Initialement prévu le samedi à 20 heures, la rencontre entre Nîmes et Rennes a été reporté à une date encore inconnue à l’heure actuelle. Les Bretons souhaitaient décalé la rencontre au dimanche afin d’avoir du repos après la Coupe de France et avant la Ligue Europa. Du coup, la LFP a repoussé le match, ce qui n’a pas plu au Nîmes Olympique.

Et si les dirigeants des Crocos ont adressé une missive à la LFP et tous les présidents de Ligue 1 mardi pour contester cette décision, ces derniers ont déclaré ne pas comprendre « cette décision qui va bouleverser une fois de plus le calendrier et remet en cause le principe d’équité sportive ». Du coup, selon L’Equipe, ces derniers vont saisir le Comité national olympique et sportif français (CNOSF) et le tribunal administratif.