Le dossier Antoine Griezmann semble être sur le point de connaître son épilogue. En effet, les Colchoneros reprennent le chemin de l’entraînement ce dimanche et il est peu probable que le Français retrouve ses coéquipiers. En effet, le champion du Monde 2018 avec les Bleus de Didier Deschamps a annoncé il y a quelques semaines maintenant sa volonté de lever sa clause libératoire de 120 millions d’euros et donc de changer d’air dès cet été.

Les prétendants étaient nombreux (Manchester United, le Paris Saint-Germain et surtout le FC Barcelone), mais voilà, une semaine après que ça clause soit passé de 200 millions d’euros à 120, il est toujours un Matelassier. Ce samedi, il était expliqué que le joueur avait prévenu ses dirigeants qu’il ne comptait pas se rendre à l’entraînement entamant donc un bras de fer avec le club qui l’a prolongé l’été passé alors qu’il aurait pu signer à Barcelone.

Griezmann annonce que sa clause va être levée

Le joueur semble être déçu de ses dirigeants, qui ne facilitent pas vraiment son transfert alors que les Blaugranas tentent de négocier. Donc, dans ce bras de fer et pour éviter de se mettre à la faute (professionnelle), le joueur a eu la bonne idée d’indiquer à ses patrons qu’il comptait, via ses avocats, payer cette semaine la clause libératoire indique Mundo Deportivo. Ce petit stratagème à un avantage pour l’international tricolore et non des moindres.

En effet grâce à cette annonce officielle, il peut se permettre de ne pas se présenter à ses obligations avec son futur ex-club. Cela laisse un peu de temps au joueur et au FC Barcelone pour payer sa clause même si toutes les parties espèrent pouvoir régler ce transfert avant la fin de semaine. Il pourra ensuite être présenté en tant que nouveau coéquipier de Lionel Messi et de Luis Suarez avant de commencer la préparation avec sa nouvelle équipe le 14 juillet.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10