On joue la 70ème minute mercredi au stade Louis II, quand un petit événement se produit lors du derby entre Monaco et Nice. Plus de deux mois après son dernier match face au PSG, Djibril Sidibé foule enfin les pelouses hexagonales. Une traversée du désert après un début de saison émaillé par des pépins physiques et prestations insipides. Présent en conférence de presse ce jeudi, le latéral droit monégasque s’est livré à cœur ouvert sur ses dernières semaines compliquées. Le principal protagoniste qui a dû affronter les quolibets des observateurs sur ses performances décevantes, a effectué une petite mise au point sur les difficultés rencontrées pendant plusieurs mois.

« Depuis l’après Coupe du Monde j’étais dans l’incertitude sur plusieurs points : personnel, familial, ma santé... J’ai joué en étant très amoindri, mes prestations étaient très moyennes. J’ai eu une discussion avec le coach Henry pour trouver une solution, pour retrouver mon état de forme. A présent, je me sens bien », a ainsi expliqué le champion du monde français. Gêné aux entournures avec un genou récalcitrant, l’ancien Lillois s’est confié sur les problèmes qui ont empoissonné son quotidien. Et ses révélations laissent transparaître un cruel dilemme au moment de trancher.

Djibril Sidibé prêt pour sauver l’AS Monaco

« J’avais des problèmes au genou, dos, les adducteurs, fessiers... J’étais tombé dans une sorte de gestion quotidienne, je ne pouvais pas me permettre de gérer, de jouer... Il fallait dire stop. Je me suis posé beaucoup de questions sur ma situation, à un moment cela ne passait plus, la majorité de mes coéquipiers ont loué mon état d’esprit malgré les gênes. Même quand j’ai mal je ne lâche pas, mais à un moment quand tu n’es pas bon... Je devais trancher, il le fallait », révèle avec franchise le défenseur asémiste. Un événement marquant a constitué un déclic pour Djibril Sidibé au moment de prendre sa décision définitive. « Il a fallu que j’attende de discuter avec le coach pour dire stop et prendre la meilleure décision. J’ai consulté plusieurs spécialistes, j’avais une jambe très faible musculairement. J’avais besoin de me remettre d’aplomb. Ce n’était pas le vrai Djibril, mais à un moment donné tu dois avoir un niveau très très élevé, tu ne peux pas être juste moyen. J’ai fait un renforcement des jambes, du travail en salle, être plus soudé sur les jambes », explique l’intéressé.

Désormais, l’international français se projette volontiers vers l’avenir avec comme objectif d’extirper l’AS Monaco d’une situation sportive préoccupante. Et Sidibé voit son retour sur les terrains comme le début d’un renouveau aussi bien sur le plan personnel que collectif. « Tous les feux sont au vert, l’objectif d’hier c’était de retrouver du rythme. Physiquement je n’ai aucune gêne, aucune appréhension. Mon objectif c’est de jouer, retrouver mes sensations et sortir le club de cette situation. Avec l’aide des recrues je pense qu’on est prêts. Le club est dans une situation très critique, mais je le répète, avec les recrues, je pense qu’on va faire des choses intéressantes ». Premier élément de réponse samedi à Louis II face à Strasbourg...