De bonnes résolutions à prendre. En ce début d’année 2019, l’Olympique Lyonnais va devoir moins gâcher que lors de la première partie de saison. En effet, les Gones ont souvent un nombre important d’occasions franches durant les matches, mais ils pêchent dans le dernier geste. Ce qu’avait pointé du doigt Bruno Genesio lundi en conférence de presse. « Le ratio entre le nombre d’occasions créées et le nombre de buts est embêtant. On marquait plus la saison dernière sur moins d’occasions. Mariano avait cette qualité-là. L’axe de progression est dans ce domaine. » Et il y a encore du pain sur la planche. Mardi soir en quart de finale de Coupe de la Ligue face à Strasbourg, les Rhodaniens ont touché les poteaux à trois reprises après des tirs de Martin Terrier (43e) et Memphis Depay (45e) ainsi qu’un coup franc de Nabil Fekir (73e). Ce dernier, qui n’était pas dans un grand soir hier, a même manqué un pénalty (45e+3).

Lyon a eu d’autres opportunités avec Terrier, qui récupérait le ballon sur le coup-franc de Fekir mais butait sur Kamara (73e), ou Moussa Dembélé de la tête (80e). Malgré un but de Bertand Traoré, entré à la mi-temps (1-1, 49e), les Lyonnais n’arrivaient pas donc à trouver la mire malgré de nombreuses occasions. Ce qu’ils avaient réussi à faire samedi face à Bourges Foot en Coupe de France, malgré des maladresses (victoire 0-2). Hier soir, Bruno Genesio dressait un constat lucide après l’élimination face au RCSA. « On a beaucoup manqué de réussite puisqu’on frappe trois fois sur les montants, il y a un pénalty raté. Ça fait beaucoup (...) Peut-être qu’on n’a pas eu la réussite parce qu’on a eu un manque d’agressivité, un manque d’engagement et d’envie pour faire mieux que ce qu’on a fait devant le but. Je dis souvent qu’on a que ce qu’on mérite donc si on a frappé les poteaux, c’est qu’on ne méritait peut-être pas mieux ».

Lyon peine à conclure

Même son de cloche du côté de Martin Terrier, dont les propos sont relayés par le site officiel de l’OL. « Il a manqué de la réussite et de l’agressivité dans le dernier geste. On ne peut s’en vouloir qu’à nous-mêmes. Dans le foot, il faut marquer des buts. Et c’est ce qu’ils ont fait, contrairement à nous. La solidarité est leur qualité première. Ce n’est peut-être pas beau à voir mais c’est efficace. Ce sont des qualités importantes dans le sport collectif. » Un avis qu’a partagé Fernando Marçal. « C’est frustrant. On fait un bon match dans l’ensemble. On a besoin de marquer plus de buts car on a beaucoup d’occasions pour le faire ». Mais les pensionnaires du Groupama Stadium ratent le plus important : la finition. Si on compare, l’an dernier au même stade de la saison, l’OL en était à 61 buts toutes compétitions confondues en 27 matches (6 janvier 2018). Cette saison, Lyon a marqué 46 buts en 27 rencontres toutes compétitions confondues, soit 15 buts de moins.

Lyon est loin de ses temps de passage. Outre le manque de réussite, plusieurs raisons expliquent cela. L’absence de Mariano Diaz se fait sentir par exemple (14 buts au même moment de la saison en janvier 2018, 21 au total en fin de saison). Son obsession du but et sa grinta manquent. Arrivés cet été entre Rhône et Saône, Moussa Dembélé (6 buts) et Martin Terrier (4 buts), eux, doivent encore s’adapter et trouver leur place. De leurs côtés, Nabil Fekir (7 buts contre 16 au même stade l’an dernier) et Memphis Depay (6 buts contre 10 l’an passé au même stade) demeurent des leaders offensifs mais sont moins réguliers et moins tueurs. D’autres le sont un peu plus cette saison comme Houssem Aouar. C’est le milieu de terrain qui est l’actuel meilleur buteur de l’OL en L1 (6 buts). Une Ligue 1 où l’OL possède la deuxième meilleure attaque avec Strasbourg et l’OM avec 30 buts au total, soit 16 de moins que l’an dernier à mi-saison (46 buts après 19 journées en 2017-18). Quand la mire sera enfin réglée, nul doute que les troupes de Bruno Genesio empileront les buts !

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10