C’était l’affiche de ces seizièmes de finale de la Coupe de la Ligue. L’AS Monaco recevait au Stade Louis-II les Olympiens d’André Villas-Boas. Pour cette rencontre, pas de Benedetto, suspendu, mais Marley Aké était titulaire aux côtés de Germain dans un 4-4-2. Côté Monaco, pas de Ben Yedder ni de Slimani, mais un duo composé de Keita Baldé et de Jean-Kevin Augustin. Cette confrontation a été de courte durée pour Cesc Fabregas puisque l’Espagnol sortait sur blessure, se tenant la cuisse, dès la 13e minute. Il était ainsi remplacé par Golovin.

Dès les premiers instants, les Phocéens se rassuraient en conservant le ballon. C’est ainsi que vint la première grosse occasion de la rencontre. Bien servi dans le dos de la défense par Bouna Sarr, Marley Aké croisait trop sa frappe (13e). Jean-Kevin Augustin, lui répondait quelques instants plus tard (16e). Mais le jeu des Asémistes changeait depuis l’entrée de Golovin. Ils étaient ainsi bien plus entreprenants. Adrien Silva testait de loin Mandanda (22e) avant l’ouverture du score. Sur le côté droit, Aguilar avait tout le temps pour centrer et trouvait Jean-Kevin Augustin qui marquait un superbe but (1-0, 26e). En difficulté, les Marseillais peinaient à réagir. Pis encore, les Olympiens ne parvenaient pas à ressortir de leur moitié de terrain. Les Monégasques s’enhardissaient et n’allaient pas tarder à retrouver le chemin des filets. Jean-Kevin Augustin repiquait vers l’axe et tentait sa chance. Mandanda repoussait du pied, mais personne ne suivait à part Ruben Aguilar, qui ne se privait pas de marquer (2-0, 40e). À la pause, l’OM était logiquement mené.

Bonne entrée de Radonjic

Pour cette seconde période, André Villas-Boas tentait de changer les choses en changeant de système. Exit le 4-4-2 et bonjour au 4-3-3. Pour ce faire, le Portugais faisait entrer en jeu Valentin Rongier en lieu et place de Marley Aké et Nemanja Radonjic allait amener sa vitesse puisque le Serbe remplaçait Bouna Sarr. Pourtant, malgré une possession de balle plus équilibrée, les Marseillais avaient bien du mal à se montrer très dangereux. La première véritable occasion venait d’une frappe assez soudaine de Nemanja Radonjic (67e). Dans la foulée, AVB changeait à nouveau et faisait entrer Saîf-Eddine Khaoui à la place d’un Kevin Strootman très discret (68e).

Finalement, l’Olympique de Marseille allait revenir au score. Bien servi côté gauche, Dimitri Payet faisait un petit numéro, longeait la ligne de touche puis frappait. Le cuir heurtait le talon de Lecomte et finissait au fond des filets (2-1, 77e). Pour calmer les ardeurs des visiteurs, Leonardo Jardim faisait rentrer Wissam Ben Yedder. Mais cela n’impressionnait pas les Olympiens qui continuaient à tenter leur chance. C’est ainsi que Radonjic, d’une merveille d’extérieur du pied, tentait de trouver la lucarne opposée sans succès (86e). Mais finalement, les Marseillais n’arrivaient pas à renverser la vapeur et s’inclinaient donc sur le score de deux buts à un.

Retrouvez le film du match sur notre live commenté.

- L’homme du match : Golovin (7) : qui a été la pièce du renouveau de Monaco en première mi-temps. Très remuant et très disponible, il a été à l’origine de nombreux mouvements de par ses interceptions, et ses gestes techniques pleins de réussites. Malgré les coups reçus, il n’a pas lésiné sur les efforts en seconde période bien que la rencontre ait été plus équilibrée. Il aurait pu inscrire un but en toute fin de rencontre, mais il a buté sur Mandanda (90e+5).

Monaco :

- Lecomte (4) : une première mi-temps plutôt tranquille pour le portier monégasque, mais il y a des choses à en dire. S’il n’a pas été inquiété par la frappe d’Amavi qui termine au-dessus (8e), il a eu une petite frayeur sur l’occasion d’Aké (16e) avant d’être l’auteur d’une relance ratée qui aurait pu coûter cher, mais cela n’a eu aucune conséquence (20e). Il s’est totalement troué sur une frappe de Payet qui n’était pas cadrée et qui a relancé l’OM (77e).

