Le week-end football touche à sa fin, et un match intéressant se disputait ce dimanche soir en fermeture de rideau de la cinquième journée de Ligue 1. Au Stade Louis-II, l’AS Monaco (19e, 2 points) recevait en effet l’Olympique de Marseille (12e, 7 points) pour le dernier match de cette levée. Après deux défaites et deux nuls, les Asémistes avaient pour objectif de s’imposer devant leur public pour enfin lancer leur saison avec leur première victoire. De leur côté, les Phocéens, qui restaient sur deux victoires obtenues avant la trêve internationale, voulaient poursuivre leur série face à un adversaire qu’ils avaient déjà battu la saison passée sur cette même pelouse (3-2). Côté monégasque, Leonardo Jardim sortait un 4-4-2 avec sa nouvelle recrue Bakayoko au milieu. Fabregas effectuait lui son retour de suspension. Dans les rangs phocéens, André Villas-Boas conservait un 4-3-3. En l’absence de Thauvin, et avec la blessure de Sakai, Germain prenait place côté droit avec Sarr derrière lui. Rongier débutait lui sur le banc.

La rencontre démarrait sur un bon rythme puisque les acteurs mettaient beaucoup d’intensité. Les Phocéens négociaient des offensives rapides mais les derniers choix étaient dans l’ensemble mauvais, comme sur le centre de Germain dès la 2e minute. De leur côté, les Asémistes offraient un visage séduisant. Ben Yedder trouvait cependant Mandanda sur une frappe pas très puissante (6e). Son coéquipier en attaque Slimani, lancé dans la profondeur, ne cadrait lui pas sa reprise (15e) mais sur cette action, M. Gautier accordait un penalty à l’ASM pour une main de Kamara. Ben Yedder prenait alors le ballon et ouvrait la marque en transformant le penalty (17e, 1-0). Payet tentait de répondre mais sa reprise de volée passait au-dessus (19e). Et après une lourde frappe de Golovin (23e), l’AS Monaco doublait la mise ! Après un bon travail de Gelson Martins, Slimani héritait du ballon et servait magnifiquement Ben Yedder pour le doublé (26e, 2-0). Petit à petit, les Phocéens se rapprochaient cependant des cages de Lecomte. Gonzalez voyait son coup de tête passer au-dessus (36e), mais l’OM revenait derrière.

Une formation phocéenne renversante

Sur un centre de Sanson, Germain se jetait au premier poteau mais manquait le ballon. Mais pas Benedetto au second poteau qui ajustait tranquillement Lecomte pour marquer (38e, 2-1). Les joueurs d’André Villas-Boas étaient bien meilleurs en cette fin de première période, et Germain égalisait même avant la pause en reprenant de la tête un centre de Strootman, alors que Benedetto venait de trouver la barre transversale (41e, 2-2). À la pause, les deux formations étaient donc dos à dos. Au retour des vestiaires, les Phocéens continuaient sur leur lancée et poussaient toujours pour passer devant au tableau d’affichage. Pas forcément très en vue dans le premier acte, Payet s’illustrait avec une frappe à ras de terre sortie par Lecomte (49e). Et sur sa troisième tentative du soir, le numéro 10 trouvait le chemin des filets avec une lourde frappe du droit qui terminait dans le petit filet intérieur (61e, 2-3). Menés 2-0, les Olympiens renversaient donc l’AS Monaco ! Et le score évoluait encore derrière puisque l’OM faisait le break quelques minutes plus tard.

Car sur la pelouse du Stade Louis-II, les Phocéens étaient révoltés dans le bon sens du terme. Pas attaqué, Amavi avait tout son temps pour servir Benedetto dans la surface. L’Argentin s’appliquait alors pour marquer un doublé d’une frappe du gauche (66e, 2-4). Les changements s’enchaînaient alors, notamment du côté de l’AS Monaco. Et les choix de Leonardo Jardim étaient payants, notamment concernant Keita Baldé, entré en jeu à la place de Golovin (69e). Car sur l’un de ses premiers ballons, le joueur prêté à l’Inter la saison passée fusillait tout simplement Mandanda pour relancer les Asémistes (75e, 3-4). L’OM avait un peu chaud et le gardien phocéen devait sortir deux parades très importantes devant Baldé et Slimani pour sauver son équipe (77e). Le temps défilait derrière et les Phocéens se dirigeaient vers la victoire. Sur la pelouse, les esprits s’échauffaient même un peu après un choc tête contre tête entre Maripan et Germain (88e). Et après quatre minutes de temps additionnel, M. Gautier mettait fin à ce match ! L’OM s’imposait donc 4-3 et prenait la 4e place. L’ASM restait au 19e rang.

Revivez le film du match sur notre live commenté.

