Vingt jours après les demi-finales retour, la grande finale de la Ligue Europa avait enfin lieu, ce mercredi soir au Stade Olympique de Bakou en Azerbaïdjan. Et comme en Ligue des Champions, avec une finale entre Tottenham et Liverpool, deux clubs anglais s’affrontaient pour le titre, à savoir le Chelsea de Maurizio Sarri et la formation d’Arsenal d’Unai Emery. Un duel pas nouveau puisque les deux équipes s’étaient déjà affrontées cette saison, avec une victoire pour Arsenal (2-0) en janvier et un succès de Chelsea (3-2) en août, les deux en Premier League. Mais cette fois-ci, les deux clubs anglais croisaient bel et bien le fer sur la scène européenne, une première depuis 2004 et des quarts de finale de C1 (qualification des Blues, ndlr). Pour ce choc, Maurizio Sarri alignait son 4-3-3 avec Kanté dans le onze de départ, lui qui était incertain, et Giroud en pointe. Pour les Gunners, Unai Emery optait pour un 3-4-1-2 avec Özil en soutien de l’infernal duo Lacazette-Aubameyang.

Cette finale de C3 mettait du temps à démarrer, avec un long round d’observation où les Blues conservaient le ballon face à des Gunners bien en place. Les hommes d’Unai Emery opéraient en contre et sur un centre de Maitland-Niles repoussé par Kepa, Aubameyang se créait la première opportunité mais voyait sa demi-volée passer à côté (9e). Petit à petit, les visiteurs sur le papier prenaient les choses en main car les Blues n’arrivaient pas à approcher la surface adverse. À environ 25 mètres des cages de Kepa, Xhaka offrait d’ailleurs une grosse frayeur avec une lourde frappe qui effleurait la barre transversale (28e). Du côté de l’équipe de Maurizio Sarri, il fallait attendre la 34e minute pour la première réelle occasion. Assez actif dans son couloir, Emerson obligeait Cech à réaliser une parade (34e). Reboostés, les Blues frôlaient même l’ouverture du score sur l’occasion suivante. À l’entrée de la surface, Giroud décochait une frappe croisée que le portier tchèque écartait d’une main ferme (39e).

Olivier Giroud et Eden Hazard en grande forme !

Après une première période où chaque équipe aura eu son temps fort, l’arbitre renvoyait les deux formations aux vestiaires sur ce score nul et vierge. Mais après la pause, le tableau d’affichage changeait rapidement. Trouvé côté gauche, Emerson déposait le ballon au niveau du point de penalty. Plus entreprenant que Koscielny, Giroud catapultait le cuir au fond des filets de la tête (49e, 1-0). Désormais devant dans cette finale, les Blues posaient de plus en plus le pied sur le ballon face à des Gunners qui semblaient être restés aux vestiaires. Et chaque action se transformait en but. Après un bon travail, Kovacic décalait Hazard qui servait Pedro sur un plateau. L’ailier espagnol ajustait ensuite Cech du gauche (60e). Mais le cauchemar d’Arsenal ne faisait que commencer. Quatre minutes plus tard, Giroud obtenait un penalty pour une faute de Maitland-Niles. Hazard s’emparait du ballon et prenait Cech à contre-pied (65e, 3-0). Avec cette belle avance, les hommes de Maurizio Sarri levaient cependant un peu le pied, et les Gunners en profitaient.

Entré en jeu quelques minutes plus tôt, Iwobi ne se posait aucune question et envoyait un boulet de canon au fond des filets pour relancer sa formation (69e, 3-1). De quoi perturber les Blues ? Pas du tout puisque trois minutes plus tard, Hazard inscrivait un doublé. Pris dans la surface, Giroud arrivait tout de même à adresser une magnifique passe à destination du Belge, qui ne laissait aucune chance à Cech (72e, 4-1). L’international belge passait même tout près du triplé mais le portier tchèque se couchait bien sur sa frappe enroulée (75e). Derrière, Willian (79e) et Azpilicueta (81e) ne réussissaient pas à aggraver la marque. De l’autre côté du terrain, la défense de Chelsea laissait un peu plus d’espaces. Les Gunners tentaient alors d’en profiter mais Kepa et Christensen s’interposaient (82e) avant que le jeune Willock ne manque le cadre (84e). Au final, le score ne changeait plus. Chelsea s’imposait donc 4-1 pour remporter cette Ligue Europa 2018-2019 !

