La Supercoupe d’Espagne continue son lifting. Jusqu’en 2017, le trophée mis en jeu entre le vainqueur du championnat et celui de la Coupe du Roi se jouait dans une finale aller-retour. En 2018, changement de programme puisque les deux équipes concernées s’affrontaient lors d’une finale unique. Cette année-là, le FC Barcelone avait d’ailleurs pris le meilleur sur le Séville FC (2-1). Désireuse de générer le plus de revenus possible grâce à cette rencontre, la RFEF avait décidé de la faire jouer à l’étranger, dans le but de toucher le plus de fans.

Un accord record, mais un club mécontent

L’édition 2018 s’était donc disputée à Tanger, au Maroc. Mais en 2019, pas de Supercoupe d’Espagne en août, comme cela était le cas ces dernières saisons. Toujours obnubilée par la possibilité d’encaisser un plus gros chèque, la fédération espagnole a choisi de modifier encore une fois le format de la compétition, avec bien plus de changements à la clé. En clair, quatre équipes sont désormais engagées (le vainqueur de la Liga, le tenant de la Coupe du Roi et les clubs classés 3e et 4e du dernier exercice de Liga) et disputeront un « final four » du 8 au 12 janvier 2020 en Arabie Saoudite, à Djeddah.

Une compétition new-look qui se tiendra en Arabie Saoudite lors des trois prochaines années et qui rapportera gros puisqu’un montant de 50 M€ a été évoqué. Une somme qui serait répartie comme suit : 12 M€ pour les deux finalistes, 8,9 M€ pour les deux demi-finalistes malheureux, et près de 8 M€ pour la RFEF. Ce lundi après-midi, la fédération avait donné rendez-vous aux médias pour officialiser le nouveau format de sa compétition et dévoiler le calendrier de ce « final four ».

Un Clasico possible en finale

« C’est le fruit d’un long travail pour vous présenter une révolution. Notre décision aurait pu en finir avec la Supercoupe. Mais nous avons misé sur une modification de la compétition en la rendant plus attractive avec quatre équipes. Cette coupe n’état pas rentable et gênante pour nos clubs en étant placée au milieu du mois d’août. C’est un accord intéressant pour les clubs. C’est un format très attractif au niveau économique », a déclaré le président de la RFEF, Luis Rubiales, qui a toutefois annoncé qu’un des quatre finalistes n’était toujours pas d’accord concernant la répartition financière de la compétition.

« Concernant la répartition, il n’y a qu’un seul club qui n’est pas d’accord. On lui a donné l’option d’un arbitrage. Les prix sont totalement égaux au niveau des participants. Mais il y a aussi une variable qui dépend de l’historique de chaque club, comme ça arrive en Ligue des Champions. Celui qui va le plus loin n’est pas forcément celui qui touche le plus. » Ces questions évoquées, s’en est ensuite suivi le tirage au sort tant attendu. Pas de Clasico en demi-finale, mais le tenant du titre, le FC Barcelone, sera opposé à l’Atlético de Madrid le 9 janvier. Le Real Madrid, quant à lui, se mesurera à Valencia la veille.

Tirage au sort :

- 8 janvier 2020, demi-finale 1 : Valencia - Real Madrid
- 9 janvier 2020, demi-finale 2 : FC Barcelone - Atlético de Madrid
- 12 janvier, finale : vainqueur 1/2 finale 1 - 1/2 finale 2