- B.Touré (5,5) : le défenseur n’a pas vraiment été un grand acteur de la rencontre en première mi-temps. Beaucoup de pertes de balle ainsi que des duels non remportés à mettre à son actif et cela ne s’est guère amélioré en seconde période. Outre cela, il a tout de même réussi quelques dégagements et autres interceptions alors que son équipe reculait face à la possession de l’OM. 

- Maripan (6) : le central n’a pas eu énormément de travail à faire si ce n’est de gêner Aké sur son occasion qui aurait pu amener l’ouverture du score (16e). Il aura eu plus de travail à faire en seconde période avec les tentatives de l’OM qui se sont multipliées. Il aura effectué pas mal de dégagements en défense, n’hésitant pas a relancer son équipe.

- Jemerson (5) : début de rencontre compliqué pour lui. Il a écopé d’un carton jaune après une faute sur Aké (19e), mais il a été un peu plus à son avantage après l’ouverture de l’ASM, à l’image de sa bonne couverture sur Amavi, envoyé en profondeur (32e). Mais cela ne lui empêche pas d’avoir été le défenseur le plus en difficulté pendant cette rencontre.

- Aguilar (7) : lui aussi était en difficulté dans les premières minutes, dribblé notamment par Amavi sur la première occasion du match (8e). Il a été plus efficace par la suite. Il a d’abord été passeur décisif sur l’ouverture du score d’Augustin (25e) avant d’inscrire le second but de son équipe après avoir récupéré le ballon suite à un arrêt de Mandanda (40e). Il n’a pas hésité à faire les efforts que ce soit offensivement ou défensivement tout au long du match.

- Henrichs (4,5) : il a été moins en vue que son coéquipier dans le milieu de terrain, mais cela ne l’a pas empêché d’être dans les bons coups et dans les relances amenant le danger dans le camp marseillais. Par la suite, en seconde période, il aura manqué un peu d’agressivité lorsque l’OM avait le ballon. Il a aussi effectué quelques fautes donnant quelques cartouches aux Marseillais, sans danger derrière.

- Fabregas (non noté) : il n’aura pas tenu bien longtemps sur le terrain. Le capitaine monégasque a en effet dû laisser sa place après s’être tenu la cuisse droite (13e). Remplacé par Golovin (13e - note : 7) voir ci-dessus.

- Adrien Silva (5,5) : le milieu de terrain a vite récupéré le brassard de capitaine après la sortie sur blessure de Fabregas (13e). Mis à l’épreuve dans beaucoup de duels, il a réussi à en remporter la majorité. En dehors de cela, il a frappé en dehors de la surface captée par Mandanda (22e). Remplacé par Dias (78e) qui a perdu de nombreux ballons et permis de relancer l’OM. 

- Badiashile (5) : il a été un peu plus en mouvement que son coéquipier sur son côté gauche, se montrant notamment plus stable dans ses duels face à Sarr ou encore Germain lors de la première période. Il a été auteur d’une frappe non cadrée (51e). Une performance un peu à l’image de son homologue dans son couloir.

- Keita Baldé (4) : assez remuant lors de la première période, il lui aura manqué des occasions franches pour se montrer un peu plus efficace alors qu’il a fait de nombreux appels en profondeur. Même constat pour l’ancien joueur de la Lazio Rome qui au final n’a été l’auteur d’aucune frappe au but. Remplacé par Ben Yedder (77e) qui s’est montré disponible, mais qui a vu son équipe reculer au fil des dernières minutes du match.

- Augustin (7) : L’ancien Parisien a rentabilisé les minutes qui lui ont été offertes ce soir. Il a été l’auteur de la première frappe de Monaco qui a manqué de puissance et facilement captée par Mandanda (17e). Puis il a ouvert le score sur la réception d’un centre d’Aguilar (25e). Auteur d’une nouvelle frappe, il a vu le portier marseillais stopper son occasion, mais cela a amené le second but par Aguilar (40e). En seconde période, il aura été moins en évidence et s’est procuré moins d’occasions.

Marseille :

- Mandanda (6) : il s’est montré relativement à l’aise en première période, repoussant quelques assauts, notamment une frappe d’André Silva. Toutefois, il ne peut absolument rien sur cette frappe surpuissante de Jean-Kevin Augustin (26e). Il repousse une frappe d’Augustin, mais personne ne suit et Aguilar marque dans le but quasi vide (40e).

