza face à Salin (16e) ou le centre tir de Corchia (67e), mais dans son ensemble, les hôtes du soir ont surtout pensé à défendre.

Domenech est content

Pas de grands bouleversements donc depuis le départ de Christian Gourcuff. Mais pour Domenech, l’essentiel était ailleurs. « Au bilan comptable, ça ne fait qu'un point. Mais dans ce que j'ai vu dans l'envie, dans l'organisation, dans la solidité. L'envie d'être ensemble, de jouer ensemble contre une belle équipe. Cette équipe de Rennes a un vrai potentiel. Ce que j'ai gardé c'est ça. J’ai trouvé une équipe qui avait envie, qui s'est parlé, qui a joué ensemble, qui a défendu quand il fallait, qui a eu des possibilités de ressortir. Après un départ un peu timoré, on a commencé à se dire que c'était possible. J'ai bien aimé cette première dans l'envie », a-t-il déclaré en conférence de presse, avant de poursuivre.

« Si on avait pu le garder 90%, on l'aurait fait. Mais contre cette équipe c'est compliqué. On le savait, on savait qu'il fallait être capable de résister, de jouer. J'aurais bien aimé qu'on puisse le garder plus souvent, notamment durant les vingt premières minutes où on a tapé n'importe comment, on avait peur de jouer. C’est ce qu'il faut retrouver : la confiance. Ce match peut ramener de la sérénité. On a des joueurs capables de jouer, de construire. faut qu'ils en soient persuadés. J'ai le sentiment qu'on a mis la première pierre. Maintenant il faut continuer à améliorer le jeu. » A suivre.

Plus d'infos

Commentaires