L’homme du match : Benedetto (8) buteur lors des deux dernières journées, contre Saint-Etienne et Nice, l’attaquant argentin a trouvé son rythme ! Car à Louis-II, l’ancien joueur de Boca Juniors a encore remis ça, cette fois-ci avec un doublé. Après avoir réduit l’écart en première période (38e), il a fait le break du pied gauche dans le deuxième acte (66e). Mais plus généralement, il a été très important. À chaque fois qu’il a touché le ballon il s’est passé quelque chose. À noter qu’il aurait pu s’offrir un triplé mais sa tentative a terminé sur la barre transversale (41e). Remplacé par Caleta-Car (90e+2).

AS Monaco

- Lecomte (4) : le gardien français a encaissé quatre buts ce soir. Peut-être un peu court sur le but de Germain (41e) mais il a été totalement abandonné par sa défense. Son jeu au pied a permis de faire remonter son bloc car il a souvent cherché à trouver Slimani mais au final, son bilan est mitigé car il n’a pas sauvé son équipe dans les moments chauds. Quelques parades à mettre à son crédit tout de même.

- Aguilar (3) : l’ancien Montpelliérain n’a pas eu grand chose à faire, surtout en première période. Mais en deuxième mi-temps, il a lui aussi plongé dans un marasme incompréhensible où il a été en dedans. Lorsque Payet rentrait à l’intérieur, il n’arrivait pas à le suivre, le Marseillais a profité de cette liberté pour marquer ou faire des passes dangereuses. Adaptation difficile pour lui à l’ASM.

- Glik (3) : plutôt rigoureux défensivement en début de match, le Polonais a montré des signes de fébrilités par la suite. Il n’a pas réussi à dégager sa défense sur le deuxième but marseillais, un moment de flottement qui a coûté cher à son équipe. Comme ses coéquipiers en défense, il a sombré en seconde période, incapable d’apporter du caractère sauf quand il s’agissait d’aller se battre dans des échauffourées.

- Maripan (2,5) : le Chilien était bien entré dans son match, il n’a pas hésité à sortir haut pour empêcher les Marseillais de progresser dans son camp. Mais à l’image de sa défense, il s’est fait prendre bêtement et a laissé les Marseillais revenir dans le match. Il a semblé moins percutant que Glik mais les deux centraux ont été catastrophiques ce soir.

- Ballo-Touré (3,5) : solide défensivement, l’ancien Lillois a aussi été intéressant offensivement. Dans le dos de Golovin, il a régulièrement pris son couloir pour proposer une solution. Il est en retard sur le premier but marseillais et laisse Sanson ajuster un centre qui file au deuxième poteau. Il doit également mieux couvrir dans son dos sur l’égalisation marseillaise. Il ne s’est pas montré très rassurant par la suite comme s’il était inhibé par la trouille transmise par les joueurs dits "cadres" de cette équipe.

- Martins (5) : l’attaquant a été très actif dans son couloir, il a donné des ballons, s’est replié défensivement mais cela n’a pas suffi. Il a continué à y croire même lorsque son équipe était en perdition. Il aurait pu mieux sentir quelques coups en fin de match mais il avait déjà beaucoup donné et a sûrement manqué de lucidité.

- Bakayoko (6) : une bonne entrée en matière pour son retour. Il a mis beaucoup d’impact physique en début de match mais a baissé par la suite. Il aurait pu attaquer Dimitri Payet sur le troisième but mais a laissé le Marseillais frapper alors qu’il aurait dû intervenir. Bien trop esseulé au milieu pour faire face aux vagues successives, il a misé sur ses qualités et s’est appliqué à bien ressortir les ballons chauds en fin de match.

- Fabregas (3) : lent et plusieurs fois en retard, l’Espagnol a aussi manqué de précision dans ses passes, notamment sur son jeu long. L’ancien joueur de Chelsea a paru en manque de rythme et jamais dans son match. Le pressing marseillais l’a totalement fait déjouer, un match à oublier pour lui. Remplacé par Adrien Silva (68e) qui a eu le mérite d’apporter de la sérénité à un milieu en perdition.

- Golovin (6) : ses efforts défensifs auront été précieux pour son équipe ce soir. Le Russe a été un véritable poison pour ses adversaires. Toujours placé entre les lignes, il a joué très juste et n’a pas hésité à se projeter pour apporter le surnombre. Peut-être le milieu de terrain qui a essayé de mettre le plus de rythme dans cette rencontre mais son équipe n’a pas su se ressaisir par la suite. Remplacé par Keita Baldé (68e) qui a apporté de la vitesse et s’est même offert le but de l’espoir (75e) qui a permis de relancer son équipe.

- Slimani (6) : l’Algérien a toujours cherché Ben Yedder. Et la relation entre les deux attaquants a fait très mal à la défense marseillaise. Très actif sur le front de l’attaque, il a souvent pris les espaces pour créer les décalages. Il a servi idéalement son coéquipier sur le deuxième but. Toujours présent dans la surface, il n’a jamais renoncé même lorsque les siens étaient menés. Il a tenté de sonner la révolte comme sur ce geste acrobatique bien sorti par Mandanda (76e).

