José Mourinho n’est plus l’entraîneur de Manchester United. La nouvelle est tombée mardi aux alentours de 11 heures, avec un communiqué laconique publié sur le site des Red Devils. Les photos du Special One repartant de Carrington en voiture après avoir appris la nouvelle ont fleuri sur les sites anglais et même le compte Twitter de l’aéroport de Manchester a été mis à contribution pour moquer l’entraîneur lusitanien, en évoquant les prochains vols à destination du Portugal. Quelle direction va justement prendre Mourinho après ce nouvel échec ? Sûrement celle des vacances, agrémentées d’un joli pactole.

Mais après ? La fin prématurée de son aventure sur le banc mancunien met un coup à son aura et à sa réputation d’entraîneur à succès, puisqu’il n’aura rien gagné depuis la Ligue Europa et la Coupe de la Ligue en 2017. Cela refroidira-t-il d’éventuels courtisans ? Eh bien pas vraiment si l’on en croit les informations surprenantes publiées par le quotidien espagnol El Pais ce mercredi. Le journal espagnol assure que le Real Madrid avait déjà pris contact avec le Special One dès le mois d’octobre pour préparer un retour sur le banc de la Casa Blanca en vue de la saison prochaine !

Pérez toujours fan de Mourinho

Julen Lopetegui n’avait pas encore été limogé, mais le président Florentino Pérez connaissait déjà la suite de l’histoire. Il le limogeait le 29 octobre puis nommait Santiago Solari en entraîneur intérimaire, avant de lui faire signer un contrat jusqu’en 2021 après ses bons débuts. El Pais explique que ce contrat était surtout destiné à renforcer l’autorité de Solari auprès du vestiaire plus que de lui assurer un avenir au long cours à Santiago Bernabeu. Car Pérez serait en réalité prêt à redonner les clés du camion à José Mourinho, entraîneur duquel il reste admiratif malgré un passage controversé au Real Madrid entre 2010 et 2013.

Pour le président madrilène, Mourinho serait l’entraîneur idéal pour démolir les restes de l’équipe glorieuse de ces dernières années et faciliter le passage à une nouvelle ère en restaurant une forme d’autorité. Et tant pis si cela doit faire grincer des dents aux quelques anciens qui avaient connu quelques problèmes sous Mourinho, comme Marcelo et Sergio Ramos. El Pais explique cependant que l’approche du Real Madrid en octobre, auprès de Jorge Mendes, avait été poliment repoussée, en raison du contexte délicat avec Manchester United. Mais les contours d’un précontrat avaient été visiblement dessinés. Un salaire entre 15 et 20 M€ net par saison attendait le Special One à Madrid, avec les pleins pouvoirs sur le domaine sportif. Mieux, si le Real Madrid ne le signait pas avant le 1er juillet prochain, il pourrait toucher 5 M€ d’indemnités, toujours selon El Pais. Une chose est certaine, Mourinho est loin, très loin, de tomber dans l’oubli !