Revivez le film du match sur notre live commenté.

L’homme du match : Hazard (9) : on l’attendait forcément dans cette finale. Et sur la pelouse du Stade Olympique de Bakou, l’international belge a brillé ! Toujours très actif, le feu follet des Blues a fait très mal aux Gunners, qui n’ont jamais trouvé la solution pour le stopper. Sans réussite en première période, il a finalement tout cassé dans le deuxième acte. Après une passe décisive pour Pedro (60e), le natif de La Louvière s’est ensuite transformé en buteur à deux reprises pour mettre son équipe à l’abri (65e, 72e). Un de ses meilleurs matches de la saison, et au meilleur moment !

Chelsea

- Kepa (6,5) : pas forcément très rassurant cette saison, le portier espagnol a cette fois-ci répondu présent, et ce rapidement dans ce match. Pas forcément inquiété en première période, avec seulement une intervention intervention (9e), l’ancien gardien de l’Athletic a ensuite frôlé le penalty en sortant sur Lacazette mais l’arbitre n’a pas bronché (18e). Derrière, il a vu la frappe de Xhaka toucher de peu la barre (28e). Après la pause, il n’a absolument rien eu à faire sauf à la 82e minute où il a remporté son duel avec Lacazette. Et sur le but d’Iwobi, il n’a pu que constater les dégâts (69e).

- Azpilicueta (8) : habitué à réaliser de grandes prestations en défense, l’ancien joueur de l’Olympique de Marseille a encore tenu son rang ce soir. Du début à la fin du match, le latéral espagnol a multiplié les interventions décisives, notamment dans le premier acte (16e, 17e, 23e, 27e, 32e). Revenu sur la pelouse avec la même envie et surtout le même niveau, le capitaine des Blues a continué sur sa lancée pour terminer quasiment sur un sans-faute, puisqu’il a un peu oublié Willock sur une grosse occasion adverse (84e). Juste avant, il a même failli trouver le chemin des filets (81e). Une prestation XXL !

- Christensen (7) : après une première période où on ne l’a pas beaucoup vu, le défenseur central danois a haussé son niveau de jeu au retour des vestiaires. Présent dans sa surface, notamment dans le jeu aérien, le joueur de 23 ans s’est imposé sur quelques situations dangereux, comme à la 82e minute. Son match est donc plutôt réussi.

- David Luiz (6,5) : le défenseur brésilien de Chelsea a été très solide en première période, en écartant souvent le danger surtout sur les corners. Contrairement à son coéquipier en charnière centrale, il a été un tout petit peu moins en vue ensuite, mais il a tout de même été au rendez-vous. Son duo avec le Danois a bien fonctionné.

- Emerson (7,5) : la surprise du chef ! En concurrence avec Marcos Alonso, le latéral brésilien a finalement été choisi, et ce dernier a réalisé une belle prestation. Assez offensif, il a bien contenu Maitland-Niles, tout en étant dangereux aux avant-postes. La preuve, après une frappe repoussée (29e), il a buté sur Cech (34e). Il s’est même transformé en passeur au retour des vestiaires en trouvant parfaitement Giroud à la 49e minute. Un match plein de sa part.

- Kanté (6) : incertain pour cette finale à cause d’une blessure au genou, l’international français a finalement débuté cette partie. Habituellement partout sur la pelouse, il a cette fois-ci un peu moins couru à première vue, certainement à cause de sa blessure. Globalement, le Parisien a tout de même rempli sa part du contrat en réalisant un bon travail de récupération devant sa défense.

