Décidément, la ville de New York semble avoir des effets bénéfiques pour les vieilles gloires du football européen. Andrea Pirlo n’a absolument rien perdu de sa magie et de sa classe, pendant que David Villa continue d’empiler les buts à tel point qu’il est même meilleur buteur de la Major League Soccer. Un temps en retrait - à tel point qu’il avait été vilipendé par les supporters et certains journalistes américains qui l’ont nommé pire recrue de l’histoire de la MLS - l’autre gros nom de cette équipe du NYCFC, Frank Lampard, a réussi à prendre le bon wagon et fait partie des meilleurs éléments de la ligue. S’il a toujours réussi à faire trembler les filets en Angleterre, l’ancien milieu des Three Lions s’est réellement découvert une facette de buteur cette saison, avec 11 réalisations en 16 rencontres de MLS !

Jeudi encore, la légende de Chelsea a été décisive, avec deux buts en fin de match pour donner la victoire au club de la Big Apple face au DC United. « Il faut quelque chose de spécial pour marquer à un moment aussi crucial de la rencontre. Ce soir, c’était Frank. Je suis très content pour lui parce qu’il a traversé une période très difficile. Il n’a pas joué durant la pré-saison. La façon dont il répond est fantastique, il montre à quel point il est bon. Marquer des buts, c’est quelque chose qu’il faisait déjà avant, mais à continuer à le faire à ce niveau, c’est incroyable », expliquait-alors Patrick Vieira, entraîneur du NYCFC, leader de la conférence est de la MLS avec un petit avantage d’un point sur Toronto.

Pour l’anecdote, avant le match contre DC United, Bill de Blasio, maire de New York, avait remis une plaque commémorative au joueur pour ses 300 buts en carrière... sauf qu’avant le coup d’envoi, il n’en comptait que 299 ! Fort heureusement, la barre des 300 a été dépassée dans les 90 minutes suivantes. Aligné aux côtés de Pirlo et d’Andoni Iraola dans l’entrejeu new-yorkais, il vient régulièrement prêter main forte aux joueurs offensifs de l’équipe, à savoir Jack Harrison, David Villa, Thomas McNamara ou Steven Mendoza. De quoi faire du New York City FC un des candidats pour le titre final pour sa deuxième saison d’existence seulement, n’ayant même pas réussi à se qualifier pour les play-offs lors du précédent exercice...