Olympique Lyonnais : le nouveau coup de pression de Jean-Michel Aulas sur l'arbitrage

Rapidement réduit à dix et mené au score après l'ouverture du score de Laurienté, l'Olympique Lyonnais a trouvé les ressources nécessaires pour arracher l'égalisation face à Lorient (1-1). Pointant à la septième place de Ligue 1, les Rhodaniens ont également perdu Denayer et Slimani sur blessure. Une soirée frustrante après celle vécue au Parc des Princes dimanche dernier lors de la défaite face au PSG (1-2). Et pour Jean-Michel Aulas, le président de l'OL, l'arbitrage est une nouvelle fois responsable du scénario final.

Jean Michel Aulas lors d'une conférence de presse
Jean Michel Aulas lors d'une conférence de presse ©Maxppp

Tenu en échec par Lorient sur sa pelouse du Groupama Stadium (1-1), l'Olympique Lyonnais, réduit à dix dès la 15ème minute de jeu après le carton rouge reçu par Emerson, a puisé dans ses ressources pour sauver l'essentiel ce samedi soir. Grâce à l'égalisation de Toko Ekambi, bien servi par Slimani, les Rhodaniens évitent le pire et pointent désormais à la septième place de Ligue 1. Un résultat qui pourrait ressembler à un bon point de pris au regard du scénario, qui plus est avec les sorties sur blessure de Denayer et Slimani pour des Lyonnais déjà privés de Moussa Dembélé.

La suite après cette publicité

Pourtant aux yeux de Jean-Michel Aulas, le constat est tout autre et l'arbitrage en a encore pris pour son grade à l'issue de la rencontre. La cause ? Ce fameux carton rouge reçu par la nouvelle recrue Emerson, coupable d'un léger accrochage sur Le Fée (15e). Un nouveau fait de jeu défavorable pour l'OL qui intervient une semaine, seulement, après les polémiques du penalty concédé par Malo Gusto sur Neymar : «je pense que, un peu comme à Paris bizarrement, nous sommes déçus. Pas du résultat, mais de la qualité de l'arbitrage et ce que le VAR ne fait pas. On est en train d'analyser le carton rouge. Pour moi, le joueur est à un mètre derrière et touche le talon d'Emerson, mais il n'y a pas faute. Après, deuxième erreur : la perte du ballon, comment peut-on siffler ? Troisième erreur : Denayer est derrière Emerson et donc il n'est pas le dernier défenseur. De plus, le coup franc est tiré sept mètres plus loin que la faute sifflée», a ainsi déclaré le patron du club rhodanien au micro de Prime Video.

Jean-Michel Aulas fustige l'attitude des arbitres vis à vis du VAR

Pour le président de l'OL, ce carton rouge, qui change logiquement le scénario du match, n'est donc pas justifié mais malgré l'intervention du VAR, aucune erreur manifeste de l'arbitre n'a finalement été signalée. Là encore, le patron lyonnais s'insurge et s'inquiète pour la suite du championnat : « c'est une immense déception, car le VAR n'apporte pas ce qu'il devrait apporter, les arbitres peuvent se tromper, surtout comme ce soir, quand ils ont moins d'expérience. Le VAR doit être là pour cela (ndlr : aider les arbitres), mais cela n'a pas été le cas. Il y a des enjeux importants, je ne vais pas revenir sur ce qu'il s'est passé au Parc des Princes, personne n'a pris la parole, personne n'a rien dit et cela peut modifier le cours du championnat. »

Remettant en cause le comportement des arbitres vis à vis de cet outil technologique, introduit pour faciliter les décisions arbitrales, Jean-Michel Aulas a malgré tout tenu à souligner le travail de Peter Bosz : «je félicite Peter pour son travail et sa qualité, on est bien équipé, on joue avec sept blessés mais on va continuer et essayer de challenger», avant de conclure par un nouveau coup de pression sur la Ligue de Football Professionnel : «il faut que la Ligue se prenne en main pour ne pas fausser le Championnat avec des décisions comme celles-là.» Le message est passé.

Plus d'infos

Commentaires