- Jorginho (6,5) : l’ancien milieu de terrain du Napoli a écœuré ses adversaires du jour. Présent devant sa défense, l’international italien a multiplié les tacles et est toujours allé au duel pour gratter des ballons. Si la défense n’a pas forcément eu énormément de travail, c’est aussi grâce à son travail.

- Kovacic (8) : sur les trois milieux de Chelsea, c’est lui qui a réalisé le meilleur match. Dans cette position de numéro 8, l’international croate a eu beaucoup de libertés. L’ancien joueur du Real Madrid n’a rien laissé passer, récupérant plusieurs ballons pour ensuite se projeter rapidement vers l’avant. Il a en effet réalisé plusieurs percées intéressantes. Son travail a donc été très précieux pour l’équipe de Maurizio Sarri. Le technicien italien l’a d’ailleurs remplacé par Barkley (76e).

- Pedro (7) : l’ailier espagnol se dirigeait tout droit vers une prestation décevante. Titulaire côté droit, le joueur âgé de 31 ans n’a en effet pas eu grand-chose à se mettre sous la dent dans le premier acte. Suffisant pour l’agacer, lui qui a récolté un avertissement pour contestation après la pause (56e). Mais finalement, l’ancien joueur du Barça a montré un tout autre visage derrière. Auteur du deuxième but (60e), il a ensuite réalisé un énorme travail pour trouver Giroud sur l’action du penalty (65e). Son deuxième acte a donc été bien meilleur, et heureusement pour lui. Remplacé par Willian (71e).

- Giroud (8,5) : préféré à Higuain pour occuper la pointe de l’attaque, l’international français a donné raison à Maurizio Sarri. Après une première période où on l’a senti en difficulté et durant laquelle il a vu Cech sortir sa première frappe (40e), il est revenu avec la même envie pour donner l’avantage aux siens d’un superbe coup de tête (49e). Un but qui l’a certainement boosté puisqu’il a derrière obtenu un penalty pour une charge dans le dos de Maitland-Niles (65e). Il a même terminé sa rencontre avec une belle passe décisive pour Hazard (72e). L’ancien joueur de Montpellier a réussi sa finale.

- Hazard (9) : voir ci-dessus

Arsenal

- Cech (5) : pour l’ultime rencontre de sa longue carrière, le Tchèque a été à la hauteur du rendez-vous mais aurait forcément espéré mieux. Du haut de ses trente-sept ans, le portier des Gunners voulait soulever un trophée déjà remporté six ans plus tôt. D’abord serein face à Emerson (32e), il s’est imposé brillamment sur une frappe d’Olivier Giroud (39e). Il ne peut strictement rien faire sur les quatre buts des Blues, et a même évité l’humiliation aux siens, notamment face à Willian (78e).

-  Kolasinac (4,5) : il a été l’un des joueurs d’Emery les plus en vue en première mi-temps. Positionné dans un rôle de piston à gauche, le Bosnien a failli trouver l’ouverture en voyant sa frappe être contrée par un adversaire (31e). Régulièrement aux avant-postes, il n’a jamais cessé de faire les efforts. Au retour des vestiaires, il a affiché un tout autre visage, bien peu aidé par ses coéquipiers qui ont vécu une soirée terrible, eux qui rêvaient pourtant de sacre.

- Monreal (4) : que dire de l’Espagnol ? La fin de sa carrière semble proche... Il n’a pas été le plus indigne sur la pelouse, mais a été dépassé par les événements à l’image de son attentisme sur le second but de Chelsea, où il oublie totalement Pedro (60e). Remplacé par l’international espoir Mathéo Guendouzi (66e), qui n’a pas pu faire mieux qu’accompagner ses coéquipiers dans leur chute.