- Ben Yedder (7) : très en mouvement dès le début du match, l’international français s’est vite mis en valeur grâce à un penalty transformé pour une main de Kamara (17e). Il a doublé la mise sur une contre-attaque et a profité du bon travail de Gelson Martins et Slimani pour tromper Steve Mandanda en deux temps (26e). Remplacé par Augustin (55e), qui a apporté de la percussion mais n’a pas assez pesé et profité de la tension olympienne en fin de match.

Olympique de Marseille

- Mandanda (7) : le capitaine olympien s’est mis en confiance en arrêtant une frappe de Ben Yedder avant de s’incliner sur un penalty de ce dernier (17e). Un peu lâché par sa défense à certains moments, le gardien français a aussi fait ce qu’il a pu sur le deuxième but asémiste, encore marqué par l’attaquant de 29 ans (26e). Mais derrière, il a fait le boulot jusqu’à la fin, faisant preuve de sérénité sur ses interventions, que ce soit dans les airs ou au sol. La preuve par exemple sur les frappes de Keita Baldé et Slimani (77e), juste après la réduction du score du premier nommé où il n’a rien pu faire, encore une fois (75e).

- Sarr (5) : souvent présent en attaque en début de saison, l’ancien Messin a cette fois-ci pris place en défense. Très agressif dans le bon sens du terme, il a bien débuté sa rencontre avant de connaître plusieurs difficultés. Avec plusieurs montées, le joueur de 27 ans a laissé trop d’espaces derrière lui et les Asémistes en ont profité, notamment Gelson Martins et Slimani, comme sur le deuxième but de l’ASM. 

- Kamara (6) : son match a démarré très fort avec des interventions importantes, notamment en position de dernier défenseur. Malheureusement, il a concédé un penalty pour une main involontaire, entraînant l’ouverture du score. Mais sur l’ensemble du match, c’est bien l’une de ses seules erreurs, lui qui a tout de même récupéré 13 ballons, plus haut total dans les rangs phocéens.

- Alvaro (6,5) : toujours titulaire aux côtés de Kamara, le joueur prêté par Villarreal a encore une fois rempli son contrat. L’Espagnol, solide en charnière centrale, n’a pas vraiment laissé d’espaces aux Monégasques. Et balle au pied, il a toujours relancé proprement, lui qui a réussi 94% de ses passes sur ce match.

- Amavi (6,5) : souvent pointé du doigt pour ses performances, le latéral gauche olympien a ce soir répondu présent. Malgré quelques erreurs défensives, le joueur de 25 ans a été très intéressant dans son couloir. Sur le plan offensif, il a réalisé quelques percées importantes et a d’ailleurs parfaitement servi Benedetto à la 66e minute. Il y a donc toujours des petites choses à régler mais sa prestation globale est positive.

- Lopez (6) : comme souvent lorsqu’il est titulaire, le Marseillais a pris en main le jeu de son équipe. Au total, le joueur de 21 ans a touché 95 ballons pour 93% de passes réussies. Il a donc fait preuve de justesse, lui qui a bien servi Payet sur le troisième but de l’OM (61e). Et du début à la fin, il n’a pas ménagé ses efforts pour aider ses partenaires.

- Strootman (5,5) : placé en tant que sentinelle, le milieu de terrain néerlandais a eu du mal en première période sur les offensives monégasques. Mais petit à petit, il a réussi à relever la tête pour monter en régime. Auteur d’une passe décisive pour Germain sur le deuxième but marseillais (41e), l’ancien joueur de la Roma a ensuite montré de belles choses après la mi-temps.

- Sanson (4,5) : encore titularisé par André Villas-Boas, l’ancien joueur de Montpellier n’a pas vraiment ébloui cette rencontre. Très souvent imprécis, le joueur de 25 ans n’a pas forcément fait les bons choix. Son centre, légèrement dévié par Germain, a cependant trouvé preneur avec Benedetto sur la réduction du score (38e). Mais cela n’efface pas le reste, avec notamment un tiers de ballons perdus dans le premier acte. Remplacé par Rongier en deuxième période (78e).

- Germain (7) : en l’absence de Thauvin et Sakai, André Villas-Boas a décidé de miser sur l’ancien Monégasque et Niçois, puisque Sarr est redescendu d’un cran. Un choix plutôt payant puisque le joueur de 29 ans a d’abord prolongé le centre de Sanson pour offrir une passe décisive à Benedetto (38e), avant d’égaliser de la tête quelques instants plus tard sur un service de Strootman (41e). À un poste qui n’est pas le sien, on peut dire que sa performance a été intéressante. Remplacé par Radonjic (90e+1).

- Benedetto (8) : voir ci-dessus

- Payet (6,5) : dans son couloir gauche, le numéro 10 olympien a été plutôt discret dans un premier temps, lui qui a seulement tenté une reprise difficile au-dessus dans le premier acte. (19e). Mais la pause lui a fait du bien puisqu’il s’est transformé au retour des vestiaires. Après une frappe au sol sortie par Lecomte (49e), l’ancien Hammer a envoyé le cuir au fond des filets d’une magnifique frappe (66e). Sa deuxième période a donc été bien meilleure que la première.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10