- Amavi (6) : le héros de Paris, dixit Villas-Boas, a été offensivement très intéressant. Il s’est beaucoup dépensé et a tenté de bien défendre. Il est un peu loin de Ruben Aguilar sur l’ouverture du score de Jean-Kevin Augustin (26e). Il n’est absolument nulle part sur le but de Ruben Aguilar (40e). Plutôt solide en seconde période, il a réussi à bien enfermer ses adversaires directs.

- Kamara (5) : il avait passé un sale moment au Parc des Princes et visiblement cela n’a pas été mieux ce mercredi soir en Principauté. Sur le but de Jean-Kevin Augustin, il manque d’agressivité et semble regarder l’attaquant crucifier son portier (26e). Un brin plus sur en seconde période.

- Caleta-Car (5,5) : probablement le meilleur marseillais dimanche soir et ce soir il a essayé de rester sobre. On se demande quand même ce qu’il fait sur l’ouverture du score de l’AS Monaco même si ce n’est pas le premier coupable (26e). En seconde période, il écope d’un carton jaune qui le privera d’un prochain match de l’OM.

- Sakai (5) : le Samouraï a aussi pris l’eau à Paris. Ce soir, on a retrouvé celui qu’on connaissait. Il est volontaire, avec beaucoup d’abnégation, mais ça ne suffit pas toujours. Il était parfois en retard et surtout, il a peu proposé de l’aide à Bouna Sarr qui évoluait devant lui. Un peu mieux offensivement en seconde période, il est resté courageux malgré quelques duels âpres.

- Sanson (4,5) : Morgan Sanson est quelqu’un de volontaire, c’est sûr. Mais parfois il s’entête à vouloir aller tout droit et il passe donc tout son temps à foncer tête baissée et à s’enfermer. Souvent, en première période, il a gardé le ballon trop longtemps et a empêché certaines offensives des siens d’être plus tranchantes. On l’a carrément moins vu en seconde période. Inégal.

- Strootman (4) : pour être tout à fait honnête, on a pas beaucoup vu l’international néerlandais ce mercredi soir. Emprunté, peut-être un peu fatigué de la rencontre de dimanche soir. On l’a seulement aperçu lorsqu’il a perdu des ballons dangereux qui ont occasionné des tentatives monégasques. Remplacé par Saîf-Eddine Khaoui (68e), qui a tenté d’amener sa finesse tactique.

- Sarr (4) : repositionné ailier droit pour l’occasion, Bouna Sarr n’a pas fait beaucoup de différences sur son aile, fonçant régulièrement directement en touche ou en sortie de but. Il a tenté d’aider Hiroki Sakai défensivement, pas toujours avec classe et succès. Remplacé à la pause par Nemanja Radonjic (6). Le Serbe semble être en forme en ce moment. C’est lui qui a probablement été l’homme le plus dangereux en seconde période avec notamment deux frappes bien senties.

- Payet (6) : il est clairement le meneur de jeu de l’Olympique de Marseille, l’élément le plus créatif. On l’a souvent vu revenir très bas pour essayer d’organiser le jeu. Alors forcément, si on le trouve dans sa partie de terrain, il est plus compliqué d’organiser de vraies actions dangereuses. Il a tenté, mais sans succès. Trouvé plus haut en seconde période, il a réussi à trouver la faille après un joli numéro côté gauche (77e).

- Aké (5,5) : première titularisation pour le minot de l’OM. Il a tenté sa chance, mais croisait trop sa frappe (13e). Il s’est montré sûr balle au pied, avec de bonnes capacités de dribbles, mais surtout il était très remuant et semble avoir une qualité d’appel plus haute que la moyenne. Remplacé par Valentin Rongier (5) à la pause. il a au moins eu le mérite d’apporter un petit peu d’équilibre au milieu. C’est sur, il ne se cache pas, mais garde encore un peu de déchets dans son jeu.

- Germain (4,5) : généreux, Valère Germain a mouillé le maillot ce mercredi soir. Leader de l’attaque phocéenne, il a beaucoup décroché pour tenter d’aider les siens à construire le jeu et à permettre à Dimitri Payet d’évoluer plus haut. L’ancien Monégasque a essayé de trouver les bonnes remises, mais sans toujours réussir. Positionné en point en seconde période, il n’a pas eu beaucoup d’occasions à se mettre sous la dent.