Souvent critiqué pour son manque d’investissement dans le recrutement marseillais, le directeur sportif de l’OM, Andoni Zubizarreta, avait finalement réussi à faire venir Balotelli cet hiver, ce qui s’est révélé être un choix payant, puisque l’Italien a déjà inscrit cinq buts depuis son arrivée sur la Canebière. Un transfert qui a pu améliorer sa relation avec Rudi Garcia, alors que des désaccords entre les deux hommes avaient fuité dans la presse. Une histoire sur laquelle est revenu Jacques-Henri Eyraud : « Quand les choses vont mal, on essaie toujours de trouver les raisons au problème, a-t-il indiqué au Dauphiné Libéré. En France et ici à Marseille, j’ai lu tout et surtout n’importe quoi. Leur relation est tout à fait professionnelle et même, j’ai envie de dire, fluide si j’en juge ce qui se passe ailleurs. »

« Qu’il y ait des désaccords, c’est normal, a poursuivi le président de l’OM. J’ai même tendance à les encourager. Sur des sujets comme le recrutement, ce sont de discussions profondes et mêmes de désaccords que peuvent naître des décisions intéressantes. Je les écoute l’un et l’autre, je tranche « in fine ». On a un système qui fonctionne et qui repose sur le consensus. S’il n’y a pas de consensus, il n’y a pas de recrutement. C’est toujours un équilibre à trouver, qui est difficile, mais après tout, on n’a pas fait si mal que ça depuis deux ans et demi. »