- Koscielny (3,5) : malheureux en finale de l’Euro 2016, l’ancien Lorientais rêvait de remporter son premier trophée majeur, lui qui fêtera bientôt ses 34 ans. Auteur d’une première mi-temps correcte, le natif de Tulles a plongé au retour des vestiaires. Il se fait complètement prendre par Olivier Giroud sur le premier but de la rencontre (49e), avant de se noyer sur le reste de la rencontre. Avec le brassard autour du bras, il aurait dû faire mieux. Mais l’ancien international français est tout simplement passé à côté.

- Sokratis (5) : il couvre bien ses coéquipiers (28e), vient contrer plusieurs frappes dangereuses devant Emerson (28e) ou Azpilicueta (31e), ou encore ne se fait pas avoir par Eden Hazard (52e)... Ce n’est peut-être pas grand-chose, mais c’est déjà mieux que ses homologues en défense centrale. Le Grec était bien là, et il était quasiment le seul d’ailleurs.

-  Maitland-Niles (3) : en termes d’intensité, il a longtemps été au niveau de l’enjeu. Sa première mi-temps est intéressante, ses centres ayant posé quelques difficultés à la défense de Chelsea (8e, 59e). Malheureusement, à vouloir trop en faire, le jeune anglais a perdu des ballons extrêmement dangereux, à l’image de celui qui conduit à la seconde réalisation des hommes de Sarri. Sa soirée a tourné au cauchemar lorsqu’il est venu concéder un penalty après une faute sur Olivier Giroud (65e). Naïf, tout simplement.

-  Torreira (5) : la bonne surprise de la saison n’a rien pu faire ce soir. Son ouverture pour Alexandre Lacazette est sublime (22e), sa reprise contrée par Ngolo Kanté aurait pu modifier le cours du match (59e). Il n’a jamais abdiqué à la récupération, mais s’est souvent retrouvé seul au milieu de tous. Remplacé Alex Iwobi (66e), l’Uruguayen a quitté la pelouse de Bakou en larmes. Le but du Nigérian, absolument sublime (69e), lui a probablement redonné un peu d’espoir, mais l’espace de quelques minutes seulement.

- Xhaka (5,5) : sa lourde frappe qui frôle la barre de Kepa Arrizabalaga (27e) est la seule et unique véritable occasion des Gunners en première période. Lui aussi, comme Lucas Torreira a essayé, en vain... Le Suisse a été à la hauteur, à l’image de Cech ou de Sokratis. Mais à 4 contre 11, Arsenal ne pouvait forcément pas espérer mieux.

- Özil (2) : invisible. On se demanderait même s’il était bien du voyage ou si lui aussi, comme Henrik Mkhitaryan, s’est contenté d’assister de loin au naufrage des Gunners. Mais non, l’ancien du Real Madrid était bien en Azerbaïdjan ce soir, du moins sur le papier. Car sinon, mis à part une petite accélération (51e), il n’a rien fait. La tête complètement basse, l’Allemand a quitté le terrain par la toute petite porte, remplacé par Chris Willock (76e), qui a manqué l’occasion de sauver l’honneur à plusieurs reprises.

- Lacazette (4) : esseulé, introuvable, privé de ballon... L’ex-Lyonnais risque de ressasser longtemps cette finalement perdue du côté de Bakou. Buteur sur la pelouse de Naples, mais surtout auteur de trois réalisations en demi-finales face à Valence, le buteur a tenté, plus que plusieurs de ses compères sur le front de l’attaque... Il n’a même pas pu se consoler sur coup de pied arrêté, son coup-franc n’ayant pas accroché le cadre de Kepa Arrizabalaga (86e). Un match à oublier.

- Aubameyang (3,5) : ce n’était pas la soirée du Gabonais. L’ancien Stéphanois a totalement manqué sa finale européenne, la première de sa carrière. Techniquement très maladroit, son association avec Alexandre Lacazette, pourtant si efficace en temps normal, n’a également pas fonctionné ce soir. Que dire de plus ? Il n’a pas cadré lorsqu’il le fallait (8e), a manqué de précision dans la surface des Blues... Compliqué, très compliqué même.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10