Sébastien Corchia : « si je quittais Séville maintenant, je préférerais probablement rentrer en France »

À 29 ans, Sébastien Corchia a encore et toujours faim de football. Motivé et prêt à mettre ses qualités au service du collectif, le latéral droit a conservé son amour du ballon rond et sa volonté de poursuivre une carrière où il a eu l'occasion de porter les maillots de Sochaux, Le Mans, Lille, Séville, Benfica et l'Espanyol Barcelone. Mais le joueur sous contrat jusqu'en 2021 au sein du club andalou arrive à un tournant. Pour Foot Mercato, celui qui est totalement remis de l'arthroscopie du genou qu'il a subi en décembre 2019 a évoqué son avenir. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il envisage toutes les possibilités. Entretien.

Prêté l'an dernier à l'Espanyol, Sébastien Corchia (Séville) se confie pour FM.
Prêté l'an dernier à l'Espanyol, Sébastien Corchia (Séville) se confie pour FM. ©Maxppp

Foot Mercato : l'année dernière à la même époque, le 21 août 2019, vous veniez d'arriver en prêt à l'Espanyol. Comment cette saison à Barcelone s'est-elle passée ?

La suite après cette publicité

Sébastien Corchia : c'était vraiment une saison très agitée entre ma blessure et la longue coupure liée au coronavirus. Cela a allongé ma phase de récupération bien sûr (il a subi une arthroscopie du genou en décembre 2019 mais à cause de la pause liée au covid-19 il a pris du retard dans sa récupération et n'est pas revenu en fin de saison dernière, ndlr). C'était aussi agité avec les différents coaches. Tout avait commencé parfaitement pour moi avec ce prêt à l'Espanyol. Personnellement, j'ai vécu de bons débuts là-bas sous les ordres de Gallego. J'ai réalisé de bonnes performances et j'ai été performant aussi bien en défense qu'en attaque comme les statistiques le prouvent. C'était extrêmement malheureux pour moi de retrouver Pablo Machin en tant que coach car évidemment il ne voulait pas m'utiliser autant que je le souhaitais. C'était exactement la même chose que quand il était l'entraîneur de Séville.*

FM : à l'issue de l'exercice 2019-20, vous êtes retourné à Séville, club auquel vous appartenez encore pour une saison. Où en êtes-vous actuellement ?

S.C : je suis de retour à Séville après une année en prêt à l'Espanyol et, en ce moment, je m'entraîne au club. Je me sens physiquement et mentalement en forme pour cette nouvelle saison. Je suis à 100% prêt à jouer. Je suis optimiste concernant l'avenir puisque je suis au meilleur âge pour un joueur de football. Je sens que je peux bénéficier de ma grande expérience dans les grands championnats et dans les rencontres européennes. Je veux retrouver la cohérence et la régularité que j'ai eu durant ma première partie de saison à Séville et quand je jouais chaque match de la saison en France, au LOSC.

FM : nous sommes en période de mercato, avez-vous des touches ?

S.C : je peux confirmer qu'il y a un intérêt d'un top club en Grèce, mais bien sûr je ne peux pas donner le nom de ce club. Cependant, je dirais que les deux scénarios les plus réalistes à l'heure actuelle sont les suivants : soit je reviendrai en France, soit je resterai à Séville pour effectuer ma dernière année de contrat (...) Je serais ouvert à un challenge, nouveau et excitant, dans un bon club. Mais si la bonne offre ne vient pas, je resterai avec Séville cette saison. C'est une équipe énorme avec beaucoup de super joueur. Et si je reste ici, j'ai un gros appétit afin de jouer au football, me battre pour une place dans l'équipe et travailler dur pour aider l'équipe. Puis, je pourrai partir libre l'été prochain.

FM : honnêtement, pensez-vous quitter Séville ? Quels championnats peuvent vous intéresser ?

S.C : je n'ai rien décidé encore. Mon agent travaille sur le marché. Il y a encore du temps durant ce mercato et il y a eu un certain intérêt de différents clubs, de différentes ligues comme la Ligue 1. Puis, j'ai entendu parler d'un top club en Grèce. On a aussi parlé de l'Italie. La Serie A pourrait être une ligue intéressante pour moi. La chose la plus importante est que je sente que c'est le projet parfait pour moi mais également pour ma famille. Et pour être honnête, si je quittais Séville maintenant, je préférerais probablement rentrer en France. Mais nous sommes d'accord, cela doit être pour le bon projet.

Plus d'infos

Commentaires